Samedi, 15 juin 2024
Culture > Arts >

A ne pas rater : Le chanteur Ali Al-Haggar à l’Opéra du Caire et le trio « Accordionella », à l’espace Room

Névine Lameï, Samedi, 10 février 2024

Du 11 au 17 février, spectacles de danse, soirées musicales, expositions d'art plastique et films, des manifestations culturelles pour tous les goûts à découvrir au Caire et à Alexandrie.

A ne pas rater

Musique :

« 404 Retrograde »

Le 11 février, à 21h
Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

Formé en 2018, après avoir donné plus de 50 concerts en 2020, le groupe « 404 Retrograde » se produit pour la première fois au CJC. Il joue tout genre de musique, des Beatles à Pink Floyd, en passant par « Aerosmith », l’un des groupes de rock les plus renommés dans le monde. « 404 Retrograde » jouera avec ses guitares et les voix puissantes de ses membres, de son album « Zahmet El-Hayah » (le chaos de la vie). 

 

Concours Karaoké

Les 12 et 13 février, à 19h
Institut Français d’Egypte. 5, rue Chafiq Al-Dib, de la rue Chamseddine Al-Dahabi, Ard Al-Golf, Héliopolis (sur la terrasse)

L’IFE invite son visiteur à célébrer l’amour, en participant à son concours Karaoké, spécialement organisé pour la fête de Saint-Valentin. Entrée libre et gratuite.

 

« Accordionella » et Reem Ezzedine.

Le 12 février, à 21h
Room Art Space. The Spot Mall, le Nouveau Caire.

D’une manière très interactive, festive et joyeuse, la troupe « Accordionella » aime se produire partout, le plus souvent dans des lieux publics en plein air. Formée du trio Rafeek Gamal à l’accordéon-piano, Dany Joseph à la guitare et Ahmed Adel au cajon, le trio possède un savoir-faire en matière de communication capable de gagner les coeurs. Au programme, des pièces musicales ayant un zeste local, mêlé au pop, au folk, au jazz manouche, au valse swing, au tango, à la java, au punk rock, au bal musette, à la polka, aux chansons françaises et latinos. Quant à la chanteuse égyptienne Reem Ezzeldin, elle a participé au programme « The Voice », dans sa première édition, remportant un grand succès avec la douceur de sa voix, son style unique et sa présence scénique captivante.

 

« Dozzi Junior & Ouzo »

Le 12 février, à 21h
Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

Le groupe « Dozzi Junior & Ouzo » joue de la musique électronique qui a révolutionné la scène contemporaine avec son multi culturalisme. Une musique qui passe par la reconnaissance de la diversité ethnique et culturelle, en prônant une coexistence entre les différentes cultures du monde.

 

« Ritmo Band »

Le 13 février, à 21h
Room Art Space. The Spot Mall, le Nouveau Caire.  

De la musique beat, aux variations aussi bien régulières qu’irrégulières, des temps forts et des temps faibles. C’est ce que propose la jeune troupe égyptienne « Ritmo Band ». Elle jouera du rock et du pop, des musiques inspirées du groupe le plus populaire du genre dans le monde, les Beatles. « Ritmo Band » promet de faire bouger son audience avec des battements musicaux qui mêlent musique orientale et occidentale.

 

« Maii Waleed Hashem »

Le 13 février, à 21h
Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

La jeune chanteuse alexandrine Maii Waleed est de retour au CJC. Elle sait captiver son auditeur avec sa voix douce et ses paroles sincères. La musique de Maii emmène le public dans un voyage musical inédit, allant des classiques discos arabes à l'électro.

 

Ali Al-Haggar

Le 14 février, à 20h
Grande salle de l’Opéra du Caire. Terrain de l’Opéra, Guézira.

En célébration de la fête de Saint-Valentin, le chanteur Ali Al-Haggar, surnommé « la voix d’or » de l’Egypte, interprétera un ensemble de ses plus belles chansons d’amour, notamment celles de génériques de feuilletons égyptiens mémorables. Tout au long de sa carrière musicale, signant une vingtaine d’albums, Al-Haggar a contribué avec de grands noms dans le domaine de la musique et du chant, dont les paroliers égyptiens Salah Jahin, Abdel-Rahman Al-Abnoudy, Sayed Hegab, Bahaa Jahine, ainsi qu’avec les compositeurs Baligh Hamdi, Sayed Mekkawi, Omar Khairat, Fathy Salama …

 

L5VAV

Le 14 février, à 21h
Cairo Jazz Club 610. Arkan Plaza. Sheikh Zayed

Le chanteur, rappeur et producteur égyptien L5VAV lance, à CJC 610, son nouvel album « Khalsa ». Sa musique est jugée innovante, utilisant une sélection éclectique de flows, productions et refrains.

 

Abdel Basset Hamouda

Le 14 février, à 20h
Sakiet El-Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.

Le chanteur populaire égyptien du « chaabi » Abdel Basset Hamouda est l’invité de la soirée célébrant la Saint-Valentin, à Sakiet El Sawy. Il chantera le chagrin d’amour. Né à Alexandrie en 1960, Abdel Basset Hamouda a tout d’abord commencé sa carrière de chanteur dans des fêtes de mariages populaires et dans des rassemblements religieux. Sa voix pleine de verve, de chagrin et d’affliction lui ouvre les portes de la gloire.

 

« Strawberry Swing Band »

Le 15 février, à 21h
Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

Obsédée par le Coldplay du rock britannique, l’un des plus grands groupes à succès du nouveau millénaire, « Strawberry Swing Band » aime jouer de manière improvisée. La troupe égyptienne mêle dans sa musique le métal au rock progressif, le jazz au blues et à la musique pop. « Strawberry Swing Band », créée en 2011, a reconnu un grand succès en premier sur les réseaux sociaux. Suivie après par un large public, essentiellement des jeunes, « Strawberry Swing Band » attire ceux qui rêvent d’un monde plus libre. Et ce, en leur proposant des œuvres méditatives sur un fond de musique minimaliste et électronique. Les paroles des chansons de la troupe s’inspirent des graffitis et portent sur l’amour, la dépendance, les troubles psychologiques, le travail …

 

« Rokn »

Le 16 février, à 20h
Room Art Space. 10, rue Ettihad Al Mohamin, Garden City.

« ROKN » est l’un des jeunes groupes les plus émergents de sa génération à jouer de la musique électronique, un ancien type de musique, conçu tout d’abord avec des générateurs de signaux et de sons synthétiques. « ROKN » manie aisément les sons avec des boucles répétitives superposées.

 

Musique classique

Le 17 février, à 20h
Grande salle de l’Opéra du Caire. Terrain de l’Opéra, Guézira.

Pour tout amateur de musique classique, l’Orchestre symphonique du Caire invite ses fans à une soirée féerique, avec le violon solo de Abigeila Voshtina. A cette soirée participeront Mona Rafla (soprano), Jolie Faiz (mezzo-soprano), Amr Medhat ténor) et Réda Al-Wakil (bass baryton). La soirée est dirigée par le maestro Jacopo Sipari.

 

« Asia Madani »

Le 17 février, à 21h
Cairo Jazz Club. 197 a, rue 26 juillet, Agouza.

Originaire d’Oued Medni, au Soudan, la chanteuse et percussionniste Asia Madani aime faire découvrir le folklore soudanais à son public, le séduire à la recherche de dépaysement et de voyage. Elle lui chante des styles musicaux traditionnels soudanais, riches et variés. Entourée sur scène de musiciens de différentes régions du Soudan, Madani interprète des chansons qui puisent dans le folklore soudanais, tout en jouant sur des tambours, des tambourines, des djembés et des percussions. Les chansons de Madani, riches en battements, applaudissements, gammes pentatoniques, chants polyrythmiques et expressions lyriques, chantent l’amour, l’histoire d’une tribu, la beauté du Soudan, la jeunesse, la résistance à la junte, la nostalgie …

Cinéma :

« Eiffel »

Le 14 février, à 19h
Institut Français d’Egypte. 5, rue Chafiq Al-Dib, de la rue Chamseddine Al-Dahabi, Ard Al-Golf. Héliopolis.

« Eiffel » est un fim de Martin Bourboulon. Venant tout juste de terminer sa collaboration sur la Statue de la Liberté, Gustave Eiffel est au sommet de sa carrière. Le gouvernement français veut qu’il crée quelque chose de spectaculaire pour l’Exposition Universelle de 1889, à Paris, mais Eiffel ne s’intéresse qu’au projet de métropolitain. Tout bascule lorsqu’il recroise son amour de jeunesse. Leur relation interdite l’inspire à changer l’horizon de Paris pour toujours.

 

« Anf Wa Salas Oyoun »

Dans les salles du cinéma au Caire et à Alexandrie.

Les événements du film égyptien « Anf Wa Salas Oyoun » (un nez et trois yeux), du réalisateur Amir Ramsis, d’après une nouvelle au même nom de l’écrivain Ehsan Abdel Qoddous, tournent autour de Hashem, un célèbre chirurgien plasticien. Il a la quarantaine et a du mal à s'engager dans une relation amoureuse à long terme. A suivre avec Zafer Labedine.

 

« The Last Possession »

Dans les salles du cinéma au Caire et à Alexandrie.

« The Last Possession » est un film épouvante-horreur de Dan Riddle. Une jeune famille, forcée de déménager dans la maison d’enfance du mari, croit qu’elle est terrorisée par le fantôme du grand-père qui s’y est suicidé, pour découvrir qu’elle a terriblement tort.

 

« El System »

Dans les salles du cinéma au Caire et à Alexandrie.

Un homme souffre d’échec dans ses relations amoureuses. Il demande de l'aide à son ami dont les conseils sont basés sur des expériences de vies antérieures. Avec Tarek Lotfy, Nesreen Tafesh et Ahmed El-Fishawy.

 

« Waqt Edafi »

Dans les salles de cinéma du Caire et d’Alexandrie.

« Waqt Edafi » (un temps supplémentaire), du réalisateur Osama Omar, tourne autour de la vie de trois escrocs qui se rencontrent dans un spa de luxe. Un film qui mêle action, comédie et romance, avec Amr Abdel-Galil et Khaled El-Sawy.

 

TV :

« Ben El Sottour »

Sur Shahid.

La journaliste Hend Salem essaie d'avancer dans son travail en cherchant à inviter une personne célèbre dans son émission. Le fait d’inviter cette personne implique Hend dans une grande affaire qui lui cause des problèmes avec son époux. Ce dernier se rend compte que sa femme a vécu dans le temps une grande histoire d'amour avec son invité. A suivre dans le feuilleton « Ben El Sottour », avec Séba Moubarak et Ahmed Fahmi.

 

« Heeramandi : le bazar des diamants »

Sur Netflix.

« Heeramandi : le bazar des diamants » est un feuilleton indien qui traite de Sanjay Leela Bhansali, laquelle apporte sa touche majestueuse aux histoires d'amour et de trahison dans la vie des courtisanes de l'Inde d'avant l'indépendance.

 

Exposition

« Clash »

Jusqu’au 29 février, de 10h à 21h (sauf le vendredi)
Galerie Karim Francis, 1, rue Al Sherifein, centre-ville cairote.

Les artistes plasticiens Pancé Ahmed et Omar Senada présentent leur dernier projet travaillé ensemble dans l’exposition « Clash ». Il juxtapose, à travers des peintures aux couches pâteuses, colorées et accumulées, une ville qui se ruine face à une terre mère choquée. Une exposition qui soulève des questions sur l’avenir de l’environnement dans une société de surconsommation.

 

1ère édition du festival Alexandria Photo Week

 Jusqu’au 10 février
Institut Français d’Egypte. 30, rue Nabi Daniel. Al-Attarine

Après le succès de Cairo Photo Week, les équipes de Photopia proposent un parcours photo dans sept espaces culturels à Alexandrie : l’Institut Français d’Alexandrie, l’espace « B’sarya », le Centre Culturel Jésuite, le musée gréco-romain et « 6 Bab Sharq ». Le « Photo Week », au Caire et nouvellement à Alexandrie, est devenu une occasion pour attirer et rassembler la communauté photographique non seulement en Egypte, mais aussi au Moyen-Orient et en Afrique. Thèmes abordés : le corps humain, le rapport qui le lie à son environnement …

 

Théâtre :

« Ebny »

Les 10, 13 et 14 février, à 20h
Théâtre Rawabet, rue Hussein Al-Meemar, de la rue Champollion, centre-ville.

La troupe théâtrale « Kenoma » présente le spectacle « Ebny ».  

Dans une sorte de théâtre immersif qui se différencie du théâtre traditionnel par l'absence du quatrième mur, mêlant le public à la performance, la pièce de théâtre « Ebny » est une adaptation de la pièce « Le Dieu du carnage », écrite par Yasmina Reza et publiée le 3 janvier 2007, aux éditions Albin Michel. La pièce, genre tragédie, raconte l'histoire de quatre parents issus de deux familles distinctes qui se retrouvent réunis après qu'un de leurs fils a agressé le fils de l'autre famille. L’histoire commence de manière civilisée, mais à mesure que l’histoire se développe, notre compréhension des véritables intentions et motivations de chaque personnage évolue également, à mesure que les personnages adultes reviennent à un comportement presque enfantin.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique