Mardi, 23 juillet 2024
Culture > Arts >

La 50e édition du Festival de la Société du cinéma égyptien se tient du 1er au 8 juin sous le thème « Vive la Résistance… Vive la Palestine »

Névine Lameï, Samedi, 25 mai 2024

Le festival a publié la liste des films qui seront projetés lors de ce Jubilé d'or.

 Vive la Résistance… Vive la Palestine

La 50e édition du Festival égyptien de la Société du cinéma se tiendra cette année du 1er au 9 juin 2024, au Centre de créativité artistique du cinéma de l'Opéra du Caire, sous le slogan « Vive la Résistance… Vive la Palestine ». Le festival a publié la liste des films qui seront projetés lors de ce Jubilé d'or.

Deux films seront présentés sur la Palestine à savoir « Fièvres méditerranéennes » de Maha Haj et « Alam » ( le drapeau ) de Firas Khoury. Le premier raconte l’histoire de Walid, 40 ans, un Palestinien de Haïfa qui a des penchants littéraires, qui vit avec sa femme et ses deux enfants et qui est en proie à la dépression.

Quant à « Alam », il parle de Tamer, un palestinien qui vit en Israël. Il accepte de prendre part à une mystérieuse opération à la veille de la fête d'indépendance israélienne, jour de deuil pour les Palestiniens. Le film est une coproduction ente la Palestine, la Tunisie et la France.

D’autre part, cinq films égyptiens récemment sortis dans les salles de cinéma en Egypte, ont été sélectionnés par le jury du festival, pour prendre part à ce jubilé d’or, notamment « 19 B » du réalisateur Ahmed Abdallah El-Sayed.

Sélectionné pour la compétition officielle de la 44e édition du festival international du film du Caire (CIFF), « 19 B » raconte l’histoire d’un vieux vigil qui vit isolé du monde extérieur.

« Beit El Ruby » du réalisateur Peter Mimi, avec le comédien Karim Abdel Aziz, raconte l’histoire d’Ibrahim El Ruby qui décide de vivre dans un village avec sa femme et ses enfants, loin de la pression de la vie moderne. 

« Wesh x Wesh » de Walid El Halafawy raconte l’histoire d’un couple de mariés dont les familles se rencontrent par hasard et de nombreux problèmes surviennent en raison des différences culturelles et sociales.

 « Voy Voy Voy » d’Omar Hilal raconte l’histoire d’un agent de sécurité qui rêve d'une vie meilleure. Il rejoint une équipe de football pour aveugles et s'apprête à disputer une Coupe du monde en Europe.

« Shamarikh » (feux d'artifice) d’Amr Salama, raconte l’histoire de Raouf (joué par le comédien Asser Yassine), fils illégitime d'un des plus importants marchands d'armes d'Egypte. Pour se faire reconnaître légalement par son père, il doit obéir à ses ordres et tuer Amina (incarnée par Amina Khalil).

Cette édition du festival verra le retour du prix du « Meilleur film étranger » après la sortie de près de 300 films étrangers dans les salles égyptiennes en 2023. Ce prix n’était plus décerné depuis la 26ème édition du festival.

Présent au festival, le long métrage « Good Bye Julia » du réalisateur soudanais Mohamed Kordofani a été plusieurs fois primé. Il a obtenu notamment le prix Un certain regard au Festival de Cannes 2023, le prix du meilleur long métrage international aux Oscars, et le prix ​​Golden Horizon du Festival du film arabe de Hollywood (HAFF) en avril 2024. Le film raconte l'histoire de deux femmes dont qui incarnent les relations complexes entre les communautés du nord et du sud du Soudan à la veille de la sécession du pays.

La liste des films qui seront projetés au cours du festival, est longue. Le Festival du Film Society pour le cinéma égyptien est l'un des festivals les plus anciens et les plus populaires d’Egypte.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique