Jeudi, 23 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Relations égypto-chinoises, une nouvelle impulsion

May Al-Maghrabi, Mardi, 30 avril 2019

La visite, du 25 au 28 avril, du président Abdel-Fattah Al-Sissi en Chine, pour participer au 2e Forum de La Ceinture et la Route, a permis de booster les relations égypto-chinoises et a donné un nouvel élan au partenariat afro-arabo-asiatique.

Relations égypto-chinoises, une nouvelle impulsion
La visite s’est soldée par la signature d’un certain nombre d’accords de coopération renforçant ainsi le partenariat stratégique global entre les deux pays établi en 2014.

Les relations égypto-chinoises se consolident. La visite du président Abdel-Fattah Al-Sissi à Pékin pour participer au deuxième Forum de La Ceinture et la Route, tenu les 26 et 27 avril, a permis de nouvelles perspectives de coopération. 37 chefs d’Etat et de gouvernement, ainsi que le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, et le directeur exécutif du FMI, Christiane Lagarde, ont participé au forum. Il s’agit de la 6e visite du président Sissi en Chine. La visite s’est soldée par la signature d’un certain nombre d’accords de coopération renforçant ainsi le partenariat stratégique global entre les deux pays établi en 2014 (voir encadré).

C’était aussi l’occasion pour l’Egypte, en tant que présidente de l’Union africaine, de négocier les moyens de relancer la coopération arabo-afro-asiatique. A cet égard, lors de sa participation, samedi soir, à la table ronde du Sommet tenu en présence du président chinois et de plusieurs chefs d’Etat et de gouvernement, le président Sissi a affirmé que l’Egypte entendait devenir un centre numérique régional. Et ceci étant donné qu’elle constitue l’un des principaux pays au monde en ce qui a trait au nombre de câbles maritimes, et qu’elle oeuvre pour attirer les investissements directs dans le domaine de l’économie numérique. Le président Sissi a surtout affirmé le besoin urgent de financer des projets d’infrastructure en Afrique par le biais de partenariats efficaces tels que le couloir Le Caire-Le Cap, le projet de liaison entre le lac Victoria et la Méditerranée, et d’autres projets d’infrastructure en Afrique, qui constituent une priorité pour l’Afrique.

Partenariat égypto-chinois

Sur un autre volet, en marge de sa participation au forum, le président Sissi a eu plusieurs rencontres bilatérales avec des chefs d’Etat et de gouvernement y participant (voir encadré).

Dans le cadre de la visite présidentielle, un sommet s’est tenu, jeudi 25 avril, entre le président Sissi et son homologue chinois, Xi Jinping, pour discuter de la consolidation du partenariat stratégique entre leurs deux pays dans tous les domaines. Depuis 2014, les deux pays sont liés par un accord de partenariat stratégique global, qui a commencé à se concrétiser, notamment à partir de 2016, avec des accords et des protocoles d’entente dans plusieurs domaines. C’est dans ce contexte que, suite à une séance de négociations approfondies qui a porté sur des questions bilatérales, régionales et internationales d’intérêt commun, le président chinois a salué la participation du président Sissi à la 2e édition du forum qui reflète, selon lui, « non seulement l’implication sincère de l’Egypte dans l’initiative de La Ceinture et la Route, mais aussi le souhait commun des pays africains d’un progrès gagnant-gagnant et d’un développement commun », a déclaré Xi Jinping. Il a de même souligné la volonté de la Chine de participer au plan de développement du corridor du Canal de Suez.

Sur un autre volet, il a jugé nécessaire de renforcer la coopération entre l’Egypte et la Chine en matière de lutte antiterroriste et de sécurité tout en continuant à améliorer les échanges humains et culturels. De son côté, le président Sissi a noté que l’Egypte était disposée à apprendre des expériences réussies de la Chine dans le développement, à aligner son plan de développement sur l’initiative de La Ceinture et la Route et à approfondir la coopération dans un large éventail de domaines. Au niveau des négociations politiques, le président Sissi a déclaré, après la rencontre, que « l’Egypte apprécie les efforts déployés par la Chine en vue d’un règlement juste des causes proche-orientales et espère que la Chine continuera à jouer un rôle constructif ».

Pour développer le partenariat global avec la Chine, le président Sissi s’est entretenu, jeudi à Pékin, avec Wang Yang, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, des relations bilatérales. Selon le porte-parole de la présidence, les deux parties ont convenu, à la fin de la rencontre, d’élargir et de diversifier les domaines de coopération entre l’Egypte et la Chine, notamment à la lumière des grandes avancées réalisées par l’Egypte dans le cadre de son programme de réforme économique mis en place depuis 2016. Wang Yang a notamment salué les avancées réalisées par l’Egypte dans le cadre de son programme de réforme économique. « L’Egypte est devenue un marché prometteur pour les investissements et les entreprises chinois », a affirmé Yang, soulignant la volonté de son pays de renforcer la coopération stratégique avec l’Egypte et d’étudier les moyens d’augmenter les échanges commerciaux entre les deux pays.

Dans le même objectif, le président Sissi a rencontré, vendredi, des hommes d’affaires et des investisseurs chinois lors d’une table ronde organisée en marge du forum. La réunion a porté sur les moyens de stimuler la coopération entre l’Egypte et la Chine dans les domaines du commerce et de l’investissement, ainsi que sur les mesures prises par le gouvernement égyptien pour améliorer le climat d’investissement. Selon les chiffres, le volume des échanges commerciaux entre l’Egypte et la Chine a atteint 11 milliards de dollars en 2017.

Un réseau d’échange et d’infrastructures

Lancé en 2013 par le président Xi Jinping, l’initiative de La Ceinture et la Route vise à établir un réseau d’échanges et d’infrastructures reliant les continents asiatique et européen à l’Afrique à travers la Ceinture de la Route de la Soie et de la Route maritime de la Soie du XXIe siècle. Aujourd’hui, elle représente 65 pays et 60 % des populations du monde, et possède 70 % de la production mondiale. D’où l’intérêt accordé par l’Egypte à cette initiative.

Dans son discours prononcé vendredi 26 avril devant la séance inaugurale du forum, le président Sissi s’est félicité de l’initiative qui « renforce la coopération entre les deux pays ainsi que la coopération égypto-arabo-afro-asiatique », espérant que cette initiative entraînera une augmentation du volume des échanges internationaux et du trafic dans le Canal de Suez. Il a surtout mis en relief l’importance de cette initiative pour l’Egypte dans la mesure où ses objectifs sont compatibles avec la stratégie 2030 pour le développement durable ainsi qu’avec le partenariat stratégique global entre l’Egypte et la Chine. « L’initiative servira les méga-projets lancés par l’Egypte, notamment le projet de développement de l’axe du Canal de Suez, qui vise à créer une zone logistique, industrielle et commerciale. C’est un projet gigantesque qui offre des opportunités d’investissement pour la Chine comme pour les pays membres de l’initiative, désireux de profiter de la position géopolitique de l’Egypte », a déclaré le président Sissi, expliquant les enjeux pour l’Egypte d’adhérer à cette initiative pour coopérer avec l’Asie et l’Afrique. Il a ajouté que l’Egypte était devenue un centre régional de production et d’exportation de l’énergie. « La vision de l’Egypte sur l’intégrité régionale va aussi de pair avec l’initiative, surtout à la lumière de l’essor qu’ont connu les relations arabo-chinoises depuis le premier forum tenu en 2017 », a affirmé le président. Concernant l’Afrique, il a souligné que l’Egypte, à la lumière de sa présidence actuelle de l’Union Africaine (UA), tenait à renforcer la coopération afro-asiatique dans le cadre de l’initiative, dont les objectifs sont en concordance avec l’Agenda de l’UA 2063 sur le développement du continent. « Des raisons pour lesquelles l’Egypte salue le lancement de nouveaux partenariats avec la Chine et le renforcement de ceux existants, dans le cadre de l’initiative de La Ceinture et la Route », a précisé le président Sissi, plaidant pour une coopération arabo-afro-asiatique plus élargie. Un appel favorablement accueilli par le président chinois, qui a déclaré que « la Chine est disposée à travailler avec l’Egypte pour renforcer conjointement la construction d’infrastructures en Afrique », a affirmé Xi Jinping.

Accords prometteurs

Des résultats positifs qui apportent un souffle nouveau aux relations égypto-chinoises, comme l’affirme la politologue Nadia Helmi, spécialiste des affaires asiatiques. Elle note que les visites présidentielles entre l’Egypte et la Chine témoignent de la force des relations bilatérales basées sur un consensus politique et les intérêts mutuels. « La visite du président Sissi en Chine a permis de discuter des plans de coopération au cours de la prochaine période. Les accords signés sont prometteurs », trouve Helmi. Elle précise que la volonté des deux pays de développer leur partenariat s’est traduite, au cours des dernières années, par une consolidation de la coopération dans divers domaines, notamment celui des échanges commerciaux. D’ailleurs, l’Egypte a pu augmenter ses exportations vers le marché chinois. L’analyste affirme que l’orientation de l’Egypte vers ce géant asiatique émergeant depuis 2014 a été un pas sur le bon chemin, ce qui a frayé la voie à de multiples gains pour l’Egypte comme pour la Chine. « Aujourd’hui, l’Egypte soutient en force une coopération afro-arabo-asiatique, dans le cadre de cette initiative, qui servira maints objectifs, dont le développement du continent et la construction d’infrastructures en Afrique ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique