Jeudi, 29 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Choukri à Damas et à Ankara : Les gestes bienveillants du Caire

Samar Al-Gamal , Mercredi, 01 mars 2023

Le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, a effectué lundi une visite inédite en Syrie avant de se rendre en Turquie. La brouille entre Le Caire et Ankara est en passe d’être réglée, mais le rétablissement des relations avec Damas est encore incertain en dépit des démarches positives.

Choukri à Damas et à Ankara : Les gestes bienveillants du Caire

Officiellement, le but de la visite était d’adresser « un message de solidarité » aux peuples syrien et turc après le tremblement de terre dévastateur du début du mois. Le chef de la diplomatie, Sameh Choukri, a tenu à le confirmer durant sa visite et encore par le biais du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ahmad Abou-Zeid. « L’objectif est avant tout humanitaire », a dit Choukri lors d’une conférence de presse au terme de ses entretiens avec le président syrien, Bachar Al-Assad, et son chef de diplomatie, Faisal Al-Meqdad. On lui posait une question sur le retour des relations diplomatiques entre les deux pays presque inexistantes depuis novembre 2011 sur décision de la Ligue arabe. Et Choukri a effectivement ignoré une question autour du retour de la Syrie au giron de l’organisation panarabe. « Nous agissons sur la base de liens humanitaires. C’est ce sur quoi nous nous concentrons à l’étape actuelle », a-t-il déclaré.

Mais les démarches entreprises par les responsables égyptiens envers le régime de Bachar Al-Assad ont une portée qui va au-delà de l’aspect humanitaire. Le président Abdel-Fattah Al-Sissi avait appelé au téléphone son homologue syrien pour la première fois depuis qu’il est arrivé au pouvoir en 2014. Les deux leaders n’avaient jamais eu de contact direct, mais « seulement à travers des intermédiaires », affirment nos sources. « C’est une approche de très haut niveau », estime un haut diplomate qui a servi en Syrie. Selon lui, Le Caire a fait plusieurs gestes positifs envers la Syrie. L’appel du chef de l’Etat, la visite de Choukri, et avant elle la visite du président du Conseil égyptien des députés, Hanafi Al-Guébali, avaient pavé la voie à un rapprochement avec Damas. Et puis, il y a eu cette visite de Choukri dans la capitale syrienne où il a rencontré Assad. A son atterrissage à l’aéroport de Damas, Al-Guébali avait affirmé que la Syrie « retournera à la Ligue arabe », sans donner davantage de détails.

L’Egypte à nouveau médiateur dans la crise syrienne ?

D’après l’ancien diplomate, Le Caire voudrait se poser à nouveau comme médiateur dans la crise syrienne, et elle en est capable étant donné ses relations historiques avec les différentes parties syriennes et sa précédente médiation. Cependant, l’Egypte devait attendre une démarche de la part de Damas, comme la libération de quelques prisonniers politiques ou un discours réconciliateur de la part d’Assad, mais elle a décidé d’aller de l’avant avec ce rapprochement. De quoi expliquer cette insistance du Caire à cadrer les démarches dans le contexte strictement humanitaire. « Nous verrons ce qui découlera de cette visite », avait dit un autre diplomate égyptien juste avant le départ de Choukri.

Choukri a été plus explicite sur les relations avec Ankara. Il avait eu des discussions avec son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, à Adana avant que les deux responsables ne prennent un hélicoptère pour inspecter l’impact du tremblement de terre. Arrivé au port de Mersin, Choukri a annoncé que « les relations entre les deux pays seront élevées à un meilleur niveau. Le calendrier pour cela et les parties qui s’en chargeront sont au centre de mes discussions ». Et d’ajouter: « La rencontre entre les présidents Sissi et Erdogan a ouvert la voie à un niveau plus élevé (des relations), et il est important que nous continuions à jeter des bases solides de notre relation ». Les relations entre les deux pays s’étaient, en effet, détériorées suite au soutien d’Erdogan aux Frères musulmans qui avaient réussi à trouver refuge en Turquie. Sissi et Erdogan s’étaient retrouvés devant les caméras de la Coupe du monde 2022 à Doha se serrant la main. Tous deux disaient souhaiter mettre fin à la rupture. Le processus avec l’Egypte a commencé depuis.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique