Mercredi, 17 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

L’Egypte se tourne vers l’Asie

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mercredi, 23 mars 2022

Le chef de la diplomatie, Sameh Choukri, a entamé une tournée asiatique qui l’a mené en Malaisie, à Singapour, en Indonésie et au Pakistan. Au centre des discussions : les relations économiques, la sécurité régionale et les changements climatiques.

L’Egypte se tourne vers l’Asie
L’Egypte et la Malaisie ont convenu de tenir la réunion de la commission mixte égypto-malaisienne avant novembre prochain.

La Malaisie, Singapour, l’Indonésie et le Pakistan sont respectivement les étapes de la tournée asiatique du ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, du 14 au 24 mars. Au cours de sa tournée, le chef de la diplomatie a remis des messages du président Abdel-Fattah Al- Sissi aux leaders des quatre pays. Durant ses rencontres avec les ministres des Affaires étrangères et les hauts responsables de ces pays, Choukri a discuté du renforcement des relations bilatérales. Les pourparlers ont également porté sur la sécurité régionale, les échanges commerciaux et industriels. En tant que président désigné de la Conférence des Parties des Nations-Unies sur le changement climatique (COP27), que l’Egypte doit accueillir à Charm Al-Cheikh en novembre prochain, Choukri a consacré une grande partie de ses entretiens aux préparatifs de la conférence ainsi qu’à d’autres questions relatives au changement climatique.

Coopération sur différents volets

Lors d’une conférence de presse tenue en Malaisie, Choukri a affirmé que sa visite « donne un élan aux relations bilatérales sur les plans politique, économique et culturel ». En Malaisie, il s’est entretenu avec son homologue, Saifuddin Abdullah, et a annoncé qu’il avait été convenu de tenir la deuxième réunion de la commission mixte égyptomalaisienne avant le mois de novembre cette année pour renforcer la coopération entre les deux pays et élaborer une feuille de route conjointe. Le chef de la diplomatie a également tenu des pourparlers avec le ministre malaisien de la Défense, Hishammuddin Hussein, sur la coopération sécuritaire. Il a de même examiné avec le ministre malaisien du Commerce international et de l’Industrie, Mohamed Azmin Ali, les moyens de développer les investissements communs. Le volume des échanges commerciaux entre Le Caire et Kuala Lumpur a connu une augmentation de 80 % en 2020-2021 par rapport à 2019-2020, atteignant 1 milliard de dollars.

A Singapour, Choukri a évoqué avec Teo Chee Hean, vice-premier ministre singapourien, également responsable de la coordination sécuritaire et chef du comité ministériel sur les changements climatiques, les moyens de renforcer la coopération sur le climat et la lutte contre le terrorisme. Choukri a signé en Indonésie un protocole de coopération dans le domaine de la protection de l’environnement et du développement durable avec le ministre indonésien de l’Environnement et des Forêts. Il termine sa tournée au Pakistan en participant à la 48e session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), qui se tient les 22 et 23 mars.

Echanges d’expertises

L’Egypte veut développer ses relations avec les pays d’Asie du Sud-Est à un moment où le poids international se dirige vers cette région, explique Mona Salman, chercheuse à la faculté des sciences politiques de l’Université du Caire. Sur le plan politique, l’Egypte a toujours adopté une politique équilibrée permettant l’échange des intérêts avec ces pays à différents niveaux, notamment économique. « Avec le déclenchement de la guerre entre l’Ukraine et la Russie, il est devenu nécessaire pour l’Egypte d’étendre sa coopération économique à d’autres pays afin que son économie ne soit pas affectée. Ces pays représentent une alternative pour les importations égyptiennes de riz et d’huile, dont les prix seront affectés par la guerre en Ukraine. La Malaisie est le premier exportateur d’huile au monde et l’Indonésie est le premier exportateur de riz ». De plus, affirme Salman, Singapour est l’une des 20 premières forces économiques au monde. L’Egypte peut donc profiter de l’expérience singapourienne dans ce domaine.

Le professeur de sciences politiques à l’Université du Caire Hassan Salama explique que « les pays européens se sont retrouvés confrontés à des difficultés économiques après la guerre en Ukraine. Il fallait donc s’ouvrir à d’autres pays. Des pays comme la Malaisie et Singapour sont connus pour leur développement technologique et ont également des opportunités d’investissement en Egypte. Sur le plan sécuritaire, l’Egypte est un modèle réussi en termes de lutte contre le terrorisme, notamment pour un pays comme le Pakistan qui souffre depuis des années des groupes extrémistes. Ce n’est pas tout, la question des changements climatiques s’impose aussi comme l’un des plus importants domaines de coopération entre l’Egypte et les pays du Sud-Est asiatique. Les quatre pays sans exception ont une grande expérience dans le domaine des énergies renouvelables et peuvent aider l’Egypte dans la protection de l’environnement, un domaine qui représente un intérêt particulier pour l’Egypte qui se prépare à accueillir la COP27 ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique