Samedi, 18 mai 2024
Culture > Arts >

A ne pas rater : Wust El Balad et Ehab Tawfik au Cairo Jazz Club, « Cairokee » et Marwan Pablo à l’AUC

Névine Lameï, Samedi, 11 mai 2024

Du 12 au 18 mai, spectacles de danse, soirées musicales, expositions d'arts plastiques et films: des manifestations culturelles pour tous les goûts à découvrir en Egypte.

A ne pas rater

 

MUSIQUE :

Kristina Issa

Le 12 mai, à 21h
Cairo Jazz Club, rue 26 juillet, Agouza.

Kristina Issa se produit avec son groupe musical « Blackout » formé de Sofia Andersson (saxophone et chant), Emil Blommé (percussions), Malte Zeberg (basse guitare), et Fredrik Brändström (synthétiseur et chant). Ensemble, ils joueront des mélodies oniriques qui touchent les coeurs avec leurs sons intenses, explosifs et dynamiques. Les chansons de Kristina parle de l'exclusion, du désir, de l'espoir et de la justice. Et ce, par le biais d’une musique de fusion entre le jazz fluide et le pop au lyrisme profond. Une musique qui fait bouger avec ses mélodies groovy et son énergie alléchante.

« Kayan »

Le 13 mai, à 21h
Room Art Space. The Spot Mall, le Nouveau Caire.

Le jeune groupe « Kayan » chantera de son nouvel album intitulé « El Ghema » (le nuage). Kayan est un groupe de « grunge » arabe, qui est un genre musical dérivé du rock et de la culture underground. Cette dernière est la forme la plus populaire du rock alternatif au niveau mondial dans les années 1990.   

Zawahry, Huss-In et Farahh B2B Yolanda

Le 13 mai, à 21h
Cairo Jazz Club, rue 26 juillet, Agouza.

Les Djs Zawahry, Huss-In et Farahh B2B Yolanda, joueront ensemble un « Back-to-Back» ou encore un « B2B », souvent utilisé lors des sets de DJ. Il s’agit d’une pratique qui offre une expérience unique pour les DJs et le public. Et ce, en permettant une fusion de styles et une dynamique changeante tout au long du set, mêlant la musique électronique au funk.

Danse « Salsa »

Le 13 mai, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guézira Plaza. Sheikh Zayed.

Le CJC 610 propose pour tout amateur de la danse à deux, la salsa, les figures de base en couple de cette danse. La salsa, qui est un mot espagnol qui signifie « sauce » et, au sens figuré, charme, piquant. Il désigne à la fois un genre musical et une danse de couple ayant des racines cubaines. Cette musique de danse au tempo vif est popularisée dans le monde entier.

« Saad El Oud »

Le 14 mai, à 21h
Room Art Space. The Spot Mall, le Nouveau Caire.

Et le 18 mai, à 21h
Cairo Jazz Club, rue 26 juillet, Agouza.

Le jeune luthiste égyptien Saad Al-Oud a une mission : promouvoir et revivifier le patrimoine musical classique arabe auprès des jeunes. Son luth, joué de manière simple et narrative, s’inscrit dans une sorte de musique « fusionnelle », voire une musique de foisonnement et de déferlement de plusieurs genres musicaux provenant de cultures différentes : hip-hop, jazz, blues, rap, house, techno, rock … D’ailleurs, Saad aime créer un public au-delà des frontières, en lui jouant les plus belles compositions et chansons de Mohamad Abdel-Wahab, Baligh Hamdi, Abdel-Halim Hafez, Sayed Mekkawi, Mohamad Fawzi, Mohamad Abdel-Motteleb ...

 

Chris Corsano et Alan Bishop

Le 14 mai, à 21h
Cairo Jazz Club, rue 26 juillet, Agouza.

Deux titans de la scène musicale d'avant-garde s'affrontent. A savoir Chris Corsano et Alan Bishop. Corsano est un percussionniste virtuose basé à New York. Il est réputé pour son travail repoussant les limites du free jazz et des domaines expérimentaux. Et ce, en jouant sur scène ses rythmes envoûtants et ses techniques de percussions innovantes. Corsano a sorti180 albums et a collaboré avec des sommités, comme Joe McPhee et Björk. Au Cairo Jazz Club, Corsano rejoint Alan Bishop. Ce dernier est un musicien américain aux multiples facettes dont la carrière s'étend sur des décennies d'expérimentations révolutionnaires. C’est un musicien conservateur de sons ésotériques du monde entier, apportant ainsi une riche tapisserie d'influences à ses performances.

 

« Kazdoura »

Le 14 mai, 20h
Centre Makan pour la culture et les arts. 1 rue Saad Zaghloul, Mounira.

Kazdoura est un groupe musical basé à Toronto, au Canada. Il propose une fusion entre le style musical arabe traditionnel avec une touche moderne incrusté de jazz, de funk, d’électro-pop… D’où une musique nostalgique dans un mélange interculturel entre mélodie orientale et mélodie occidentale.

« Wust El Balad »

Le 15 mai, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guézira Plaza. Sheikh Zayed.

« Wust El Balad », est un groupe de soft rock égyptien, fondé au Caire en 1999. Aux rythmes de guitares (basses et électriques), percussions et batteries, la musique de « Wust El Balad » est une fusion entre le rock et la musique traditionnelle égyptienne.

 

Hadi Birjakli et Hiba El Gizouli

Le 16 mai, à 21h
Cairo Jazz Club, rue 26 juillet, Agouza.

Laissez les mélodies émouvantes du multi instrumentiste syrien Hadi Birjakli et la voix envoûtante de la star soudanaise Hiba El Gizouli vous emmener dans un voyage musical qui transcende les frontières, avec un pur bonheur auditif et de l’éclat !

Mona Wassef

Le 16 mai, à 20h30
Petite salle de l’Opéra du Caire. Guézira.

Avec sa troupe « Gawla maa Al-Harpe » (tournée avec la harpe), la harpiste égyptienne Mona Wassef, également Professeure de musique au Conservatoire, promet de raviver la harpe, cet instrument ancestral. Et ce, en lui ajoutant de nouveaux sons et airs contemporains qui se prêtent à tous les styles de musique, du jazz aux variétés. D’ailleurs, le son cristallin de la harpe de Wassef, est capable de soulever dans le coeur de son auditeur, une large palette d’émotions.

 

Ali El Helbawy

Le 16 mai, à 20h
Sakiet El Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.

Le chanteur soufi Ali Al-Helbawi est un artiste universel dont la musique mêle, dans un beau tissage culturel, chant religieux, musique arabe, musique occidentale classique/moderne et cantiques coptes.

 

« Ehab Tawfik »

Le 17 mai, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guézira Plaza. Sheikh Zayed.

Le grand chanteur Ehab Tawfik se produit au CJC 619 avec sa voix puissante et ses tubes intemporels qui ont dominé les ondes pendant des décennies et ont inspiré de nombreuses générations.

« Mow, M.Sam & Arrab »

 Le 17 mai, à 21h
Cairo Jazz Club, rue 26 juillet, Agouza.

Une soirée pleine de rythmes électrisants et d'énergie sonore est au rendez-vous avec le trio « Mow, M.Sam & Arrab » et sa musique dite « banger », une musique au rythme entraînant qui évoque quelque chose d’excitant et de formidable.

« Cairokee » et Marwan Pablo

Le 17 mai, à 20h
Université américaine, Al-Tagamaoe Al-Khamess, le Nouveau Caire.

Pour la première fois, dans un concert qualifié d’« exceptionnel », la troupe « Cairokee » et le rappeur Marwan Pablo joueront et chanteront ensemble sur les planches du théâtre de l’Université américaine, au Nouveau Caire. Marwan Motawea, connu sous le nom de Marwan Pablo, est un rappeur égyptien d'Alexandrie. Influencé par le genre Hip Hop, Pablo est l'un des pionniers qui popularisent la musique trap en Egypte. Il est connu pour ses chansons « Free », « Ghaba », « El Gemeza », « Sindbad », « Barbary », etc. Quant à la troupe « Cairokee » d’Amir Eid, elle ne cesse de conquérir les cœurs des jeunes. « Cairokee » est la voix de toute une jeunesse révolutionnaire assoiffée de liberté d’expression et pétrie d’espoir et de promesses. Ses chansons, riches en expressions imagées, révèlent tant de vérités sur cette jeune génération qui rêve d’un lendemain meilleur.

« Tablet El Set »

Le 17 mai, à 20h
Sakiet El Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.

« Tablet El-Set » (la percussion de la femme) est une troupe de musique folklorique égyptienne composée de femmes percussionnistes. Le groupe a été fondé par Soha Mohamed Ali en 2019. Et ce, après avoir étudié le tabla avec son mentor, le percussionniste égyptien Saïd Al-Artiste. «Tablet El-Set » vise à revivifier les plus belles chansons égyptiennes et arabes parlant de la femme, notamment celles essentiellement centrées sur les rythmes et les tempos des percussions.

Medhat Saleh, May Farouk et Riham Abdel Hakim.

Le 17 mai, à 20h
Z Park. Rue Al Horreya, Sheikh Zayed.

Trois grands chanteurs de musique arabe classique animeront ensemble une soirée inoubliable. A savoir: Medhat Saleh, May Farouk et Riham Abdel Hakim. Le chanteur égyptien Medhat Saleh s’est fait connaître sur la scène musicale égyptienne dans les années 1980. Et ce, en revisitant les chansons d’Abdel-Halim Hafez et de Mohamad Qandil. Quelques années après, il fait connaître ses propres chansons au public, avec un premier album intitulé « Zay Ma Qalou Aïniki » (comme disaient tes yeux).

Quant à May Farouk et Riham Abdel Hakim, elles aiment avec leur voix d’or, creuser dans le répertoire de la diva Oum Kalsoum.

 

Mouchira Eissa

Le 17 mai, à 20h30
Grande salle de l’Opéra du Caire. Guézira.

La pianiste de renommée mondiale Mouchira Eissa jouera une sélection d’œuvres classiques écrites spécifiquement pour piano, par les plus grands compositeurs de musique classique. Après l’obtention d’un diplôme du Conservatoire du Caire, Eissa maintes fois primée au cours de sa carrière musicale, dans plusieurs festivités internationales, a poursuivi ses études de piano, à Vienne, en Autriche. Des études couronnées d’un diplôme en 1984, puis d’un doctorat en 1987. Le son du piano de Eissa, est un son à la fois puissant et délectable.

 

« Abo Shaar »

Le 17 mai, à 20h
Sakiet El Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.

« Al-Ekhwa Abu Shaar » (les frères Abu Shaar) est un groupe syrien de chants religieux, composé de dix membres. Six d’entre eux sont des frères de la famille Abu Shaar, dont le père est le cheikh Mouwafek Abu Shaar Al-Husseini qui était chanteur dans sa jeunesse pour certains des grands savants de Damas. Il était également un spécialiste des mélodies. Le groupe « Al-Ekhwa Abu Shaar » chante des poèmes à l’éloge du Prophète Mohamad.

Jaadu et Afroto

Le 18 mai, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guézira Plaza. Sheikh Zayed

Le DJ Jaadu promet d’enflammer les planches du théâtre du CJC 610 avec ses platines aux sons innovants. Jaadu sera accompagné du célèbre rappeur Afroto lequel met ses prouesses lyriques au premier plan et interprète un medley de ses nombreux succès accrocheurs. Rendez vous avec une soirée aux rythmes percutants, aux paroles complexes, et aux sons éclectiques.

 

« The Gypsy Jazz Project »

Le 18 mai, à 20h
Room Art Space. 10, rue Etihad Al-Mohamine, Garden City.

Le « Gypsy Jazz Project » est un groupe de jazz basé au Caire, dont les airs sont influencés par la musique de Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, entre autres jazzmen. Le groupe présente différentes facettes du jazz manouche, avec sa musique de valse, aux rythmes tantôt rapides, tantôt lents et contemplatifs. Le « Gypsy Jazz Project », formé de 7 musiciens égyptiens (guitaristes, saxophoniste, bassiste, accordéoniste), sera accompagné de l'artiste bulgare Djaïma qui est une violoniste iconoclaste d’un tempérament qui puise son inspiration dans les cultures bulgare et même tsigane.

 

Théâtre.

Ali Qandil

Le 14 mai, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guézira Plaza. Sheikh Zayed.

Omar El Gamal présentera un spectacle interactif de Stand Up Comedy plein d’humour et de rire.

 

« Turning Table »

Du 16 au 18 mai, à 20h
Rawabet Art Space. 5, rue Hussein Pacha Al-Meemari, centre-ville.

« Turning Table » ou (la table tournante) mise en scène de Hani Eskandar, est une pièce de théâtre qui nous invite à explorer l'impact de nos expériences vécues sur nos choix et nos relations avec tout ce qui nous entoure dans le monde.

 

CINEMA

« Belle et Sébastien 3 : le dernier chapitre »

Le 17 mai, à 14h
Institut Français d’Egypte. 5, rue Chafiq Al-Dib, Ard Al-Golf. Héliopolis.

« Belle et Sébastien 3 : le dernier chapitre », est un film de Clovis Cornillac. Deux ans sont passés. Sébastien est à l’aube de l’adolescence et Belle est devenue maman de trois adorables chiots. Pierre et Angelina sont sur le point de se marier et rêvent d’une nouvelle vie, ailleurs…

« Kingdom Planet Apes »

Dans les salles du cinéma.

« Kingdom Planet Apes » ou (La Planète des singes : Le Nouveau Royaume), est un film de science-fiction américano australien réalisé par Wes Ball. Vers 2328 environ 300 ans après la mort de César, le « Moise » du peuple des singes, plusieurs clans de primates se partagent désormais le havre de paix où leur chef historique les a conduits. A l'extérieur, les humains ont régressé à l’état sauvage. Alors que certains clans ont purement oublié César, d'autres ont corrompu et dogmatisé son enseignement pour asseoir l'autorité d'un empire.

 

BALLEY

« La Belle au bois dormant »

Les 12 et 13 mai, à 20h30
Grande salle de l’Opéra du Caire. Guézira.

« La Belle au bois dormant » est un spectacle donné la troupe de ballet de l’Opéra du Caire, sur la musique de Pyotr Ilyich Tchaïkovski, et la chorégraphie de Marius Petipa.  Le ballet en un prologue, trois actes et cinq tableaux, met indéniablement en évidence le conflit entre le Bien (la fée des Lilas) et le Mal (la fée Carabosse), représentés chacun par un leitmotiv repris plusieurs fois au cours du ballet. Ce leitmotiv sert de fil conducteur à l'intrigue sous-jacente. Avec sa beauté, son élégance et sa grâce, « La Belle au bois dormant » promet d’entraîner le spectateur dans un monde merveilleux de conte de fées, de fantaisie et de rêverie. Et ce, avec son protagoniste, la princesse Aurora.

EXPOSITION

Deena Fadel.

Galerie Picasso. 5, rue Hassan Assem, Zamalek.
Du 12 au 30 mai, de 10h à 21h (sauf le dimanche)

C’est sous le titre « Light » (Lumière) qu’expose l’artiste peintre anglo-égyptienne Deena Fadel. Son art se distingue par une douceur féminine assez spéciale. Ses toiles sont marquées par des couleurs mixtes blanc/beige et ocre, des lignes qui se chevauchent, des formes abstraites ... Elle n’essaye guère d’imiter la réalité, mais elle la transforme entièrement, en y déployant beaucoup d’imagination.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique