Lundi, 24 juin 2024
Culture > Arts >

A ne pas rater : le groupe danois « WhoMadeWho » au palais Mohamad Ali et « Cavalleria Rusticana/Pagliacci » à l’Opéra du Caire

Névine Lameï, Samedi, 13 janvier 2024

Du 14 au 20 janvier, spectacles de danse, soirées musicales, expositions d'art plastique et films, des manifestations culturelles pour tous les goûts à découvrir au Caire et à Alexandrie.

WhoMadeWHo

Exposition

Le réalisme de Yaknour

A partir du 14 janvier (vernissage à 18h)

Galerie Demy. 15, rue Ahmed Sabri, Zamalek.

Les peintures de l’artiste pionnier Kamal Yaknour (1925-2000) s’inspire de l’art populaire égyptien, ses motifs, ses symboles, son héritage culturel et environnemental. D’où un art qui prône une représentation fidèle de la réalité et se concentre sur des sujets tels que les scènes de la vie quotidienne, les gens ordinaires et les paysages naturels.

 

Les contes de Samir Fouad

Du 14 janvier au 4 février, de 10h30 à 21h (sauf le dimanche, vernissage à 19h).

Galerie Picasso. 30, rue Hassan Assem, Zamalek.

« La ville avicole » est le titre de l’exposition de l’artiste plasticien vétéran Samir Fouad. Ses peintures à l’huile exposées à la galerie Picasso se nourrissent des contes des Mille et une nuits, de toutes ces femmes conteuses qui cherchent à échapper à la mort ou à leur sort déplorable par le biais de leurs histoires. Aux traits égyptiens pas clairement définis, aux corps déformés et aux tenues intemporelles, les protagonistes de l’art de Samir Fouad oscillent entre des couleurs fades et chaudes, le flou et le flamboyant, le jaune et l’ocre grisâtre. C’est la magie de l’Orient tel que la conçoit le peintre et son monde plongeant dans un silence effrayant.

 

L’art du tissage de Sabah Naïm

Du 14 janvier au 21 février, de 10h à 21h (sauf le vendredi, vernissage à 18h)

Galerie Mashrabiya de l’art contemporain. 15, rue Mahmoud Bassiouni, centre-ville cairote.

L’art du tissage de Sabah Naïm s’inspire, dans son exposition « Weavings of Threads & Words » (tissages de fils et de mots), du soufisme et de ses mouvements mystiques, dans la façon dont s'entrecroisent les fils de chaîne et de trame. Le tout s’entrelace pour former l'étoffe dans la beauté et la créativité.

 

Cinéma

From Abdul to Leila 

Le 17 janvier, à 19h

Auditorium de l’Institut français d’Egypte. 1, rue Madrasset Al-Houqouq, Mounira.

From Abdul to Leila, un film de Leila Al-Bayaty. Amnésie, art et héritage s’entremêlent dans la quête de Leila, une artiste franco-iraqienne qui, après un accident, reconstruit son passé en apprenant l’arabe entre l’Europe et le Moyen-Orient, comme en chantant les poèmes de son père exilé.

 

Hommage à Jocelyne Saab

Le 14 janvier, 19h

Bibliothèque d’Alexandrie, Chatbi.

La Bibliothèque d’Alexandrie présentera une séance consacrée à la cinéaste, journaliste et plasticienne libanaise Jocelyne Saab (1948-2019). Elle fut l'une des cinéastes du nouveau cinéma libanais. La soirée comprendra la projection de quelques courts métrages restaurés.

 

Opéra

« Cavalleria Rusticana/Pagliacci »

Du 14 au 17 janvier, à 20h

Grande Salle de l’Opéra du Caire, Guézira.

« Cavalleria Rusticana/Pagliacci » n’en sont pas moins des opéras majeurs dans l’histoire du genre (posant les bases du vérisme), comptant quelques-uns des airs les plus célèbres de l’art lyrique et ayant surtout été interprétés par les plus grands chanteurs. Rendez-vous avec les deux ouvrages jumeaux emblématiques du vérisme musical qui puise son origine dans la littérature italienne de la fin du 19ème siècle. Avec Cavalleria Rusticana et Pagliacci, l’opéra se voit assigner une nouvelle dimension dramatique, loin des sujets nobles fournis par l’Histoire, la mythologie ou la tragédie. Le chant restitue les déchirements de la passion dans une sorte d’emportement lyrique dont les éclats ont la force du sentiment vécu.

 

Musique

Orchestre symphonique du Caire

Le 20 janvier, à 20h

Grande Salle de l’Opéra du Caire, Guézira.

La jeune violoniste égyptienne de renommée mondiale Salma Sorour sera accompagnée avec son violon, en solo, de l’Orchestre symphonique du Caire, sous la direction de Nader Abbassi. D’ailleurs, Sorour a commencé à jouer avec l'orchestre à l'âge de 12 ans. Avec lui, elle s'est produite en 2018, lors de sa tournée en Allemagne, au Konzerthaus Berlin, et à la Nikolaisaal Potsdam. Disciple de Marlis Younskhan, au Conservatoire du Caire, Sorour joue au violon dès l'âge de cinq ans. En 2012, elle est la première musicienne égyptienne à participer à la « Nutckracker Competition », un concours international de télévision pour jeunes musiciens à Moscou. Elle remporte la quatrième place.

En 2021, elle a participé à la Parade d'or des pharaons, jouant en solo une pièce composée par Hesham Nazih, accompagnée par l'Orchestre philharmonique égyptien, sous la direction de Nader Abbassi. Sorour a rejoint le célèbre orchestre de la Suisse Romande à Genève, dans la section des premiers violons, devenant, à 20 ans, la plus jeune membre dans l'histoire de l'orchestre suisse.

 

Yéhia Khalil

Le 18 janvier, à 20h

Petite Salle de l’Opéra du Caire, Guézira.

De tout temps, Yéhia Khalil, le jazzman égyptien qui a plus de 55 ans de carrière, a cherché à explorer de nouvelles voix avec ses percussions qui se prêtent à toutes les fusions musicales. Avec ses tempos et ses frappes énergiques et rapides, Yéhia Khalil excelle brillamment en oscillant entre les rythmes occidentaux du blues, du rock, du world-beat et la saveur orientale dans une fusion créative jazzy.

 

 

De la musique rock

Le 14 janvier, à 21h

Cairo Jazz Club.

 

« The Rattlesnakes & Hardace » est un groupe égyptien de musique rock, inspiré de la musique skiffle et du rock’n’roll, du groupe britannique Rattlesnakes, formé par Barry Gibb, à Manchester en 1955, et a évolué pour devenir les Bee Gees, en 1958. Le Rattlesnakes égyptien puise sa musique dans les hymnes disco survoltés et les ballades sirupeuses produits à la fin des années 1970, au Royaume-Uni.

 

« Mizology »

Le 15 janvier, à 21h

Cairo Jazz Club. 197, rue 26 Juillet, Agouza.

Le groupe « Mizology » est formé des deux musiciens Sebzz et Ouzo. Ils jouent de la musique électronique, dite multi culturaliste. Une musique qui passe par la reconnaissance de la diversité ethnique et culturelle, en prônant une coexistence entre les différentes cultures du monde.

 

 

Soirée de chant arabe

Le 19 janvier, à 20h

Room Art Space. 10, rue Ettihad Al-Mohamine, Garden City.

La chanteuse égyptienne Reem Ezzeldin se produit avec sa troupe à l’espace Room pour animer une soirée de chant arabe. Elle sera accompagnée au violon de Ahmed Hassan, à la guitare de Yasset Hachich, à la contrebasse de Ahmed Oweis et aux percussions de Wissam Mokhar. A savoir que Reem Ezzeldin a participé au programme « The Voice », dans sa première édition, remportant un grand succès avec la douceur de sa voix exceptionnelle, son style unique et sa présence scénique captivante.

 

« WhoMadeWho »

Le 19 janvier

Palais Mohamad Ali, Guéziret Al-Roda, Al-Manial.

De renommée mondiale, le groupe danois « WhoMadeWho » est connu par ses sons emblématiques en tant que live act électronique. Depuis sa création, le trio danois est une force motrice dans la redéfinition des limites de la musique, mêlant harmonieusement Indie, Disco et Techno, dans une fusion électrisante qui laisse continuellement le public émerveillé. Composé de Tomas Hoffding, Tomas Barfod et Jeppe Kjellberg, le groupe a construit une discographie qui s’étend sur plus d’une décennie. Avec un héritage qui va de Circoloco à Coachella (soirées et festivités de danse), leurs performances live ont acquis une réputation de légende. Des prestations mémorables, au temple d’Abou-Simbel en Egypte. Leurs nombreuses collaborations avec l’élite de la musique électronique ont solidifié la réputation de « WhoMadeWho » en tant que pionniers dans l’industrie de la musique électronique.

 

« Wust El-Balad » et « El Dor El Awal »

Le 17 janvier, à 21h

Cairo Jazz Club 610, Guezira Plaza, 26th of July Corridor, Sheikh Zayed City, Guiza.

Rendez-vous avec les troupes « Wust El-Balad », un groupe de soft rock égyptien fondé au Caire en 1999, et « El Dor El Awal », un groupe issu de différents milieux culturels et musicaux qui partagent et construisent ensemble un projet nouveau et original, sur une base plutôt rock (basse, batterie, guitare électrique) aux sonorités qui puisent d’une musique traditionnelle égyptienne.

 

Théâtre

« Irtigalia »

Le 16 janvier, à 21h

Cairo Jazz Club 610. Guezira Plaza, 26th of July Corridor, Sheikh Zayed City, Guiza.

Fidèle à cette légèreté d'esprit, « Irtigalia » est un nouveau groupe d'improvisation théâtrale dirigé et créé en 2014 par le comédien Ramsi Lehner. « Irtigalia » marie l'humour égyptien avec le théâtre d'improvisation d'une manière qui parvient à offrir au public une vision rafraîchissante du spectacle comique en direct.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique