Mercredi, 17 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Généraliser la vaccination pour revenir à la normale

May Al-Maghrabi, Lundi, 23 août 2021

Etudiants, professeurs et personnel scolaire et universitaire seront désormais obligés de se faire vacciner avant la rentrée. Objectif : une année scolaire en présentiel et sans contaminations.

Généraliser la vaccination pour revenir à la normale
La campagne de vaccination des professeurs et des étudiants devra être achevée avant octobre.

« La priorité est désormais accordée à la vaccination des étudiants, du personnel des universités et des écoles et des professeurs. Elle devra être achevée début octobre ». C’est ce qu’a annoncé, la semaine dernière, le premier ministre, Moustapha Madbouli. Le porte-parole du Conseil des ministres, Nader Saad, a ajouté samedi 21 août que la vaccination sera « obligatoire » pour tous les travailleurs dans le secteur de l’éducation et de l’enseignement supérieur, ainsi qu’aux étudiants de plus de 18 ans. « Un délai sera octroyé pour la vaccination, mais une fois expiré, des mesures seront prises contre les réfractaires », a souligné Saad. Des décisions qui viennent en réponse aux directives du président Abdel-Fattah Al-Sissi d’élaborer un plan pour généraliser la vaccination dans les établissements scolaires et universitaires. La ministre de la Santé, Hala Zayed, s’est réunie dimanche 22 août avec le premier ministre pour suivre l’exécution de ce plan de vaccination et a indiqué que pour les universités, le personnel et les professeurs recevront le vaccin dans les centres de vaccination existant au sein des hôpitaux universitaires avant la rentrée, prévue en octobre prochain. Quant aux étudiants, ils seront vaccinés en vertu d’un calendrier évitant l’encombrement, dans des centres de vaccination établis au sein des hôpitaux des étudiants. Déjà, plusieurs universités ont lancé, samedi 21 août, leurs campagnes de vaccination destinées au personnel. Pour ce qui est des étudiants, le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Mégahed, a déclaré que le ministère de l’Enseignement supérieur avait déjà inscrit 3 millions d’étudiants sur les listes, qui devront être vaccinés dans la période à venir.

Course contre la montre

Quant au personnel du ministère de l’Education, la ministre a indiqué qu’un mécanisme d’enregistrement et de fournissement des quantités de vaccins nécessaires avait été mis en place pour qu’il reçoive la première dose avant le début de l’année scolaire. Le ministère de l’Education a fixé au 7 septembre la date limite pour que le personnel scolaire termine l’enregistrement des demandes d’obtention du vaccin. « Aucun employé ne sera autorisé à entrer sur son lieu de travail s’il n’a pas été vacciné, que ce soit aux écoles publiques, privées ou internationales », a prévenu le ministère dans un communiqué.

Le ministre de l’Education, Tarek Shawki, a annoncé jeudi 19 août que l’année scolaire qui débutera le 17 octobre se fera en présentiel et non pas sous un système hybride comme l’année dernière. « Les ressources numériques et éducatives sont un complément au processus éducatif dans les écoles et non une alternative à celui-ci, sauf au cas d’une dégradation de la situation pandémique », a expliqué Shawki. Une décision qui va dans le bon sens comme l’estime la députée Inès Abdel-Halim, membre de la commission de la santé au parlement. « Les deux dernières années ont imposé des conditions difficiles à la poursuite du processus éducatif qui a été interrompu à plusieurs reprises, mettant élèves et parents en état de panique et de confusion. D’où la priorité accordée cette année à la vaccination aux universités et aux écoles, lieux des grands rassemblements. Une tâche difficile vu qu’il s’agit de plusieurs millions de personnes, mais qui contribuera à assurer la régularité du processus éducatif tout en contrôlant la situation pandémique », estime Abdel-Halim.

40 millions d’Egyptiens vaccinés avant 2022

Le défi est désormais de garantir les doses requises d’ici la rentrée. « Il est nécessaire d’augmenter les lots importés au cours de cette période parallèlement à l’augmentation de la production locale. C’est le seul moyen pour pouvoir satisfaire les besoins accrus, surtout que la prochaine vague de la pandémie risque d’être plus féroce que les précédentes et que la demande mondiale est très importante, ce qui fait souvent retarder les livraisons commandées par l’Egypte », souligne la députée.

A cet égard, le premier ministre a annoncé cette semaine que le gouvernement s’est fixé pour objectif de vacciner 40 millions de citoyens d’ici la fin de l’année. Il a ajouté que la production quotidienne de vaccins en Egypte est actuellement de 300 000 doses et que le gouvernement discute avec la Chine du doublement des matières premières importées pour augmenter la production quotidienne à 600 000 doses. Quant à la production locale, la ministre de la Santé a déclaré dimanche que l’Egypte envisage de produire entre 15 et 18 millions de doses par mois.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique