Dimanche, 14 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Surmonter le handicap grâce à la technologie

Nada Al-Hagrassy, Mardi, 04 décembre 2018

Une Académie pour l'intégration des handicapés et la formation technologique ouvrira prochainement ses portes. Cette démarche s'inscrit dans la stratégie de l'Etat visant à faciliter l'inclusion des personnes handicapées dans tous les domaines, notamment au moyen d'outils développés par et pour elles.

Surmonter le handicap grâce à la technologie
Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a annoncé l’inauguration de l’Académie nationale pour l’intégration des personnes handicapées et la formation technologique.

L’autonomisation technologique des personnes souffrant d’un handicap est devenue l’une des priorités de l’Etat. Lors de la 22e édition de la Conférence sur la télécommunication et la technologie de l’information (ICT 2018), tenue au Caire du 25 au 28 novembre, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a annoncé l’inauguration, dans quelques mois, de « l’Académie nationale pour l’intégration des personnes handicapées et la formation technologique », première institution du genre en Afrique. Il a indiqué qu’elle répondrait aux normes de qualité internationales. L’Etat accorde donc un intérêt particulier aux personnes souffrant de handicap, qui étaient autrefois mal représentées à tous les niveaux. Pour rappel, le président Sissi a déclaré l’année 2018 « année des personnes handicapées », qui représentent, selon lui, « une richesse humaine qu’il faut servir et faire valoir ». D’ailleurs, une nouvelle loi sur les personnes souffrant d’un handicap avait été promulguée en 2017, leur assurant des acquis sans précédent.

La nouvelle académie dépendra du ministère des Télécommunications. Elle aura pour mission le développement, par les personnes handicapées elles-mêmes, d’outils technologiques destinés à faciliter l’intégration des personnes handicapées et l’interaction avec elles, surtout des personnes malentendantes. Ces inventions seront ensuite exportées aux pays arabes et africains, afin de leur garantir la même aide. L’académie proposera aussi une formation professionnelle aux personnes souffrant d’un handicap pour les qualifier pour les besoins du marché du travail. « La création de cette académie permettra une meilleure intégration des personnes handicapées dans la société. Elle vise à aider ces personnes à surmonter leur handicap et de donner libre cours à leurs talents, afin de devenir une force productive dans la société », souligne le député Mohamad Abou-Hamed, membre de la commission de la solidarité sociale au parlement. Il ajoute qu’il reste encore beaucoup à faire. « La stratégie de l’Etat est de transformer l’Egypte en un centre technologique et d’exporter cette technologie aux pays arabes et africains », souligne Abou-Hamed.

Faciliter l’accès aux services

A un autre niveau, le gouvernement oeuvre à concrétiser l’initiative lancée par le président Sissi au mois de juillet dernier relative à l’autonomisation technologique des personnes souffrant d’un handicap. Elle vise, plus précisément, à permettre à ces dernières d’accéder aux services gouvernementaux via des applications Internet, sans être obligées de se rendre sur place. Et ce, dans le cadre d’une stratégie ayant pour but l’intégration facilitée des personnes souffrant d’un handicap dans tous les domaines ainsi que l’élimination de toute discrimination à leur égard.

Pour mettre en oeuvre cette initiative, un protocole de coopération a été établi entre le ministère des Télécommunications et le Conseil suprême pour les personnes handicapées. Selon ce protocole, une base de données électronique renfermant tous les noms des personnes souffrant d’un handicap à l’échelle de tous les gouvernorats a été créée. Cette base de données sera reliée aux portails électroniques des différents ministères et instances gouvernementales. Il s’agit également de former les fonctionnaires à l’usage de cette technologie, afin qu’ils puissent assurer les services nécessaires aux personnes handicapées, tout en indiquant à ces dernières les moyens d’accéder aux services technologiques qui leur seront offerts. « Je salue cette initiative qui vise à alléger les difficultés qu’endurent les personnes souffrant d’un handicap lorsqu’elles ont des choses à régler dans telle ou telle instance gouvernementale », souligne Talaat Mahmoud Chédid, la quarantaine, qui a été l’une des premières personnes handicapées à s’inscrire sur cette base de données.

Un autre protocole a été signé entre le ministère de l’Intérieur et celui des Télécommunications en vue de transformer le langage des signes utilisé par les personnes malentendantes en texte écrit pour faciliter l’obtention de papiers officiels auprès des autorités. Le ministre des Télécommunications, Amr Talaat, indique que son ministère a offert de l’assistance technologique, en coopération avec le ministère de l’Education, à 600 écoles destinées aux enfants handicapés. Le ministère a par ailleurs octroyé 2 000 bourses informatiques à des personnes souffrant de handicap, dont 70 % étaient destinées à la Haute-Egypte. « L’autonomisation des personnes handicapées constitue l’un des axes du plan de développement durable global. Le ministère a soigneusement étudié les besoins des personnes souffrant d’un handicap et a tiré profit des expériences internationales en matière d’intégration et d’autonomisation des personnes handicapées », a affirmé le ministre.

L’importance d’un traitement égalitaire

Ces démarches ont été saluées par la députée Guéhad Ibrahim, membre de la commission de la solidarité sociale au parlement. « Les personnes souffrant d’un handicap sont une véritable richesse, comme l’a affirmé le président Sissi. Ils représentent une catégorie active de la population et peuvent contribuer à transformer l’Egypte en un véritable centre d’exportation de technologie avec leurs inventions », estime-t-elle. La députée cite à cet égard des inventions effectuées par des personnes handicapées, dont celle d’une jeune fille souffrant d’une déficience auditive incapacitante et qui a inventé un appareil auditif qui fonctionne à l’énergie solaire. Ou encore l’ingénieur Amr Abdel-Aziz, qui a inventé des lunettes capables de transformer les ondes sonores en images et vice-versa, afin que les personnes malvoyantes puissent se déplacer en sécurité. Elles peuvent aussi transformer le langage des signes en texte pour faciliter l’interaction.

Dalia Atef, membre du Conseil national des personnes handicapées, ne nie pas l’importance des efforts accomplis en faveur des personnes souffrant d’un handicap. Toutefois, elle regrette qu’à part le ministère des Télécommunications, qui a déjà pris des mesures pour intégrer des personnes handicapées, aucun ministère ne dispose jusqu’à présent de base de données sur le nombre de handicapés et leur spécialisation, tant pour leur offrir des services, tant pour recruter parmi eux le pourcentage de 5 % des personnes handicapées, comme le stipule la nouvelle loi de 2017 sur les personnes souffrant d’un handicap.

Guéhad Ibrahim appelle par ailleurs à un traitement égalitaire de toutes les personnes handicapées. « Souvent, en embauchant ou en intégrant des personnes handicapées, on choisit celles souffrant d’un léger handicap au détriment de celles souffrant d’un grave handicap, ce qui est contraire au principe de l’égalité des chances garantie par la Constitution », estime-t-elle. Des revendications légitimes, qui devront être prises en considération, mais qui ne minimisent en rien les avancées réalisées au niveau de l’autonomisation des personnes handicapées.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique