Samedi, 20 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Barrage de la Renaissance : Peu de progrès en vue

May Al-Maghrabi, Mardi, 14 janvier 2020

Les négociations en cours sur le barrage de la Renaissance entre l'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie semblent piétiner. Le Caire dénonce une « intransigeance éthiopienne ».

Barrage de la Renaissance : Peu de progrès en vue
L’Egypte craint une importante baisse du débit du Nil, vital pour le pays.

Les ministres des Affaires étrangères et ceux des res­sources en eau de l’Egypte, du Soudan et de l’Ethiopie sont réunis depuis lundi à Washington, pour dresser le bilan des quatre séances de négociations tenues au cours des deux derniers mois sous le parrainage des Etats-Unis et de la Banque mondiale, en vertu d’un accord conclu en novembre 2019. « Le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, s’est réuni lundi dans la capitale américaine avec le secré­taire au Trésor, Steven Munchin, et le président de la Banque mondiale, David Malpass, pour présenter la vision détaillée de l’Egypte sur les règles régissant le remplissage et le fonctionnement du barrage éthiopien de la Renaissance », a rapporté Ahmad Hafez, porte-parole du minis­tère. Les résultats de ces réunions techniques devraient être connus ce mercredi 15 janvier.

Mais on sait déjà que les négocia­tions piétinent. Le principal obstacle concerne la durée du remplissage du réservoir du barrage, qui peut contenir 74 milliards de m3 d’eau. Alors que l’Ethiopie insiste sur un remplissage rapide pour bénéficier le plus vite possible de sa production électrique, l’Egypte craint que cela ne provoque une importante baisse du débit du fleuve, vital pour le pays. Les pour­parlers des 8 et 9 janvier à Addis-Abeba se sont soldés sur un nouveau blocage. Anticipant les résultats de la réunion de Washington, le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a demandé dimanche, à Cyril Ramaphosa, le président sud-africain, d’intervenir dans les négociations en tant que prochain président de l’Union Africaine (UA). « Etant donné que Ramaphosa est un bon ami de l’Ethio­pie et de l’Egypte, et aussi le prochain président de l’UA, il peut organiser des discussions entre les deux parties pour résoudre la question de manière pacifique », a déclaré Abiy Ahmed au cours d’une conférence de presse à Pretoria. Ramaphosa a déclaré qu’il était disposé à jouer un rôle de facili­tateur, d’autant que « les deux parties veulent trouver des solutions ».

Les critiques du Caire

« Les quatre réunions ministérielles n’ont pas réalisé de progrès tangibles en raison de l’intransigeance de l’Ethiopie. Addis-Abeba veut imposer le fait accompli sans prendre en consi­dération les intérêts hydriques des pays en aval », a déclaré, vendredi, le ministère des Affaires étrangères, dans un communiqué. « Il est éton­nant qu’à chaque fois que l’Egypte appelle à des mesures pour préserver sa sécurité hydrique et celle des pays en aval, l’Ethiopie menace de procé­der unilatéralement au remplissage du barrage », a fustigé l’Egypte. Le communiqué précise que l’Egypte a proposé de mettre en place des méca­nismes pour s’adapter aux change­ments hydrologiques dans le Nil bleu et pour faire face aux années de séche­resse qui pourraient accompagner le processus de remplissage du barrage. « Or, l’Ethiopie a refusé, ce qui montre son intention d’utiliser ce bar­rage, qui vise uniquement à produire de l’électricité, au détriment des droits et des intérêts hydriques de l’Egypte et en violation flagrante des traités internationaux et des accords sur le partage des eaux du Nil ratifiés par Addis-Abeba qui garantissent les droits et les intérêts hydriques de l’Egypte », a estimé Le Caire. Par ailleurs, Le Caire a catégoriquement nié la prétention éthiopienne d’avoir posé sur la table une nouvelle proposi­tion de remplir le barrage en 12 à 21 ans.

Quels scénarios ?

Selon l’expert hydrique, Abbas Chéraki, les positions éthiopiennes ne visent qu’à gagner du temps. « Toutes les données confirment que l’Ethiopie ne veut pas parvenir à un accord d’ici juin 2020, date du début du remplis­sage du réservoir du barrage de la Renaissance. Mais l’Egypte dispose de cartes de pression et ne restera pas les bras croisés face aux menaces à sa sécurité hydrique. Et là, il faut noter que les propositions égyptiennes ont été équitables et flexibles », pense Chéraki. Selon lui, la proposition égyptienne repose notamment sur le remplissage du barrage de la Renaissance sur une période comprise entre 6 et 7 ans. En cas de sécheresse, l’Egypte propose que le barrage fonc­tionne à 80 % de sa capacité élec­trique. « Sur quoi donc est basé l’ob­jection de l’Ethiopie étant donné qu’elle n’assumera que des dégâts minimums par rapport aux pays en aval, notamment l’Egypte, qui perdra annuellement, elle, plus de 5 milliards de m3 de son quota annuel ? », se demande Chéraki, soulignant que les demandes égyptiennes sont légitimes, notamment le ralentissement du rem­plissage du barrage et la limitation des effets négatifs du processus de rem­plissage pendant la sécheresse. « En dépit des positions éthiopiennes qui compliquent la situation, la participa­tion de l’Egypte à la réunion de Washington est une preuve de plus quant à son engagement sérieux pour parvenir à un accord équilibré préser­vant les droits et les intérêts hydriques de l’Ethiopie comme ceux des pays en aval », ajoute l’expert, qui souligne l’importance du parrainage américain et celui de la Banque mondiale dans ces négociations. Il pense que la demande par l’Ethiopie d’une inter­vention de l’Afrique du Sud dans les négociations est un signe de mauvaise volonté et « une nouvelle manoeuvre de diversion éthiopienne ». « Il ne fallait pas anticiper les résultats de la réunion de Washington. Il semblerait que l’Ethiopie ait joué cette carte pour contourner l’entrée des Etats-Unis et de la Banque mondiale, deux forces de poids disposant d’une grande expérience sur le dossier des litiges hydriques internationaux », explique Chéraki.

Nasr Allam, ancien ministre de l’Ir­rigation et des Ressources hydriques, pense que les 3 parties parviendront au terme des réunions de Washington à un accord partial sur le remplissage du barrage, mais la question de son fonctionnement sera remise à plus tard. Selon Allam, il est aussi possible que les négociations soient prolongées d’un mois. « Si Washington annonce l’échec définitif de la réunion, il y aura une autre série de négociations tripartites de deux mois, mais les Etats-Unis et la Banque mondiale y seront des médiateurs et non plus des observateurs », explique Allam. D’ailleurs, l’Egypte aura le plein droit, en cas d’échec de la médiation, de présenter une plainte auprès du Conseil de la paix et de la sécurité de l’Union africaine en raison des grandes pertes en eau qu’elle subira à cause du barrage de la Renaissance. « L’Egypte possède tous les argu­ments et les documents pour prouver la justesse de sa position dont les études techniques effectuées en 2013 par le comité international et qui avaient recommandé des études sup­plémentaires techniques, hydriques et environnementales sur le barrage. Il y a aussi les propositions faites par l’Egypte lors des dernières négocia­tions, et les accords ratifiés par l’Ethiopie, garantissant les droits hydriques des pays en aval dans les eaux du Nil bleu », conclut Chéraki.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique