Lundi, 20 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Développement : Cap sur la Haute-Egypte

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 08 mars 2023

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a effectué cette semaine une visite au gouvernorat de Minya. Objectif : inspecter un certain nombre de projets de développement de l’initiative « Vie décente », dont bénéficient 192 villages de ce gouvernorat du Saïd.

Développement : Cap sur la Haute-Egypte
1 500 jeunes bénévoles étaient à l’accueil du président Sissi à Minya.

« L’Etat n’a jamais oublié les habitants de la Haute-Egypte et ceux de la campagne ». C’est ce qu’a rappelé le président Abdel-Fattah Al-Sissi, jeudi 2 mars, lors de son inspection d’un certain nombre de projets réalisés dans le village de Maassara, au gouvernorat de Minya, en Haute-Egypte. Des projets qui entrent dans le cadre de l’initiative présidentielle « Hayah Karima » (vie décente). « Tous les projets de développement visent le citoyen égyptien dans tous les coins du pays », a ajouté le président. A son arrivée, le président a été chaleureusement accueilli par plus de 1 500 jeunes bénévoles participant à ces initiatives et projets de développement. Il a salué « l’excellent travail bénévole réalisé à Maassara », grâce auquel ce village est devenu le premier village exemplaire dans lequel les projets de « Vie décente » ont été entièrement achevés.

192 villages du gouvernorat de Minya bénéficient de divers projets de développement. Parmi ceux effectués ces huit dernières années, et exposés par vidéoconférence, une usine de recyclage et de biocarburants, une ferme exemplaire pour l’élevage des bétails située à l’ouest du gouvernorat, une station d’épuration des eaux usées à la Nouvelle Minya. Pour ce qui est du secteur industriel, 272 millions de L.E. sont alloués à l’établissement d’un complexe industriel dédié aux petites et moyennes entreprises. Le président a également inspecté la plus grande usine de production de sucre au Moyen-Orient qui sera bientôt achevée pour réaliser l’autosuffisance en ce qui concerne ce produit. Quant au secteur agricole, le premier ministre, Moustapha Madbouli, a souligné que le gouvernorat de Minya abrite plus de 500 000 feddans de terres agricoles, dont 250 000 consacrés actuellement à la culture du blé.

Un plan global

Le plan de développement est global : le gouvernement a dépensé 2,1 milliards de L.E. pour développer le secteur de la santé à Minya, en modernisant les hôpitaux existant et en construisant de nouveaux. En plus, 9 nouvelles facultés ont été ajoutées à l’Université de Minya entre 2014 et 2022. Quant aux aides financières, 399 000 habitants de Minya sont bénéficiaires du programme Takafol wa Karama.

Pour rappel, l’initiative nationale Hayah Karima, lancée en 2019, vise à améliorer le niveau de vie, les infrastructures et les services de base, y compris les soins de santé, dans les villes et les villages de tous les gouvernorats du pays. Le projet couvre jusqu’à présent 4 658 villages à travers le pays, abritant 58 % des 104 millions d’habitants de l’Egypte, avec un budget estimé à 700 milliards de L.E. L’initiative a été réalisée en 3 étapes comprenant chacune 1 500 villages.

En marge de la visite, le président a annoncé un certain nombre de décisions visant à améliorer les revenus des fonctionnaires. Saluant les décisions annoncées par le président, le député Khaled Aboul-Wafa affirme qu’elles arrivent à un moment crucial en raison des conditions économiques difficiles qui s’imposent au pays. « Ces décisions reflètent la conscience des preneurs de décision de la nécessité de réaliser un équilibre entre l’inflation et les revenus des citoyens et assurent une sécurité sociale aux citoyens. C’est un pas important qui arrive au moment opportun », souligne-t-il.

« L’objectif premier de la visite du président Sissi est d’inspecter sur le terrain les progrès de développement réalisés dans la région, d’autant plus que le président accorde, depuis plusieurs années, une importance majeure au développement des villages de la Haute-Egypte qui ont été négligés pendant de longues années », estime Hassan Salama, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire. Salama rappelle que « ces villages qui manquaient de services de base, d’infrastructures, de logements décents, se sont aujourd’hui transformés en villages modèles ». « La réalisation de ces projets de développement dans différents secteurs réalise une justice sociale pour les habitants de cette région du sud et concrétise une vie décente au sens propre du terme », conclut-il.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique