Dimanche, 19 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

G77 : Bilan positif pour l’Egypte

Chaïmaa Abdel-Hamid, Lundi, 21 janvier 2019

Le Caire a transmis la présidence du G77+Chine à la Palestine. L'occasion de dresser le bilan de l'Egypte à la tête de ce groupe créé en 1964.

Lors de sa présidence, l
Lors de sa présidence, l'Egypte a déployé d'intenses efforts pour promouvoir le développement des pays membres du G77.

Mardi 15 janvier, au siège de l’Onu, à New York, le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, a transmis le G77+Chine à la Palestine, qui assumera sa présidence au cours de l’année 2019. Créé en 1964, le G77+Chine regroupe aujourd’hui 134 pays en voie de développement. « Le G77 a fait preuve d’un leadership fort tout au long de 2018 et s’est révélé une fois de plus une force centrale qui démontre que le multilatéralisme est le seul moyen de relever nos défis communs », a déclaré le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, lors de la cérémonie à laquelle a pris part la présidente de l’Assemblée générale, Maria Espinosa, et le président palestinien, Mahmoud Abbas. Présidente du G77+Chine pour l’année 2018, l’Egypte a déjà présidé le G77+Chine de 1972 à 1973, et de 1984 à 1985.

Lors de son discours, Sameh Choukri a estimé que l’Egypte avait déployé d’intenses efforts lors de sa présidence du groupe en vue de promouvoir le développement des pays membres et de défendre leurs intérêts. « L’année 2018 a eu un impact majeur sur les efforts de réforme de l’Onu dans divers domaines. L’Egypte a réussi à promouvoir les objectifs du G77 et les valeurs d’équité et de justice dans le système international et aux Nations-Unies. Les efforts inlassables de l’Egypte ont été notamment destinés à l’éradication de la pauvreté, la baisse du taux de chômage et au développement », a affirmé Choukri. Il a indiqué qu’au cours de 2018, le G77 a travaillé dur pour renforcer la capacité de l’Onu à faire face aux défis de la paix et de la sécurité, notamment en développant la diplomatie préventive, en s’attaquant aux causes profondes des conflits et en soutenant la coopération avec les organisations régionales.

A la hauteur des défis

Selon l’ancien diplomate, Hussein Haridi, le développement des pays du G77 a été une priorité sur l’agenda de l’Egypte lors de sa présidence. « Instaurer un système équitable et équilibré dans la distribution des richesses évitant que les grandes puissances industrielles ne s’emparent seules des décisions économiques au détriment des pays du tiers monde a été l’un des axes auquel l’Egypte a accordé un grand intérêt », note Haridi.

Pour le politologue, Tareq Fahmi, la présidence de l’Egypte du groupe a été une occasion pour promouvoir son agenda de réforme économique et politique du G77. Il note qu’il s’agit du plus grand regroupement de pays émergents qui regroupe les deux tiers des pays membres de l’Onu. C’est ce qui explique, selon lui, l’intérêt qu’a accordé l’Egypte au cours de sa présidence du G77 à la promotion de ses objectifs.

« L’Egypte a réussi au cours de l’année 2018 à présenter des propositions pour le développement du système économique au sein des Nations-Unies à travers une vision présentée au sein du Groupe ou lors de sa participation aux divers rassemblements économiques internationaux, notamment en Asie. Sur le volet économique, l’Egypte a plaidé pour la conclusion d’accords commerciaux entre les pays du G77 et les grandes puissances », indique Fahmi. Il ajoute que sur le volet politique, l’Egypte a traité un nombre de dossiers régionaux, notamment la cause palestinienne et la situation en Syrie, à travers sa présidence du G77. « La présidence de l’Egypte du G77 lui a permis surtout de promouvoir, auprès de la communauté internationale, l’importance du développement économique et politique du continent noir. Des objectifs que l’Egypte devra oeuvrer à concrétiser en tant que présidente de l’Union africaine en 2019 », conclut Fahmi.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique