Jeudi, 30 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Tarek Fahmi : Les deux pays partagent des visions communes qui favorisentle développement de leur partenariat stratégique

May Al-Maghrabi, Mardi, 16 octobre 2018

Tarek Fahmi, professeur de sciences politiques à l’Université du Caire et spécialiste des relations internationales, décrypte les enjeux et les perspectives des relations égypto-russes.

Tarek Fahmi

Al-Ahram Hebdo : Quelle est selon vous l’importance de la visite du président Abdel-Fattah Al-Sissi en Russie ?

Tarek Fahmi : Cette visite revêt une importance particulière vu son timing, les messages qu’elle envoie, ainsi que les dossiers bilatéraux et régionaux au menu du sommet Sissi-Poutine. Le premier message qu’envoie cette visite, c’est que le rapprochement égypto-américain, doublé des désaccords russo-américains, est loin d’envenimer les relations entre Le Caire et Moscou. Un message important surtout que cette visite intervient quelques semaines après la rencontre entre le président, Sissi, et le président américain, Donald Trump, à New York en marge de l’Assemblée générale de l’Onu, qui avait témoigné d’une amélioration notable des relations égypto-américaines, notamment après le rétablissement en 2017 de la partie de l’aide américaine à l’Egypte gelée. C’est dans ce contexte que cette visite vise à confirmer la volonté de l’Egypte de maintenir et de développer son partenariat stratégique avec Moscou sur tous les volets. Alliée fidèle de la Syrie, la Russie compte de plus en plus sur le rôle incontournable de l’Egypte dans le règlement des crises régionales, notamment les crises syrienne et libyenne.

— Concrètement parlant, comment se portent les relations égypto-russes ?

— La Russie représente, aujourd’hui, l’un des plus importants partenaires de l’Egypte, alors que pour la Russie, l’Egypte est un allié-clé au Proche-Orient. Les relations égypto-russes sont au beau fixe et reposent sur une diversification et des intérêts mutuels. Les deux pays partagent des visions et des intérêts communs qui favorisent le développement de leur partenariat stratégique sur tous les volets.

— Pourquoi Le Caire et Moscou sont-ils importants l’un pour l’autre ?

— Pour Moscou, l’Egypte est la clé du Moyen-Orient. La Russie trouve en l’Egypte un partenaire avec lequel il est possible de réaliser des avancées politiques, militaires, économiques et commerciales. Et ceci, dans le but de contrarier l’hégémonie américaine dans la région. D’ailleurs, la Russie perçoit l’Egypte comme un partenaire sécuritaire nécessaire au Proche-Orient et en Afrique du Nord dans le sens où Moscou a besoin d’un accès à la sécurité maritime à travers le Canal de Suez, mais aussi d’une porte vers d’autres pays africains. Bref, la Russie veut renforcer la coordination avec l’Egypte en vue de préserver la paix et la sécurité au Moyen-Orient, mais aussi préserver ses intérêts. Pour l’Egypte, la Russie est un ancien allié sur lequel il faut compter aujourd’hui, pour diversifier ses relations politiques ainsi que ses sources d’armements. Des relations que l’Egypte cherche à établir sur une base d’indépendance et d’intérêts mutuels au service de ses enjeux comme au service des intérêts régionaux. Et là, il faut noter qu’il s’agit d’un des traits les plus marquants de la diplomatie égyptienne adoptée depuis plus de quatre ans et qui lui a permis de rétablir des relations avec les acteurs internationaux-clés comme la Chine et la Russie. En outre, pour l’Egypte, le partenariat avec la Russie peut aussi servir d’outil pour empêcher les Américains de faire pression.

— Mais dans son partenariat avec la Russie, l’Egypte ne semble pas vouloir tourner le dos aux Etats-Unis ...

— Certainement pas. Les Etats-Unis demeurent aussi un allié incontournable de l’Egypte. En rééquilibrant ses relations, l’Egypte ne veut pas et ne peut pas tourner le dos à Washington vu les intérêts mutuels qui existent entre eux. Le Caire ne peut pas se passer des Etats-Unis, premier pourvoyeur de l’armée égyptienne. Et Washington est obligé d’éviter toute rupture avec Le Caire pour sauvegarder ses intérêts régionaux. D’ailleurs, le système d’armement égyptien est entièrement américain, un changement radical vers un système russe prendra longtemps et ne sera pas justifié. Bref, la politique étrangère égyptienne envers la Russie et les Etats-Unis s’inscrit dans la direction de l’intérêt national.

— Et sur quoi peut concrètement aboutir cette visite ?

— Au niveau bilatéral, elle permettra de donner un nouvel élan à de grands projets égypto-russes, notamment la construction de la centrale nucléaire à Al-Dabaa, ainsi que l’établissement d’une zone industrielle russe dans la zone du Canal de Suez. Le développement du corridor du Canal de Suez est l’un des grands projets nationaux égyptiens permettant au pays d’attirer les investissements étrangers et de stimuler l’économie après un long ralentissement. On souhaite aussi qu’elle parvienne à un accord déterminé pour la reprise des vols russes. Bref, les résultats prévus de cette visite sont en faveur de la consolidation du partenariat égypto-russe.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique