Lundi, 26 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Evénements depuis la destitution de Morsi

Mardi, 09 juillet 2013

Mercredi 3 juillet

Dans la soirée, le ministre de la Défense et chef de l’armée, le général Abdel-Fattah Al-Sissi, annonce que le président de la Haute Cour constitutionnelle, Adly Mansour, prend la direction du pays, écartant de fait le président Morsi.

Ce dernier appelle ses partisans à défendre sa « légitimité » avant d’être emmené au siège du ministère de la Défense où il est détenu depuis de façon « préventive ». Des heurts entre les anti-Morsi et les forces de l’ordre d’une part et entre les pro et les anti-Morsi font 7 morts.

Jeudi 4 juillet

Le président par intérim Adly Mansour prête serment. Il promet de « protéger le système républicain » et d’être le « garant des intérêts du peuple ».

Vendredi 5 juillet

Le guide suprême des Frères musulmans, Mohamad Badie, appelle à se mobiliser « par millions » jusqu’au retour au pouvoir de Morsi.

Adly Mansour dissout la Chambre haute du Parlement, dominée par les islamistes et qui assure l’intégralité du pouvoir législatif, et nomme un nouveau chef des services de renseignements.

Les violences entre pro et anti-Morsi et entre pro-Morsi et soldats font 30 morts et plus de 1 400 blessés, essentiellement au Caire et à Alexandrie (nord). Dans le Sinaï (nord-est), 5 policiers et 1 soldat sont tués par des islamistes. Un prêtre copte est également tué.

L’Union africaine suspend l’Egypte.

Samedi 6 juillet

L’agence officielle Mena annonce que Mohamed ElBaradei est nommé premier ministre, avant un démenti dans la nuit.

Dimanche 7 juillet

Des centaines de milliers d’anti-Morsi se rassemblent au Caire et dans la plupart des provinces, notamment à Alexandrie, à l’appel du mouvement Tamarrod (rébellion), à l’origine des manifestations monstres contre l’ex-président.

Le camp pro-Morsi masse des milliers de partisans dans plusieurs quartiers du Caire, notamment près de l’Université du Caire et devant la Garde républicaine.

Lundi 8 juillet

Au moins 51 morts et 435 blessés lors de tirs contre un rassemblement de pro-Morsi devant le siège de la Garde républicaine au Caire.

La confrérie appelle au « soulèvement », Al-Nour annonce son retrait des discussions sur le choix d’un gouvernement de transition.

Le grand imam d’Al-Azhar dit entrer « en retraite » jusqu’à la fin des violences, qui lui font craindre une « guerre civile ».

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique