Dimanche, 23 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Soudan : La solidarité de l’Egypte

May Al-Maghrabi , Mercredi, 31 mai 2023

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu cette semaine le Haut-Commissaire des Nations-Unies aux réfugiés, Filippo Grandi. Le Caire multiplie les efforts pour venir en aide aux réfugiés soudanais fuyant les combats dans leur pays.

Soudan : La solidarité de l’Egypte
Le président Sissi et le Haut-Commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés ont évoqué au Caire les moyens de soutenir les efforts de l’Egypte pour accueillir les réfugiés soudanais.

Le Haut-Commissaire des Nations-Unies aux réfugiés, Filippo Grandi, en visite de trois jours en Egypte, s’est rendu dimanche au poste-frontière de Kastal entre l’Egypte et le Soudan, qui accueille environ 3000 réfugiés par jour. « L’Egypte accueille un grand nombre de réfugiés de différentes nationalités. Ma visite à la frontière égypto-soudanaise m’a permis de constater les efforts considérables déployés par les autorités égyptiennes, en coopération avec les Nations-Unies et le Croissant-Rouge égyptien, pour aider les déplacés », a déclaré Grandi lors de sa rencontre, lundi, avec le président Abdel-Fattah Al-Sissi. Grandi a surtout reconnu que « l’Egypte avait besoin de ressources financières », soulignant que « les fonds disponibles ne couvrent pas plus de 10% des besoins des réfugiés. Nous appelons la communauté internationale à soutenir les 175000 Soudanais qui sont arrivés en Egypte », a déclaré Grandi. De son côté, le président Sissi a affirmé que la question des réfugiés devrait être traitée dans le cadre d’« une approche globale qui s’attaque aux racines des conflits », exprimant son appréciation des efforts du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) pour faire face à la crise au Soudan. Samedi, le président Sissi avait participé, via vidéoconférence, au sommet du Conseil de paix et de sécurité africain, tenu pour discuter de la crise soudanaise. Il a appelé les organismes de secours et les pays donateurs à soutenir les pays voisins du Soudan, afin qu’ils puissent continuer à accueillir les Soudanais fuyant le conflit.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ahmad Abou-Zeid, a déclaré que l’Egypte avait délivré des milliers de visas aux Soudanais, tandis que les femmes, les enfants et les personnes âgées ont obtenu l’accès sur place sans visa. L’Egypte a également livré 30 tonnes de fournitures médicales à Port-Soudan et a facilité l’acheminement de dizaines de tonnes d’aide humanitaire internationale. D’ailleurs, l’Egypte a mis en place des cliniques mobiles et des pharmacies et a fourni des milliers de repas chauds et des ambulances aux réfugiés soudanais. Le pays offre également un transport gratuit depuis les postes-frontières et un accès sans restriction aux soins de santé, à l’éducation et aux services de base.

Le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, a évoqué, cette semaine à Genève, avec Martin Griffiths, secrétaire général adjoint des Nations-Unies pour les affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence, l’impact de la crise soudanaise sur les pays voisins, en particulier l’Egypte. Le chef de la diplomatie s’est également entretenu avec la directrice générale de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), Amy Pope, en vue d’alléger le fardeau qui pèse sur l’Egypte qui accueille 9 millions de migrants.

Répondre aux besoins des réfugiés

« Il y a plus d’un million de personnes déplacées à l’intérieur du Soudan et aux frontières extérieures du pays. S’il n’y a pas de cessez-le-feu immédiat, la situation risque de devenir très sombre pour la population », a alerté Carlos Cruz, chef de la mission de l’OIM en Egypte. Le Fonds central d’intervention d’urgence (CERF) des Nations-Unies a déclaré avoir alloué 5 millions de dollars à l’Egypte pour répondre aux besoins des réfugiés. D’ailleurs, le Croissant-Rouge égyptien a annoncé qu’il avait reçu 200 000 euros du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), financé par l’Union européenne, pour renforcer les efforts du gouvernement à la frontière sud en faveur des réfugiés soudanais. « Au niveau officiel, l’Egypte a fourni toutes les facilités aux ressortissants soudanais », indique Hussein Hassan, président de l’Union des institutions africaines pour l’élimination des zones anarchiques.

Pour Amany El-Taweel, présidente du département des études africaines au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram, le problème des réfugiés risque de peser sur l’Egypte, surtout avec les pressions actuelles auxquelles est exposée l’économie égyptienne. Selon l’OIM, 110696 réfugiés et demandeurs d’asile soudanais sont inscrits auprès du HCR en Egypte, alors que plus de 4 millions de Soudanais résident en Egypte. L’Egypte est l’un des pays qui reçoivent le moins de fonds en faveur des réfugiés.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique