Lundi, 24 juin 2024
Culture > Arts >

A ne pas rater : Panorama du film européen au cinéma Zawya et « Rose et Laila » sur Shahid

Névine Lameï, Samedi, 06 janvier 2024

Du 7 au 13 janvier, spectacles de danse, soirées musicales, expositions d'art plastique et films, des manifestations culturelles pour tous les goûts à découvrir au Caire et à Alexandrie.

A ne pas rater

Cinéma.

16e édition du Panorama du film européen.

Cinéma Zawya : 15, rue Emaddedine, centre-ville cairote.

Cinéma Zamalek : 13, rue Chagaret Al-Dor, Aboul-Féda, Zamalek.

Cinéma Point 90 : Mall Point 90, face à l’Université américaine, nouveau Caire.

Cinéma Arkan : Mall Arkan Plaza, cité du 6 octobre

Du 10 au 20 janvier

Le Panorama du film européen se tient simultanément au cinéma Zawya, Zamalek, Point 90 et Arkan, annonce une programmation riche et de qualité, pour un public fidèle et avide de tout ce qui est nouveau. Dans sa 16e édition, le panorama met l’accent sur les productions les plus marquantes du cinéma européen dont les longs métrages ont été déjà projetés dans les grands festivals internationaux. Sans que cela ne soit un critère de sélection, la plupart des films présentés ont été primés. La France, la Bulgarie, l’Italie, la Belgique, l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas et la Suède sont parmi les pays qui participent cette année au panorama. Le Panorama du film européen est financé par l'Union européenne, en collaboration avec EUNIC Egypte.

Goodbye Julia.

Zawya

Le 8 janvier, à 19h

Premier long métrage de Mohamed Kordofani et premier film soudanais présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2023, « Goodbye Julia » a obtenu le prix de la Liberté dans la section Un Certain Regard. Il a été également sélectionné par le Comité national soudanais opérant de l’exil, pour concourir pour le prix du meilleur long métrage international lors de la 96e cérémonie des Oscars.

Sous les fenêtres de Mona et Akram, un couple bourgeois de Khartoum, la violence se déchaîne. Dans un autre quartier, Julia (Siran Riak), son mari et leur petit garçon Daniel doivent quitter leur logement d’où ils sont expulsés. Après que le mari de Julia ait mystérieusement disparu et que la guerre civile menace à nouveau, Mona engage la jeune femme comme domestique et l'invite, elle et son petit garçon, à s'installer dans sa maison. L’action qui se déroule à Khartoum au cours des dernières années du Soudan en tant que pays uni, peu avant la séparation du Soudan du Sud en 2011, raconte l'histoire de deux femmes qui représentent les relations compliquées et les différences entre les communautés du nord et du sud d’un Soudan déchiré par la guerre civile.

« Al-Iskandarani »

Dans les salles de cinéma au Caire et à Alexandrie.

Les événements du film « Al-Iskandarani » tournent autour du personnage de Bakr Al-Iskandarani, interprété par l'artiste Ahmed Al-Awadi. Il est exposé à de nombreux conflits avec son père, son cousin et son amant, ce qui l’oblige à voyager à l'étranger pour commencer la nouvelle vie qu'il désire. A son retour, les conflits le hantent à nouveau. « Al-Iskandarani » est un film écrit par Osama Anwar Okacha et réalisé par Khaled Youssef.

« Essaba Azima »

Dans les salles de cinéma au Caire et à Alexandrie.

« Essaba Azima » (super bande), est un film réalisé par Waël Ihsan, avec la comédienne et la productrice Issaad Younes. L’histoire se déroule dans un contexte comique qui tourne autour d'une famille dont la maison est saisie. Issaad Younes y incarne pour la première fois le personnage d'une femme non-voyante.

« Leeh Teasheha L'wahdak »

Dans les salles de cinéma au Caire et à Alexandrie.

« Leeh Teasheha L'wahdak » (pourquoi la vivre seul) raconte l’histoire d’un médecin qui cherche à soutenir son ami atteint d'un cancer et le duo connait de nombreuses situations et expériences difficiles. Un film de Hossam Al-Gohari, avec Khaled El Sawy, Sherif Mounir et Salma Abu Deif.

TV.

« Rose et Laila »

Sur Shahid VIP

A partir du 11 janvier

La série « Rose et Laila », du réalisateur britannique Adrian Shergold, se déroule dans un contexte social plein de suspense et de comédie, autour de deux enquêteurs femmes qui se déguisent : Rose et Laila. Ces deux rôles sont joués par les comédiennes Yousra et Nelly Karim. Ensemble, et au fil des épisodes, les héroïnes s’exposent à des conflits et à des crises qui font rire. Le premier épisode est prévu pour le 11 janvier.

Musique.

« SoloRhyzm »

Sakiet Al-Sawy, rue 26 juillet, Zamalek.

Le 7 janvier à 19h

La musique de la troupe égyptienne « SoloRhyzm » fait résonner l’âme. Créée en 2007 par un jeune groupe composé de six membres, des musiciens amateurs réunis par leur passion pour la musique, « SoloRhyzm » transcende les frontières et les barrières linguistiques et culturelles. La troupe propose à son auditeur des moments de détente, de réconfort et de la joie, voire des émotions multiples.

« Leil Band »

Le 8 janvier, à 20h

Sakiet El-Sawy, rue 26 juillet, Zamalek.

La troupe égyptienne « Leil » joue de la musique blues, jazz et funk, mélangée au folklore égyptien. Elle chante et parle du peuple et pour le peuple. D’où une musique égyptienne aux airs sarcastiques et acerbes touchant à des sujets sociopolitiques.

Okba.

Room Art Space. 10, rue Itehad Al-Mohamin, Garden City.

Le 11 janvier, à 20h

L’artiste chanteur syrien OKBA propose à son auditeur, un voyage musical qui le transporte dans des moments enchantés mêlant le temps passé au présent. Sur son luth magique, Okba aime faire fusionner des genres musicaux, dits les musiques du monde.

Chantons la paix

 Room Art Space. The Spot Mall, nouveau Caire.

Le 8 janvier, à 21h

La chanteuse et compositrice May Abdel-Aziz a fait des études de communication à l’Université américaine du Caire, puis des études supérieures en psychologie de l’enfance à Los Angeles. Sa voix suave lui a permis de battre les records de streams, notamment sur YouTube, avec sa chanson soufie phare Ghofranak (ton pardon). Chantons la paix, elle se produit à l’espace Room au nouveau Caire. Ses chansons invitent ses fans à ouvrir leur cœur à l’énergie divine.

Medhat Saleh

Grande Salle de l’opéra du Caire, Zamalek, Al-Guézira.

Le 7 janvier, à 20h

Al-Assateza (Les professeurs) est le titre d’une série de concerts animés par le chanteur égyptien Medhat Saleh accompagné du « Cin Symphony Orchestra », sous la direction de Ahmed Eweida. Al-Assateza est un projet qui consiste à renouveler et réarranger des chansons sélectionnées et chantées par Medhat Saleh pour les compositeurs les plus célèbres d’Egypte et du monde de la musique arabe. De cette manière et dans une sorte de communication entre les générations, l’héritage musical arabe est différemment présenté avec des idées innovatrices capables de le revivifier. 

Mona Burkhardt.

Petite Salle de l’opéra du Caire. Zamalek, Al-Guézira.

Le 12 janvier, à 20h

Mona Burkhardt chante et danse surtout le flamenco dont elle perfectionne la technique. Son répertoire offre également une grande variété musicale : Paso doble, Tchatcha, Rumba, Gipsy, chansons latinos classiques des années 1950-1960, etc. L’interprète qui a l’allure d’une Espagnole est cependant une égyptienne qui a grandi à Alexandrie. Burkhardt se produit régulièrement en Egypte comme en Allemagne.

Théâtre.

Stand-Up Comedy

Sakiet Al-Sawy, rue 26 juillet, Zamalek.

Le 12 janvier, à 19h

Une soirée de stand-up comedy avec cinq humoristes, est au rendez-vous à Sakiet Al-Sawy, un lieu emblématique du stand up égyptien. Elle invite à partager des moments de joie, de convivialité et de sympathie qui se créent au fil de la soirée.

Exposition.

9e édition du « Cairo Art Fair ».

Galerie TAM, District 5, Marakez, Nouveau Caire.

Jusqu’au 24 janvier, de 12h à 22h

Le Cairo Art Fair, dans sa 9e édition, présente une gamme exceptionnelle d'art égyptien contemporain de plus de 130 artistes égyptiens, avec 1 500 œuvres d'art, entre peintures, sculptures, installations, art vidéo… Toutes les disciplines, styles et techniques sont au menu de ce grand événement d’art plastique annuel au nouveau Caire.

La pierre angulaire de George Fadel.

Galerie Zamalek. 11, rue Brazil, Zamalek.

Jusqu’au 13 janvier, de 11h à 20h

Corner stone (pierre angulaire) est le titre de la nouvelle exposition de George Fadel lequel invite le récepteur de son art à découvrir l'arbre de vie avec ses branches, ses interconnexions et ses complexités. Le tout, incrusté de signes et de symboles inspirés de l'ingénierie, de l'histoire de l’Egypte, des mythes et des légendes, est créé selon l’imagination de Fadel.

 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique