Mardi, 18 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Lutte antiterroriste : La deuxième victoire du Sinaï

May Al-Maghrabi, Lundi, 11 octobre 2021

Libérée de l’occupation israélienne il y a 48 ans, la péninsule du Sinaï savoure la victoire contre le terrorisme. Décryptage.

« La guerre du 6 Octobre, dans laquelle l’Egypte a remporté une victoire miraculeuse, est toujours à l’étude dans les écoles militaires du monde entier. Il y a aujourd’hui une autre guerre contre le terrorisme que mènent les forces armées et qui sera aussi étudiée dans les années à venir. Il s’agit pour l’Etat d’une guerre existentielle destinée à préserver la sécurité nationale égyptienne ». C’est ce qu’a déclaré cette semaine aux médias le colonel Gharib Abdel-Hafiz, porte-parole des forces armées, à l’occasion de la célébration de la victoire du 6 Octobre 1973, en référence à l’opération militaire globale antiterroriste Sinaï 2018. Selon Abdel-Hafez, en planifiant cette opération, le commandement général des forces armées a pris en considération toutes les circonstances, y compris comment mener à bien les tâches militaires tout en permettant le retour d’une vie normale dans les villages adjacents aux opérations menées au Nord-Sinaï. « Empêcher les terroristes de viser les projets de développement était un vrai défi, surtout qu’ils l’ont tenté de le faire à maintes reprises. Mais les forces armées ont réussi à atteindre les principaux objectifs de l’opération Sinaï 2018 : rétablir la sécurité, détruire les infrastructures des groupes terroristes, (dépôts d’armes et abris), éliminer des dirigeants des groupes terroristes et arrêter des suspects. Les résultats sont aujourd’hui tangibles avec le recul du terrorisme et le retour de la vie à la normale », a affirmé le colonel Abdel-Hafez, ajoutant que les efforts se poursuivent pour éviter toute résurgence du terrorisme.

Objectifs atteints

Chiffres à l’appui, l’expert militaire le colonel Hatem Saber, estime de son côté que la victoire dans cette guerre antiterroriste n’est pas moins importante que celle du 6 Octobre 1973. Pour preuve, selon l’indice mondial du terrorisme pour l’année 2019, l’Egypte ne figure plus sur la liste des dix pays les plus touchés par le terrorisme. « Nos forces armées, en coopération avec la police, ont réussi au bout de quelques années à peine à purifier le Sinaï de la majorité des groupes terroristes. Sinaï 2018 est un tournant décisif dans la guerre antiterroriste, elle a atteint environ 95 % de ses objectifs », affirme Saber, en détaillant que cette opération est parvenue à démanteler les structures organisationnelles des groupes terroristes, à dessécher leurs ressources en armes et éléments et à renforcer le contrôle des zones stratégiques frontalières. « A cela s’ajoutent la destruction des tunnels reliant le Sinaï à la bande de Gaza, la création d’une zone tampon, ainsi que la liaison de la péninsule aux gouvernorats du pays pour briser son isolement. Résultat : le recul des attaques terroristes de 564 en 2015 à 0 attaque en 2020 », argumente Saber. Et de souligner qu’à l’encontre de ce qui s’est passé au niveau régional, aucune organisation terroriste n’a pu étendre son pouvoir sur n’importe quelle partie du Sinaï, à aucune phase.

Une réalité que reconnaît Ahmad Kamel Al-Béheiri, spécialiste des mouvements islamistes au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques et (CEPS) d’Al-Ahram, qui note que le terrorisme a perdu du terrain. « La courbe du terrorisme était ascendante entre juin 2013 et juin 2017, en raison de facteurs régionaux et internes, dont, en tête, le fait que le groupe terroriste d’Ansar Beit Al-Maqdess a prêté allégeance à Daech en 2014 devant sa branche égyptienne au Sinaï en se rebaptisant Wilayet Sinaï. Ce qui explique la montée du terrorisme en 2015, tant au niveau du nombre d’attentats que de leur ampleur. Or, grâce aux efforts intensifiés de lutte antiterroriste, le terrorisme a régressé considérablement au cours des trois années suivantes », explique Al-Béheiri. Aujourd’hui, ajoute-t-il, tous les groupes affiliés à Al-Qaëda ont disparu depuis 2018 et les capacités de l’organisation Wilayet Sinaï ont progressivement régressé au cours des années 2019, 2020 et 2021. « Ce qui prouve que l’Egypte a avancé dans sa guerre contre le terrorisme », conclut-il.

Nombre d’attaques terroristes par année

2014 : 222

2015 : 594

2017 : 50

2020 : 0

Les messages du président à l’occasion du 6 Octobre

Le soutien du peuple à l’armée a été un facteur déterminant de cette victoire glorieuse.

L’Egypte présente toujours des martyrs pour éradiquer le terrorisme.

L’Etat doit toute gratitude aux Sinawis qui ont beaucoup présenté au pays lors de l’occupation.

L’initiative du président Sadate de parvenir à un accord de paix avec Israël reflétait sa clairvoyance et sa capacité d’anticiper son époque.

L’héroïsme et les sacrifices de la génération d’Octobre resteront témoin de la solidité de cette nation et un modèle inspirant.

L’Egypte qui a mené la guerre pour récupérer ses territoires est celle qui oeuvre toujours pour la paix et n’a jamais menacé n’importe quel pays.

Les guerres ont changé de forme et la conscience du peuple des complots visant la stabilité de la patrie est importante.

Les chiffres et les faits prouvent que l’Egypte avance avec des pas sûrs sur la voie du développement en dépit des défis accrus.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique