Jeudi, 25 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Le développement du Sinaï, en tête des priorités de l'Etat

May Al-Maghrabi, Jeudi, 03 janvier 2019

La nouvelle année verra l'inauguration de plusieurs méga-projets d'infrastructures, notamment dans les domaines de l'eau, des routes et des ports. L'objectif est de stimuler l'économie et d'améliorer le quotidien des citoyens. Passage en revue des plus importants projets.

Le développement du Sinaï, en tête des priorités de l
Les travaux sont à pied d'oeuvre pour achever quatre tunnels qui devront être opérationnels en 2019.

Le plan de réaménagement de la péninsule du Sinaï connaîtra des développements importants en 2019. Sur le chantier du projet de construction des tunnels sous le Canal de Suez au nord d’Ismaïliya, les travaux sont à pied d’oeuvre pour achever quatre tun­nels qui devront être opérationnels en 2019. C’est l’Autorité de génie des forces armées qui exécute ce projet portant sur la construction de quatre tunnels pour lier la péninsule du Sinaï au Delta du Nil. Le projet vise à développer le Sinaï et à faci­liter le travail dans les secteurs du com­merce, de la construction et de l’agricul­ture. La principale innovation de cette infrastructure est qu’elle va permettre aux usagers d’utiliser directement leurs véhi­cules pour passer dans le Sinaï sans être obligés d’emprunter le ferry ou le pont du Canal de Suez. Ils permettront aussi d’ac­célérer le temps de la traversée du canal qui était jusqu’ici de plusieurs heures. Il devrait être limité à 4 minutes quand l’ou­vrage sera achevé. 40 000 véhicules pour­ront emprunter le tunnel quotidiennement qui mène au Sinaï et le tunnel qui mène du Sinaï à Ismaïliya. Les tunnels routiers seront à double tube de 3,8 km de long et 800 m de tranchée couverte. Le projet comprend également la réalisation de routes en surface pour raccorder les tun­nels au réseau routier et aux futurs projets environnants. Le coût total du projet est de 37 milliards de L.E.

Premier pont flottant à Suez

D’ailleurs, le pont flottant du martyr Ahmad Al-Chabrawi, à Suez, a été expé­rimenté, jeudi 27 décembre et devrait être inauguré d’ici quelques semaines. D’une longueur de 227 m et d’une lar­geur de 15 m, il relie les gouvernorats du Sud et du Nord-Sinaï à la région de Oyoun Moussa au nord de Suez, ainsi que les deux rives du Canal de Suez. Les avantages de ce pont est qu’il donne accès à la fois au transport fluvial et routier. Composé de deux voies, le pont est doté d’un système automatique pour contrôler son ouverture et sa fermeture pour le passage des véhicules.

« Le plan de réaménagement du Sinaï est désormais en tête des priorités de l’Etat. D’où l’importance de lier la pénin­sule aux villes du Canal de Suez et du Delta », a déclaré Mohab Mamich, prési­dent de l’Organisme du Canal de Suez, lors du fonctionnement expérimental du pont flottant. Il a ajouté qu’il existe un plan pour la construction de 14 points de liaison entre le Sinaï et les autres gouver­norats dont des tunnels et des ponts. Certains ont déjà été achevés.

275 milliards de L.E. pour développer la péninsule

L’exécution en cours des tunnels de Suez et des infrastructures routières s’ins­crit dans le cadre d’un vaste plan de réa­ménagement de la péninsule du Sinaï lancé par le président Abdel-Fattah Al-Sissi en décembre 2017 et pour lequel le gouvernement a débloqué en 2018 un fonds de 275 milliards de L.E.

Outre les tunnels, ce grand projet, qui sera exécuté d’ici 2022, prévoit la créa­tion de nouvelles agglomérations urbaines, 15 usines de marbre, 2 lignes de production de ciment, 2 stations d’as­sainissement à des fins agricoles d’une capacité de production d’un million de litres d’eau chacune, des étangs d’éle­vage de poissons, des écoles et des hôpi­taux. Des projets qui débuteront en 2019 avec la participation des hommes d’af­faires. Le premier ministre, Moustapha Madbouli, a annoncé cette semaine, qu’à partir du début de l'année, le gouverne­ment offrira des facilitations et des avan­tages aux investisseurs pour encourager leur participation au plan de réaménage­ment de la péninsule, notamment au Nord-Sinaï. Des exemptions fiscales et douanières seront offertes aux investis­seurs et un système BOT sera lancé pour l’exploitation des terrains. Par ailleurs, l’Association des industriels égyptiens a annoncé qu’elle disposait d’un plan d’in­vestissement dans le Sinaï, qui est riche en ressources naturelles. Le plan prévoit le lancement de plusieurs projets indus­triels. Au cours de 2018, plusieurs zones industrielles ont été créées dans le Sinaï et devront entrer en service au cours de l’année 2019. Parmi elles la zone des industries lourdes au centre du Sinaï, la zone industrielle de Bir Al-Abd et la zone artisanale au Nord-Sinaï. Nasr Salem, expert militaire et professeur à l’Académie militaire Nasser, souligne l’importance de ces projets pour déve­lopper le Sinaï et éliminer le terrorisme. « Il est évident que la sécurité va de pair avec un plan de développement durable de la péninsule pour éliminer le terro­risme. D’où l’importance de lier la péninsule du Sinaï aux autres gouverno­rats du pays pour éviter qu’elle reste une zone isolée, propice à l’installation des groupes terroristes », affirme Mamich.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique