Mardi, 23 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Nouvel élan à la créativité

Chaïmaa Abdel-Hamid, Dimanche, 25 septembre 2022

L’Egypte a lancé, le 21 septembre, la stratégie nationale pour la propriété intellectuelle. Une stratégie qui soutient le développement et la recherche scientifique.

L'Egypte est membre de l'OMPI depuis 1975 et a signé 14 accords administrés par l&
L'Egypte est membre de l'OMPI depuis 1975 et a signé 14 accords administrés par l'organisation.

En présence d’un grand nombre de ministres, du directeur général de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), Daren Tang, de membres du parlement et de hauts responsables, le premier ministre, Moustapha Madbouli, a lancé, le 21 septembre, sous l’égide du président Abdel-Fattah Al-Sissi, la stratégie nationale de propriété intellectuelle. « Il s'agit de la première étape du genre en Egypte et reflète le grand intérêt que porte l’Egypte à ce dossier », a indiqué Madbouli. « L’Egypte est convaincue de l’importance de la propriété intellectuelle dans la promotion de l’économie égyptienne et la réalisation des objectifs de développement durable dans le cadre de la vision de l’Egypte 2030, dans ses diverses dimensions sociales et économiques », a-t-il ajouté.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi, qui a reçu le directeur général de l’OMPI, Daren Tang, au lendemain du lancement de la stratégie, a confirmé que l’Egypte tenait à intégrer la propriété intellectuelle dans sa politique nationale en tant que pilier de développement. « L’Egypte soutient les aspects de coopération tous azimuts avec l’OMPI, en particulier en matière de recherche scientifique, de sciences, de technologies et d’innovation, ainsi que les entrepreneurs et les innovateurs », a déclaré le président.

Quatre axes

Les objectifs de la stratégie sont liés à la fois aux objectifs de développement durable des Nations-Unies et à l’agenda de développement de l’OMPI, ainsi qu’à la Vision de l’Egypte 2030, et au programme de réformes structurelles adopté par le gouvernement, afin d’assurer l’harmonie et l’intégration entre les politiques et les objectifs de l’Etat dans tous les domaines.

La stratégie est fondée sur quatre axes principaux, comme l’a indiqué le conseiller Amin Magdi, chef du comité chargé de la préparer. Il s’agit de la structure institutionnelle, l'environnement législatif, la rentabilité économique et la sensibilisation de la communauté égyptienne. Magdi explique que l’axe de la structure institutionnelle consiste en la création d'un organe spécialisé dans la protection des droits de propriété intellectuelle respectant l'engagement envers les dispositions de la loi et la Constitution égyptiennes et expériences internationales à cet égard. Il s’agit également d’établir des plans ambitieux de formation du personnel et de développer l'élément humain.

Concernant l’environnement législatif, Magdi a souligné l'importance de l'intervention du législateur égyptien pour faire face aux lacunes législatives concernant la propriété intellectuelle. Il a rappelé qu’en coopération avec le ministère de la Justice, un projet de loi avait été élaboré, traitant de tous les problèmes essentiels et urgents du système de propriété intellectuelle, et afin de créer l'Autorité égyptienne de la propriété intellectuelle.

Cette stratégie rassure les investisseurs et les innovateurs et aura un grand impact économique au cours de la période à venir. C’est ce qu’affirme le député Abdel-Salam Al-Gabali, qui considère cette stratégie comme un pas important sur la voie du développement. Pour lui, la stratégie maximisera le bénéfice de la recherche scientifique et contribuera à encourager les chercheurs à innover dans leurs diverses spécialisations, ce qui placera l'Egypte au rang des pays développés qui présentent de nouvelles visions pour le développement dans divers domaines. Il a aussi assuré que « le parlement, avec ses deux chambres, contribuera à présenter via les législations toutes les facilitations possibles qui permettront de mettre en œuvre cette stratégie nationale ».

De son côté, le directeur du Forum égyptien des études économiques et stratégiques, Rachad Abdou, explique que l’Egypte travaille depuis de longues années selon des lois protégeant la propriété intellectuelle, mais que « couronner ces législations à travers cette stratégie trace une feuille de route pour un avenir prospère en termes de la créativité industrielle et contribue à augmenter la production dans divers secteurs ». Il estime que la protection de la propriété intellectuelle via cette stratégie favorisera la circulation des idées novatrices dans tous les domaines, ce qui entraînera une augmentation de la production et encouragera les investissements locaux et étrangers. « Mais le plus important, c’est de traduire cette stratégie en des programmes concrets, afin de développer tout le système économique égyptien », conclut-il.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique