Dimanche, 16 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Afrique : Le Caire, engagé sur tous les fronts

May Al-Maghrabi, Lundi, 27 mai 2019

L'Egypte a célébré, le 25 mai, la Journée de l'Afrique. Président de l'Union africaine, Le Caire s'est donné pour priorité le développement du continent.

Afrique : Le Caire, engagé sur tous les fronts
Le président Sissi a placé l'Afrique au coeur de l'intérêt de l'Egypte.

L’egypte a commémoré, samedi 25 mai, la Journée de l’Afrique, marquant la création de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), en 1963 à Addis-Abeba, en Ethiopie, devenue aujourd’hui l’Union Africaine (UA). Pour l’Egypte, membre fondateur et actuellement à la tête de cette organi­sation, cette célébration est un moyen de montrer son engagement pour un développement durable et un règle­ment des conflits continentaux.

Le ministère des Affaires étran­gères, dont le bâtiment a été éclairé par le mot « Africa », a organisé des réceptions pour les ambassadeurs des pays africains en Egypte et a parrainé la célébration des missions diploma­tiques égyptiennes à l’étranger. Et maintes activités culturelles, artis­tiques et sportives ont été organisées.

Dans un discours télévisé diffusé samedi, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a félicité les peuples afri­cains pour cette journée de l’Afrique. « Fidèle aux sacrifices des pères fondateurs de l’UA, le continent avance aujourd’hui à pas sûrs et déterminés vers la réalisation du développement durable dans le cadre d’un plan ambitieux que représente l’Agenda 2063 de l’UA pour une Afrique prospère basée sur une croissance inclusive et un déve­loppement durable », a affirmé le président Sissi.

Concernant ce développement durable, le président a jugé néces­saire le lancement de méga-projets continentaux, notamment dans les infrastructures. « Outre les efforts gouvernementaux, il est primordial de profiter des capacités du secteur privé pour promouvoir ce genre de projets. Mais aussi pour pouvoir réaliser l’intégration régionale, la complémentarité économique et la liaison entre marchés africains », a précisé le président, rappelant l’ac­cord sur la Zone de Libre-Echange Continentale (ZLEC) qui entrera en vigueur en juin prochain, lors du sommet africain extraordinaire, prévu au Niger.

Le président Sissi, président de l’UA, a de même souligné que le continent africain est disposé à coo­pérer avec tous les partenaires et institutions de financement interna­tionaux pour bâtir l’Afrique de demain. Et ce, dans le cadre « de partenariats durables garantissant les intérêts mutuels dans un cadre équitable contribuant à renforcer la stabilité et la prospérité du monde ». Par ailleurs, il a souligné l’impor­tance du rôle des jeunes et des femmes dans le développement du continent. « Il est évident qu’il faut former la jeunesse africaine pour qu’elle soit apte à prendre le lea­dership de l’Afrique et oeuvrer à mieux autonomiser la femme afri­caine dans tous les domaines », a-t-il dit.

Sissi, leader africain

« Si le discours du président Sissi s’est focalisé sur l’importance de réa­liser le développement durable en Afrique, c’est parce que selon lui, c’est la voie la plus sûre pour assurer la sécurité du continent, en créant des emplois et en construisant les sociétés post-conflit », commente Hamdi Abdel-Rahman, directeur du Centre des études africaines. Il ajoute que dans son ensemble, son discours confirme l’engagement de l’Egypte à consolider son partenariat avec les pays africains et reflète le grand inté­rêt qu’accorde le président Sissi au développement de l’UA.

D’ailleurs, vendredi 24 mai, l’ONG Cope-Guinée a choisi le président égyptien pour le prix du « leader afri­cain 2019 ». Expliquant les motifs de ce choix, le directeur de cette ONG, Paul Kamano, a affirmé que « le pré­sident Sissi est en train de contribuer au développement de l’Egypte et du continent africain en général ». L’Egypte effectue un retour en force sur la scène africaine depuis 2014, et multiplie aujourd’hui les initiatives de coopération en vue de servir les intérêts du continent. Samedi, à l’oc­casion de la journée de l’Afrique, le ministère des Affaires étrangères a lancé une campagne publicitaire sur les réseaux sociaux en trois langues, passant en revue les efforts déployés actuellement par l’Egypte en faveur de la paix et du développement sur le continent noir. A cela s’ajoute l’initia­tive de faire taire les armes à feu dans toute l’Afrique d’ici 2020, pour mettre fin aux combats en Afrique. Selon le communiqué du ministère, « l’Egypte est bien consciente de la grande responsabilité qu’elle assume en tant que présidente actuelle de l’UA, notamment en ce qui concerne la coordination de l’action commune africaine en vue de réaliser la paix et la sécurité sur la base de solutions africaines aux pro­blèmes africains ».

D’ailleurs, lors du sommet africain en juillet 2018, il a été décidé de per­mettre à l’Egypte d’abriter le siège du Centre de l’UA pour la reconstruction et le développement post-conflit dans le cadre du rôle que joue ce pays. Dans le domaine de la santé, le minis­tère souligne l’importance de l’initia­tive qu’a lancée le président Sissi pour éradiquer l’hépatite C. Le gouverne­ment égyptien compte fournir une assistance technique au personnel médical de divers pays africains dans le domaine du dépistage et du dia­gnostic des citoyens.

Par ailleurs, le ministère souligne que l’Agence égyptienne de partena­riat pour le développement contribue au transfert et au partage des diverses expériences égyptiennes avec des cadres africains dans nombre de domaines comme la santé, l’agricul­ture, l’irrigation et les énergies renou­velables. Depuis sa création en 2014, l’agence a organisé près de 305 ses­sions de formation ayant profité à 10000 stagiaires et envoyé 70 experts égyptiens dans divers domaines. L’agence cherche à créer un cadre de partenariat avec les institutions régio­nales et internationales compétentes, afin de contribuer à la réalisation des objectifs du développement de l’Afrique.

Dans le domaine économique, le Club Afrique développement Egypte a été lancé le 12 mai au Caire. Son lancement constitue une nouvelle coopération entre l’Egypte et les autres pays d’Afrique. Dans le domaine hydraulique, la signature, en décembre dernier, de la construction par l’Egypte du barrage hydroélec­trique Gorges de Stiegler, en Tanzanie, est un autre projet illustrant son enga­gement pour la coopération entre pays africains. Le député Moustapha Al-Guindi, membre de la commission des affaires africaines au parlement et membre du rassemblement parlemen­taire des pays du nord de l’Afrique, fait l’éloge de la campagne réussie lancée par le ministère des Affaires étrangères qui a mis en exergue « le rôle efficace que joue l’Egypte pour la prospérité et la sécurité du continent noir ».

Pour Ossama Abdel-Khaleq, ambassadeur d’Egypte à Addis-Abeba et son délégué permanent auprès de l’UA, « la présidence égyptienne de l’UA marque un bond qualitatif dans l’intégration conti­nentale ». Lors de sa participation à un événement organisé par l’UA à l’occasion de la Journée de l’Afrique, il a annoncé que le premier sommet de coordination entre l’UA et les groupements économiques régio­naux africains se tiendra le 8 juillet prochain à Niamey, afin de lancer une nouvelle phase d’intégration et de coordination des efforts.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique