Lundi, 27 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

L’Egypte commémore l’héroïsme de sa police

Chaïmaa Abdel-Hamid, Jeudi, 26 janvier 2023

A l’occasion de la Fête de la police le 25 janvier, le président Abdel-Fattah Al-Sissi est revenu sur les sacrifices de cette institution au service de la patrie. Focus.

L’Egypte commémore l’héroïsme de sa police
Le président Sissi honore les familles des martyrs de la police qui ont pris part à la bataille d’Ismaïliya en 1952.

Le 25 janvier. Une date qui symbolise dans la conscience des Egyptiens la lutte contre les injustices. L’Egypte a fêté cette semaine le 71e anniversaire de la Fête de la police, qui marque la lutte de cette institution contre l’occupation britannique. Le 25 janvier 1952, 56 officiers ont perdu la vie et 73 autres ont été blessés après avoir refusé de remettre le siège du gouvernorat d’Ismaïliya aux forces d’occupation, en pleine lutte du pays pour l’indépendance.

A cette occasion et comme chaque année, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a célébré avec les familles des policiers et des martyrs de la police cette glorieuse fête au siège de l’Académie de police, au Nouveau Caire. Le premier ministre, Moustapha Madbouli, le ministre de l’Intérieur, Mahmoud Tawfiq, ainsi que de hauts responsables de la police et de l’Etat étaient présents à l’événement.

Durant la célébration, un documentaire intitulé « Chaque jour un nouveau défi » a été diffusé. Celui-ci portait sur les efforts des forces de police dans la lutte contre le terrorisme et la lutte contre la criminalité afin de protéger les citoyens. Un spectacle illustrant les sacrifices de la police et la résistance populaire contre l’occupation a également été présenté.

Le président a honoré les épouses, ainsi que les fils et les filles des martyrs et des anciens officiers qui ont participé à la bataille d’Ismaïliya en 1952. Il a également approuvé la promotion des policiers qui ont pris part à la guerre contre le terrorisme.

Défis persistants

Dans son allocution, le président Sissi a énuméré les nombreux défis auxquels le pays a été confronté, avec en tête la guerre contre le terrorisme, durant laquelle des dizaines de policiers ont sacrifié leur vie pour protéger la patrie. « L’Egypte a réussi à éliminer le terrorisme à près de 100 % », a annoncé le président. Et d’ajouter : « Nous ne devons pas oublier les sacrifices des martyrs et des blessés dans la confrontation avec le terrorisme, et nous ne devons pas non plus oublier la situation dans laquelle nous étions il y a quelques années ».

Le président a évoqué les difficultés économiques actuelles, soulignant que celles-ci sont le résultat de la crise mondiale. « Les plus grandes économies du monde souffrent également d’une manière sans précédent depuis la Grande Dépression et les deux Guerres mondiales », a souligné le chef de l’Etat.

Il a également affirmé que les projets de développement lancés par l’Etat sont la seule et unique issue pour développer l’économie, surtout en présence de défis persistants comme l’explosion démographique. Il a souligné l’importance des grands projets nationaux réalisés au cours de la dernière décennie, comme le nouveau Canal de Suez, les nouvelles centrales électriques et les routes nationales, qui, selon le président, sont « nécessaires pour le développement économique global et non pas un luxe, comme le prétendent certains ». Il a ajouté que l’un des plus grands problèmes auxquels l’Etat a été confronté, c’est d’avoir été obligé de travailler sur tous les fronts à la fois. « Nous n’avions pas le luxe de donner la priorité à certains projets et de reporter d’autres à plus tard », a-t-il affirmé. « Des efforts considérables ont été déployés en sept ans et cela a constitué un fardeau pour l’Etat. Si ces projets n’avaient pas été mis en oeuvre, le coût de leur réalisation aurait quadruplé ou quintuplé », a ajouté le président.

Après son réaménagement, le Canal de Suez rapporte 8 milliards de dollars contre 4,5 milliards de dollars auparavant. Quant aux projets routiers et ceux d’infrastructure, le chef de l’Etat a déclaré qu’ils étaient nécessaires pour répondre aux exigences d’une population croissante et pour réaliser les objectifs du développement, surtout que la population égyptienne a connu une croissance de 14 millions d’habitants au cours des sept dernières années et de 20 millions depuis 2011.

Messages importants

Pour Hassan Salama, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire, le président Sissi a profité de cette occasion pour lancer un message très important, à savoir l’éradication totale du terrorisme en Egypte.

Ce message est destiné tant à l’intérieur de l’Egypte qu’à l’étranger, affirme Salama. « L’élimination totale du terrorisme signifie que l’Etat a réussi à éliminer l’un des plus grands fléaux auxquels l’Egypte était confrontée depuis des années. Ce défi a été surmonté au moyen d’énormes sacrifices et c’est grâce à cette stabilité que le développement des différents secteurs a pu être mené », assure Salama. Et d’ajouter que ce message était également adressé aux habitants du Sinaï qui « par leur coopération et leur intégration ont aidé le pays à relever ce défi persistant ». Le message était également adressé à l’étranger. « Il consiste à dire que l’Egypte est stable et sûre. C’est un appel direct aux investisseurs et aux touristes de venir en Egypte, surtout dans le Sinaï où le transport aérien est désormais très sûr », conclut Salama.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique