Samedi, 25 mai 2024
Culture > Arts >

Violences sexuelles: les César, heure de vérité pour le cinéma français

AFP , Samedi, 24 février 2024

s
L’actrice Judith Godrèche. Photo : AFP

L'actrice Judith Godrèche, devenue le fer de lance de la dénonciation des violences sexuelles dans le cinéma français, a dénoncé le "niveau d'impunité, de déni et de privilège" dans le milieu, ovationnée vendredi à Paris sur la scène des César, les Oscars français.

"Pourquoi accepter que cet art qui nous lie soit utilisé comme couverture pour un trafic illicite de jeunes filles ?", a interrogé celle qui a libéré la parole sur le sujet en France en portant plainte contre les réalisateurs Benoît Jacquot et Jacques Doillon pour des violences sexuelles et physiques pendant son adolescence, que ces derniers nient.

"Il faut se méfier des petites filles, elles touchent le fond de la piscine, elles se blessent mais elles rebondissent", a-t-elle ajouté, appelant à "croire" les victimes.

La cérémonie s'est déroulée sous haute tension, les victimes de violences sexistes et sexuelles espérant qu'elle ferait date. La question a surgi d'emblée, dans les propos liminaires de la présidente de la cérémonie, la comédienne Valérie Lemercier.

"Je ne quitterai pas ce plateau sans louer celles et ceux qui font bouger les us et coutumes d'un très vieux monde où les corps des uns étaient implicitement à la disposition des corps des autres", a déclaré cette dernière.

Tout aussi symbolique, l'Académie a remis son tout premier prix, le César de la meilleure actrice dans un second rôle, à Adèle Exarchopoulos, pour "Je verrai toujours vos visages", où elle interprète une victime d'inceste.

Avant la cérémonie, une centaine de personnes ont manifesté devant la salle de spectacle où se tenait la cérémonie, à l'appel du syndicat CGT, pour soutenir la parole des victimes. "Tous ensemble, on peut vraiment aider à ce que les choses bougent, un monde vraiment meilleur peut s'ouvrir", a déclaré l'actrice Anna Mouglalis, qui a accusé les réalisateurs Philippe Garrel et Jacques Doillon de l'avoir agressée sexuellement.

 "Aveuglement collectif" 

Egalement avant l'ouverture des festivités, la ministre de la Culture Rachida Dati, présente ensuite dans la salle, a déploré un "aveuglement collectif" qui "a duré des années" dans le milieu du cinéma, dans un entretien à la revue Le Film français.

"La liberté de création est totale mais ici on ne parle pas d'art, on parle de pédocriminalité" concernant Judith Godrèche, a-t-elle poursuivi.

De la mise en examen pour viols et agressions sexuelles de Gérard Depardieu aux accusations portées par Judith Godrèche, suivies par d'autres comédiennes, les violences sexuelles hantent plus que jamais le cinéma français. L'acteur Aurélien Wiik, lui, a lancé le hashtag #MeTooGarçons sur Instagram jeudi.

Censés représenter le cinéma dans sa diversité, les César ont évolué depuis la cataclysmique édition 2020 où Roman Polanski, accusé de viol, a reçu le prix du meilleur réalisateur pour "J'accuse", provoquant le départ de l'actrice Adèle Haenel.

L'institution a été renouvelée. Une règle de "non-mise en lumière" des mis en cause par la justice "pour des faits de violence" a été instituée (pas d'invitation aux événements liés aux César, pas de remise de statuette sur scène, ni de discours pour les lauréats).

A priori, aucun des nommés n'est visé par des accusations. L'acteur Samuel Theis ("Anatomie d'une chute") fait l'objet d'une enquête après la plainte pour viol portée par un technicien alors qu'il tournait un film l'été dernier, mais il n'en fait pas partie.

 Justine Triet pour l'Histoire 

"Anatomie d'une chute", Palme d'Or à Cannes et nommé cinq fois aux Oscars (le 10 mars au soir à Los Angeles, dans la nuit du 11 en France), a récolté 11 nominations. Le trophée du meilleur film pourrait se jouer entre lui et "Le règne animal", film fantastique de Thomas Cailley (12 nominations).

A 45 ans, sa réalisatrice Justine Triet marquerait l'histoire des César en devenant la deuxième femme à remporter le prix de la meilleure réalisation, un quart de siècle après Tonie Marshall ("Vénus Beauté (institut)" en 2000).

Deux autres réalisatrices (sur cinq nommés) sont en lice: Catherine Breillat ("L'été dernier") et Jeanne Herry ("Je verrai toujours vos visages").

Côté interprètes, parmi les favoris, l'actrice allemande Sandra Hüller ("Anatomie d'une chute"), Hafsia Herzi ("Le ravissement"), Romain Duris ("Le règne animal").

Raphaël Quenard a remporté le César de la meilleure révélation masculine pour "Chien de la casse".

La réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania a appelé à ce que "le massacre cesse" à Gaza en recevant le César du meilleur documentaire pour "Les filles d'Olfa".

Des César d'honneur doivent être remis à l'actrice et réalisatrice Agnès Jaoui, qui a raconté publiquement avoir été victime de violences sexuelles dans son enfance, et au cinéaste américano-britannique Christopher Nolan ("Oppenheimer").

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique