Vendredi, 19 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Perspectives de l’après-paix

May Al-Maghrabi, Lundi, 21 janvier 2019

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu jeudi au Caire son homologue sud-soudanais, Salva Kiir. Les deux chefs d'Etat ont convenu de relancer les relations bilatérales et de promouvoir la paix au Soudan du Sud.

Les deux présidents ont convenu de hisser leurs relations à des niveaux plus élevés, voire à un nive
Les deux présidents ont convenu de hisser leurs relations à des niveaux plus élevés, voire à un niveau de partenariat stratégique (Photo : AP)

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a reçu, jeudi 17 janvier, le président du Soudan du Sud, Salva Kiir, en visite officielle de deux jours au Caire. Il s’agit de la troisième rencontre entre les deux présidents depuis 2014. Une cérémonie d’ac­cueil officielle a été organisée en l’honneur du président Kiir et la délégation qui l’accom­pagne. Une séance de pourparlers s’est ensuite tenue au palais présidentiel d’Ittihadiya entre les deux chefs d’Etat, suivie d’une conférence de presse conjointe. Selon Bassam Radi, porte-parole de la présidence, cette rencontre témoigne de la volonté du Caire de « promou­voir la paix au Soudan du Sud ». « Le prési­dent Sissi a affirmé à son hôte le plein soutien de l’Egypte aux efforts du gouvernement du Soudan du Sud, visant à instaurer la paix et la stabilité dans le pays, une stabilité dont dépend la sécurité nationale de l’Egypte », a rapporté Radi. Les deux dirigeants ont également abor­dé une série de questions, dont les négociations sur le barrage éthiopien de la renaissance.

Vers un partenariat stratégique

La visite du président Kiir en Egypte inter­vient quelques mois après la signature d’un accord de paix entre le gouvernement et le chef rebelle sud-soudanais, Riek Machar. Signé à Addis-Abeba en août dernier, cet accord fait suite à celui de 2015 qui n’avait pas été respecté. Il relance les chances d’éta­blir la paix au Soudan du Sud en proie à la guerre civile depuis 2013. Une paix que l’Egypte a déployé des efforts pour réaliser. Le sommet Sissi-Kiir était une occasion pour passer en revue les derniers développements au Soudan du Sud et les horizons de coopéra­tion avec l’Egypte. Le président Kiir a loué les efforts de l’Egypte visant à mettre un terme au conflit au Soudan du Sud. « Je loue profondément le soutien de l’Egypte à notre pays aux niveaux politique, militaire et huma­nitaire ainsi que ses positions devant les ins­tances internationales en faveur de notre pays », a dit Kiir. Il a invité le président Sissi à assister en mai prochain, à Juba, à la forma­tion du gouvernement d’union nationale du Soudan du Sud, en vertu de l’accord de paix. Pour sa part, le président Sissi a estimé que l’entrée en vigueur de cet accord frayerait la voie à une nouvelle période de stabilité et de développement au Soudan du Sud. « Nous nous engageons à fournir l’appui politique et technique à l’accord de paix, et nous appe­lons également la communauté internationale à respecter ses engagements envers le Soudan du Sud», s’est engagé leprésident Sissi.

Au niveau bilatéral, les deux parties ont convenu de hisser leurs relations à des niveaux plus élevés, voire à un niveau de partenariat stratégique, a indiqué le président Sissi, affirmant que l’Egypte accorde un inté­rêt particulier au développement de ses rela­tions avec le Soudan du Sud dans les divers domaines et participera au développement de ce pays. « Nos discussions ont reflété la détermination des deux pays à faire progres­ser le niveau des relations bilatérales et avoir un partenariat stratégique permettant d’ex­ploiter les opportunités de coopération », a estimé le président Sissi, ajoutant que les relations entre l’Egypte et le Soudan du Sud connaissent un essor sans précédent. « Les deux pays oeuvrent pour consolider leur coo­pération sur la base des intérêts mutuels pour répondre aux aspirations des peuples des deux pays », a affirmé le président Sissi.

Les enjeux du rapprochement

Selon Amani Al-Taweel, présidente du département des études africaines au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram, le sommet Sissi-Kiir a porté sur les horizons de coopération si la paix envisa­gée se réalise au Soudan du Sud. Elle estime que les deux pays ont intérêt à renforcer leur coopération, notamment à cette période où le Soudan du Sud est proche de concrétiser l’ac­cord de paix. « Vu sa position géopolitique sur la mer Rouge et dans le bassin du Nil, le Soudan du Sud représente une profondeur stratégique pour l’Egypte. Le renforcement de la coopération entre les deux pays permet à l’Egypte de préserver ses intérêts dans la région de la mer Rouge et ses intérêts hydrau­liques », pense Al-Taweel, qui rappelle qu’après la réconciliation avec l’Ethiopie, l’Erythrée veut déployer ses forces navales en mer Rouge, dans la région de Bab Al-Mandab, ce qui constitue une menace potentielle pour l’Egypte. « La coordination entre les deux pays est donc indispensable pour la sécurité de la mer Rouge et celle de la Corne de l’Afrique. Il est important de rappeler que depuis l’indépendance du Soudan du Sud, l’Egypte se tient à la même distance des deux Soudans et ses relations avec les deux pays sont basées sur les intérêts mutuels », indique la politologue.

Sur un autre volet, elle estime que la conso­lidation des relations égypto-sud-soudanaises sert directement les intérêts hydrauliques de l’Egypte que ce soit en ce qui concerne le dossier du barrage éthiopien de la Renaissance ou l’accord d’Entebbe, ratifié en 2010 par les pays du bassin du Nil et qui remet en question les quotas historiques de l’Egypte et du Soudan dans les eaux du Nil. C’est pourquoi le dossier hydraulique a été fort présent au menu des discussions entre Sissi et Kiir. « Les deux pays étudient sérieusement le projet de creusement du canal de Jonglei, qui doit détourner l’eau du Soudan du Sud vers l’Egypte et qui augmentera le quota d’eau de l’Egypte d’environ 7 milliards de m3. La coo­pération avec le Soudan du Sud permet aussi de se remobiliser en faveur d’une reconsidé­ration de l’accord d’Entebbe et peut aussi se refléter positivement sur le dossier du bar­rage éthiopien », affirme Al-Taweel. Elle ajoute que le Soudan du Sud a aussi intérêt à doper ses relations avec l’Egypte. « Le Soudan du Sud, un pays nouveau-né, en proie à la guerre civile, a grand intérêt à renforcer ses relations avec l’Egypte, une force régio­nale axiale. Le soutien politique de l’Egypte au Soudan du Sud accroît donc sa légitimité internationale et permet de conjuguer les efforts en vue d’y aboutir à une paix durable », ajoute la politologue. Pour rappel, l’Egypte participe aux forces de maintien de la paix au Soudan du Sud.

Concernant les perspectives de coopération avec le Soudan du Sud, le député Mostapha Al-Guéndi, président du Rassemblement par­lementaire de l’Afrique du Nord, estime qu’il existe des potentialités prometteuses de coo­pération bilatérale. « La coopération entre les deux pays ne se limite pas au niveau politique et hydraulique. L’Egypte est engagée en faveur du développement du Soudan du Sud avec des projets portant sur la fourniture d’une assistance technique et le développe­ment de plusieurs secteurs dont l’éducation, la santé, l’agriculture, l’irrigation et l’élec­tricité. Déjà l’Université d’Alexandrie se prépare à ouvrir une branche à Juba et un projet de liaison électrique sera lancé », indique Al-Guéndi. Il estime que l’instaura­tion de la paix au Soudan du Sud aura des retombées positives sur la coopération entre les deux pays. « Le Soudan du Sud est riche en ressources naturelles et pétrolières et il possède des terrains parmi les plus fertiles au monde. Des atouts qui favorisent l’établisse­ment d’investissements conjoints dans les domaines de l’industrie agricole, de l’exploi­tation minière et du commerce », estime le député. Il trouve que la visite de Kiir en Egypte et l’invitation qu’il a adressée au pré­sident Sissi pour participer, à Juba, à la for­mation du gouvernement d’union nationale, sont des indices positifs sur l’avenir de la coopération entre les deux pays

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique