Mardi, 28 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

L’Egypte au coeur de la coopération militaire régionale

Chaïmaa Abdel-Hamid, Mardi, 25 mai 2021

Les forces armées égyptiennes effectuent une série d’exercices militaires conjoints avec différents pays. Explications.

L’Egypte au coeur de la coopération militaire régionale
Avec 13 autres pays, l’Egypte participe en Tunisie à l’exercice maritime multilatéral « Phoenix Express 2021 ».

Les forces navales de l’Egypte et celles de 12 autres pays se sont donné rendez-vous à la base navale de La Goulette à Tunis le 18 mai, afin de lancer l’exercice maritime multilatéral « Phoenix Express 2021 ». Cette opération, parrainée par le Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (AFRICOM), est conçue pour améliorer la coopération régionale et le partage de l’information. Les pays participant à cet exercice (l’Egypte, la Tunisie, les Etats-Unis, la Belgique, la Grèce, l’Italie, l’Espagne, Malte, le Royaume-Uni, l’Algérie, le Maroc, la Libye et la Mauritanie) devront s’entraîner et échanger leur expertise jusqu’au 28 mai. Le porte-parole de l’armée, le colonel Tamer Al-Réfaï, a déclaré dans un communiqué que cet exercice « comprend la mise en oeuvre de nombreuses activités de formation qui contribuent à la réalisation de l’harmonie entre les forces des pays participants, et le renforcement et le développement des relations de coopération militaire pour affronter les défis et les hostilités sur le théâtre d’opérations méditerranéen ».

« Phoenix Express 2021 » est un événement tridimensionnel qui passe de l’aspect stratégique, où les dirigeants peuvent trouver l’opportunité de tracer les grandes lignes de la sécurité en mer Méditerranée, pour ensuite traverser la sphère opérationnelle, où l’on peut exercer le commandement et le contrôle d’un groupe multinational mettant en oeuvre un objectif commun pour enfin arriver au niveau tactique qui offre aux participants la possibilité de mener à bien différents types de manoeuvres en mer. Cet exercice, qui comprend des entraînements des unités d’élite et des forces spéciales, entre donc dans le cadre d’une stratégie globale visant à offrir des possibilités de collaboration entre les forces africaines et les partenaires internationaux, afin de répondre aux préoccupations en matière de sécurité maritime. La partie en mer de l’exercice testera les capacités des forces maritimes nord-africaines, européennes et américaines à répondre à la migration irrégulière et à lutter contre le trafic illicite et le mouvement de marchandises et de matériaux illégaux.

Soulignant l’importance de la participation de l’Egypte à cet exercice militaire, le général Nasr Salem, expert militaire et conseiller auprès de l’Académie militaire Nasser, explique qu’il s’agit de l’un des plus grands entraînements militaires auxquels participe l’Egypte. « Il ne s’agit pas simplement d’un exercice maritime multinational, mais d’une opportunité pour toutes les parties participantes de créer un partenariat fructueux et de profiter de cette large expertise diversifiée », dit-il. Et d’ajouter : « La majorité de ces pays sont partenaires du bassin méditerranéen et ont donc des objectifs communs qui consistent principalement à sécuriser les voies de transport maritimes, la protection des champs vitaux en Méditerranée, notamment les puits de gaz pour l’Egypte, et la défense contre les menaces sécuritaires telles que le terrorisme et l’immigration illégale. D’où l’importance de la coopération informationnelle et l’harmonisation des concepts entre ces pays afin de trouver les meilleures solutions dans la gestion des opérations et développer l’action conjointe pour relever les défis ».

Menaces multiples

L’Egypte au coeur de la coopération militaire régionale
Les forces terrestres, maritimes et aériennes égyptiennes participent au Soudan aux exercices « Les gardiens du Nil ».

En vue des défis qui s’accentuent dans la région, l’Egypte a également intensifié sa coopération militaire à tous les niveaux. Dans ce cadre, l’Egypte a intensifié sa participation à différents exercices militaires afin de développer au plus ses capacités de défense. Le général Salem souligne l’importance du timing de ces opérations, surtout que « toutes les directions stratégiques sont actuellement menacées ». Qu’il s’agisse du Nord de la Méditerranée, du Sud, en raison des perturbations avec l’Ethiopie, de l’Est, les menaces au Sinaï, et de l’Ouest, les menaces provenant de la Libye. « A chacune de ces directions sa nature et sa topographie. Par conséquent, les exercices varient entre terrestres, maritimes et aériens. Ainsi, l’Egypte tente d’exercer ses différentes forces militaires aussi bien que ses armes et engins à faire face à tout danger », souligne-t-il.

Outre « Phoenix Express 2021 », l’Egypte et les Emirats arabes unis ont lancé le 21 mai l’exercice militaire conjoint Zayed III, qui durera deux semaines. Cet exercice, auquel participent des unités des forces spéciales des deux pays, comporte, selon le colonel Tamer Al-Réfaï, « de nombreuses activités, notamment une formation sur l’échange d’informations et le commandement d’opérations militaires conjointes ».

Simultanément, au Sud, l’Egypte a envoyé des forces terrestres, maritimes et aériennes au Soudan pour le lancement de l’exercice militaire conjoint « Les Gardiens du Nil », qui se déroule pendant 6 jours, du 26 au 31 mai. Cet exercice est une continuation de la précédente série d’exercices militaires « Les Aigles du Nil 1 » et « Les Aigles du Nil 2 » effectués respectivement en novembre 2020 et mars 2021 entre l’Egypte et le Soudan. « Les forces terrestres, aériennes et navales d’Egypte et du Soudan participent aux exercices militaires des Gardiens du Nil pour confirmer l’état de préparation des forces conjointes et augmenter les expériences de formation des forces armées des deux pays », a déclaré Al-Réfaï.

Les forces navales égyptiennes ont également exécuté des manoeuvres maritimes dans la zone de la Flotte Nord, avec les forces italiennes. Les exercices ont connu la participation de la corvette égyptienne Al-Galala et de l’italienne ITS Carlo Margottini.

Sur un autre volet, le ministre de la Défense, le général Mohamad Zaki, s’est rendu à Chypre pour assister à des entretiens trilatéraux avec ses homologues chypriotes et grecs afin de renforcer la coopération militaire. Au cours de cette rencontre, ils ont convenu d’élargir leur coopération pour contrer les menaces provenant de la région au sens large telles que le terrorisme, la migration illégale et le trafic illégal. Ils se sont accordés à inviter davantage de pays à participer à des exercices militaires conjoints visant à améliorer leur niveau de préparation. De nouvelles opérations sont à l’horizon.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique