Mardi, 28 mai 2024
Metaverse > Metaverse >

Metaverse : A la Vitesse grand V

Mostafa Metwally, Dimanche, 02 janvier 2022

Numérisation, intelligence artificielle et Metaverse, rien n’arrête la technologie. Tout s’en trouve entremêlé et bouleversé. Analyse.

Numérisation, intelligence artificielle et maintenant Metaverse, les vagues de progrès technologiques se poursuivent à grande vitesse, en modifiant en profondeur la société humaine. Certes, ces technologies apportent d’énormes avantages, mais aussi des inconvénients si ces évolutions rapides dépassent la capacité d’adaptation des sociétés. Avec l’avènement de l’an 2000, le monde a hâté ses pas vers la mondialisation.

Mostafa Metwally

Et avec la propagation des réseaux Internet, le monde est devenu un petit village à travers lequel il est devenu facile à quiconque de se connecter, même s’il se trouve à l’autre extrémité du globe, tant qu’on est connecté sur Internet. Avec la croissance des connexions à une plus large échelle comme entre les Etats, les entreprises, les maisons d’édition, jusqu’à la plus petite échelle, le citoyen, de nombreux modèles numériques ont émergé entre les diverses entités. Quitte à ouvrir la voie devant de nombreux innovateurs, soucieux de créer de nouveaux services et entités numériques qui allèchent l’enthousiasme des jeunes générations.

Il faut, dans ce contexte, différencier entre deux concepts : celui de la numérisation et celui de la transformation numérique. En effet, les deux concepts sont liés. Mais la numérisation dans les régimes indépendants adopte une approche complète dans le traitement électronique et numérique, que ce soit au niveau du secteur public, privé, ou bancaire. Ce processus mène à une transformation numérique, ou en d’autres termes, à une numérisation complète. Alors que le terme de la transformation numérique concerne un changement de la culture du citoyen, du fonctionnaire, du responsable et de la société dans l’usage des systèmes numériques complémentaires.

Villes intelligentes : Un regard différent

A cet égard, nous recourons beaucoup au concept de villes intelligentes. Ces dernières sont conçues de manière à gérer leurs ressources et leurs services locaux de manière intelligente. Ceci consiste à calculer les coûts de fonctionnement et prévoir les pannes et les nouvelles tendances de manière préventive, avant même qu’elles n’aient lieu. Il est possible de changer le feu rouge dans les signaux de trafic conformément à des images captées ou en mesurant les degrés de température. Il est question également d’irriguer les terres conformément aux prévisions d’humidité et aux degrés de température. Même chose pour les services médicaux et éducatifs, ainsi que les autres. Le tout devant être géré d’une optique complémentaire.

Tous ces systèmes intelligents font défaut aux villes traditionnelles. Ainsi, les Etats s’orientent vers l’adaptation de l’infrastructure technologique des villes intelligentes, afin d’aller de pair avec les évolutions et pour préparer l’avenir. En guise de préparation à cette nouvelle génération de villes intelligentes, les compagnies de télécommunications s’empressent de lancer les réseaux 5G ou encore 6G, qui soutiennent ce qu’on appelle l’Internet des objets à l’intérieur de ces villes. Tous les équipements et les appareils dans différents emplacements seront connectés à des réseaux internes pour que ces villes puissent accomplir à bien la mission qui leur est assignée.

A la Vitesse grand V

Cet état de fait nous amène à porter un regard différent à comment se préparer à la technologie de l’avenir. Toutes les données relevant des opérations numériques susceptibles qui caractérisent ces villes intelligentes sont ensuite compilées de manière centrale dans des centres géants de données dépendant des entreprises de technologie. Ensuite, ces données sont analysées parallèlement avec les besoins des citoyens. Les données sont qualifiées aujourd’hui comme étant « d’or noir du XXIe siècle », puisqu’elles aident les grandes entreprises de commercialisation numérique à viser les consommateurs par des publicités numériques. Elles les aident au même titre à créer de nouveaux produits répondant aux besoins des citoyens et de leurs sociétés et communautés.

L’intelligence artificielle : La conquête du cerveau

Ce flux énorme de données, sa variété et le besoin de les connecter ont donné lieu à l’intelligence artificielle, afin d’aider l’homme à analyser et à comprendre ce tas énorme d’informations. Pour simplifier, je dirais que l’intelligence artificielle en tant que concept nous amène à remémorer le rôle principal de l’ordinateur traditionnel. Celui-ci exécute les programmes qui sont alimentés par certaines données. Il ne pense pas et ne prend pas de décisions. Au contraire, il exécute des calculs délicats et complexes, mais conformément à des programmations faites par l’homme. Depuis longtemps, l’homme a vu qu’il était nécessaire que cet ordinateur soit capable de prendre des décisions et des alternatives correctes selon les données et les scénarios d’alternatives qu’il a stockés au départ.

C’est ainsi que l’ordinateur est doté aujourd’hui de systèmes d’intelligence artificielle similaires au cerveau humain, au niveau des comptes et de la logique et aussi de la récupération et de la liaison des données. Ces avantages ont été exploités dans les recherches scientifiques liées au secteur médical et l’analyse des photos, afin de parvenir à des décisions contribuant à accélérer la roue du progrès technologique et humain. Ces avantages ont également contribué à la bonne gestion des données des villes intelligentes. La transformation numérique complémentaire possède un esprit numérique géré à travers une programmation qui l’aide à prendre des décisions après l’analyse des données et en donnant un signal au preneur réel de décision en ce qui concerne la façon de gérer les ressources des institutions ou des Etats.

Il est possible de dire que la transformation numérique réelle ne peut devenir complète sans un système d’intelligence artificielle qui étudie et analyse les données, afin de parvenir à des modifications législatives et procédurales qui facilitent les opérations de transformation numérique, et par conséquent, augmente la gouvernance des institutions, et en fin de compte, augmente aussi la production des institutions, la précision des décisions et la diminution des taux de corruption administrative et financière, au point d’aboutir à son annulation totale et atteindre la prospérité des villes, des peuples et des Etats.

Metaverse : Le grand imaginaire

C’est le progrès dans l’algorithme de l’intelligence artificielle qui a aidé à l’évolution dans les réseaux sociaux, alors qu’il est devenu l’une des nécessités de la société et de l’époque actuelle de partager les réalisations et les événements avec d’autres individus dans la société, qu’ils soient des collègues, des amis ou des proches. Et aussi de suivre les nouvelles des célébrités. Les réseaux sociaux ont dominé les médias pour devenir « les médias du téléphone mobile » ou « les médias du citoyen ». Les ambitions des propriétaires des grandes compagnies de technologie, surtout celles qui sont spécialisées dans les réseaux sociaux, sont de faire de la société un grand imaginaire.

C’est ainsi que s’est préparée l’entrée, à travers le portail des réseaux sociaux, au monde virtuel complémentaire. La pandémie de coronavirus a dirigé les regards du monde vers la possibilité de communiquer à travers les plateformes du Metaverse, qui effectueront toutes les activités de l’être humain comme les rencontres sous forme de dessins animés ou la pratique du sport ou des exercices physiques avec un entraîneur imaginaire ou virtuel.

Ces aspects semblent être fascinants, mais ils ont une influence négative sur la vie privée des citoyens, surtout qu’ils ont dépassé la phase de la violation de la confidentialité des données privées pour passer à celle des sentiments et des sensations, en plus de diriger les comportements des individus. Pour se préparer à l’avenir et à ses technologies, il faut former des cadres humains capables de gérer les systèmes de transformation numérique complémentaire. En plus de former des cadres d’intelligence artificielle de haute compétence, car l’intelligence artificielle est le moteur essentiel permettant de profiter de la quantité énorme de données qui ont été collectées pendant les deux dernières décennies dans toutes les sociétés. Il est également important de signaler que tout ce progrès technologique doit être accompli sous une ombrelle complémentaire de systèmes de protection de la sécurité des informations et de l’espace cyberbanque. Et ce, à travers des systèmes précis et complexes, afin d’éviter la destruction des sociétés à travers la mise en panne des systèmes ou la fraude et la destruction des données.

La direction politique en Egypte a assimilé l’importance des informations précises et bien révisées. Elle a réanimé les systèmes numériques dans les institutions gouvernementales et formé les cadres humains égyptiens. En plus de la conclusion d’un nombre de partenariat avec différents Etats et compagnies, contribuant à renforcer la capacité numérique de l’Egypte, autant au niveau des systèmes d’information qu’au niveau de leur sécurisation. L’Egypte a assimilé que sa capacité allait se renforcer en se basant sur les systèmes numériques d’informations et une base de données complémentaire, et aussi en procédant à une protection de cette infrastructure de données.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique