Mercredi, 17 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Sissi et Béchir d’accord sur les questions de fond

May Al-Maghrabi, Mercredi, 30 janvier 2019

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu, dimanche 27 janvier, au Caire, le président soudanais, Omar Al-Béchir. Au centre des discussions: les dossiers bilatéraux, dont celui de l’eau.

L
L'Egypte soutient la stabilité et la sécurité du Soudan.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu, dimanche, son homologue soudanais, Omar Al-Béchir, arrivé au Caire pour une visite d’un seul jour. Les négociations entre les deux pré­sidents ont été axées sur les préoccu­pations mutuelles et les développe­ments en cours dans les régions arabe et africaine.

Une conférence de presse conjointe s’est tenue après la séance de pour­parlers lors de laquelle les deux présidents ont annoncé le maintien de la coordination aux niveaux bila­téral, régional et international. « L’Egypte soutient la stabilité et la sécurité du Soudan, qui représente une partie intégrante de la sécurité nationale égyptienne », a affirmé le président Sissi à son homologue soudanais. Pour sa part, le président Al-Béchir, dont le pouvoir fait l’ob­jet d’une contestation populaire depuis plus d’un mois, a souligné l’importance du soutien de l’Egypte à la stabilité de son pays. « Nous apprécions beaucoup la position de l’Egypte sur cette crise », a relevé Al-Béchir, citant notamment les récentes rencontres entre les hauts responsables des deux pays. Il a surtout reproché aux médias d’avoir exagéré l’ampleur des manifesta­tions. « On ne peut pas nier qu’il y a un problème au Soudan, mais il n’a pas les dimensions que les médias lui ont donné », a estimé Al-Béchir.

Les deux présidents ont de même passé en revue les mécanismes d’ap­plication de l’accord de paix au Soudan du Sud. Cet accord a été signé par le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, et les factions rebelles en septembre 2018 dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba. Le but est de mettre fin à la guerre civile qui a éclaté depuis l’indépendance du pays en 2011. « La stabilité du Soudan du Sud est importante pour la sécurité de l’Afrique centrale et des pays du bas­sin du Nil », a affirmé le président Sissi à son homologue Al-Béchir. Participant aux forces de maintien de la paix au Soudan du Sud, l’Egypte est engagée en faveur du rétablisse­ment de la paix au Soudan du Sud. Le 17 janvier, le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, était au Caire pour coordonner les efforts de paix avec le président Sissi.

Coopération autour du Nil

Au niveau de la coopération bila­térale, les deux présidents ont dis­cuté de la mise en oeuvre de 12 accords signés lors des réunions des comités présidentiels tenus en octobre dernier à Khartoum en matière d’énergie, d’électricité, de transports routier, aérien et mari­time, de sécurité alimentaire, d’in­frastructures et d’investissements. « Nous avons abordé la promotion de la coopération bilatérale, en particulier dans le domaine écono­mique », a déclaré le président Sissi. Pour sa part, le président Al-Béchir a souligné que « depuis l’élection du président Sissi, les relations entre les deux pays ont connu un grand essor ».

D’ailleurs, les discussions ont abordé les recommandations de la Commission permanente égypto-soudanaise pour l’eau du Nil qui a eu lieu au Caire en décembre. Un dossier qui a une importance parti­culière pour l’Egypte qui souffre d’un déficit hydraulique et qui craint que l’achèvement du barrage éthiopien de la Renaissance n’af­fecte son quota d’eau. « Le Soudan ne permettra aucune atteinte à la sécurité hydraulique de l’Egypte », a déclaré Al-Béchir. Sur la réparti­tion des eaux du Nil, il s’est engagé à intervenir auprès de l’Ethiopie pour assurer à l’Egypte, comme au Soudan, sa juste part des eaux du Nil. Les deux présidents ont notam­ment affirmé l’importance de par­venir à un accord sur le barrage de la Renaissance dans le plus bref délai. Sur un autre volet, le prési­dent Al-Béchir a exprimé son plein soutien à la présidence égyptienne de l’Union Africaine (UA) en 2019, affirmant qu’elle permettra de ren­forcer l’unité africaine et les méca­nismes de travail de l’UA.

Selon Hamdi Abdel-Rahman, directeur du Centre des études afri­caines, le résultat le plus important de ce sommet a été l’annonce de la position du Soudan vis-à-vis du dossier du barrage éthiopien. « Il était très positif que le président Béchir annonce qu’il n’admettrait pas que le barrage de la Renaissance affecte les droits de l’Egypte ou du Soudan dans les eaux du Nil. Une position rassurante pour l’Egypte parce que la position floue adoptée autrefois par le Soudan laissait craindre qu’il penchait plutôt du côté de l’Ethiopie, surtout que le barrage éthiopien affecte beaucoup moins le Soudan qui a d’autres sources d’eau », estime Abdel-Rahman. Il ajoute que l’entente entre l’Egypte et le Soudan sur le dossier du partage de l’eau sur la base de l’accord de 1959 devrait permettre de parvenir à un consen­sus avec l’Ethiopie sur le dossier du barrage de la Renaissance. Il conclut que les déclarations des deux prési­dents reflètent un consensus sur les dossiers bilatéraux dont ceux hydraulique, politique, sécuritaire et économique. « Ce rapprochement est indispensable non seulement pour protéger les droits hydrau­liques des deux pays et leurs inté­rêts mutuels, mais aussi pour assu­rer la sécurité de la mer Rouge et celle de la Corne de l’Afrique, une zone stratégique pour la sécurité de l’Egypte », conclut le spécialiste.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique