Mardi, 18 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Une souche de coronavirus plus contagieuse sévit désormais

Al-Ahram Hebdo avec Reuters, Lundi, 28 septembre 2020

La première étude visant à analyser la structure du nouveau coronavirus à partir de deux vagues d’infection dans une grande ville a révélé qu’une souche plus contagieuse domine les échantillons récents, ont déclaré la semaine dernière des chercheurs du Houston Methodist Hospital.

Une souche de coronavirus

Ils ont exa­miné plus de 5000 génomes de virus récupérés dans la première phase de la pandémie à Houston, une ville ethniquement diversifiée de 7 millions d’habitants, et d’une vague d’in­fections en cours plus récente.

L’étude, qui n’a pas encore été examinée par des experts exté­rieurs, a révélé que presque toutes les souches de la deu­xième vague avaient une muta­tion, connue sous le nom de D614G, qui augmentait le nombre de « pointes » sur le virus en forme de couronne. Les pointes permettent au virus de se lier et d’infecter les cellules, ce qui augmente la capacité du virus muté à infecter les cellules.

Les chercheurs de Houston ont déclaré que les patients infectés par la souche variante avaient des quantités significati­vement plus élevées de virus lors du diagnostic initial. Mais ils ont trouvé peu de preuves que les mutations du virus l’ont rendu plus mortel, notant que la gravité du Covid-19, la maladie causée par le virus, était plus fortement liée aux conditions médicales et à la génétique sous-jacentes des patients.

Ils ont également déclaré que certaines régions de la protéine de pointe— la principale cible des vaccins contre les coronavirus actuellement en développement— présen­taient plusieurs mutations, indi­quant peut-être que le virus évolue pour échapper à la réponse immunitaire du corps. Des études antérieures ont montré que le coronavirus est en train de muter et d’évoluer à mesure qu’il s’adapte à ses hôtes humains.

Les scientifiques ont décou­vert la mutation dès février et elle a circulé en Europe et dans les Amériques, a déclaré l’Orga­nisation Mondiale de la Santé (OMS). L’OMS a également déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que la mutation ait conduit à une maladie plus (ou moins) grave .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique