Mardi, 27 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Les lettres de la caverne

Dalia Chams, Mardi, 23 mars 2021

Le peintre Hamed Abdalla fait une élo­gieuse référence à l’art des cavernes, à travers une série d’oeuvres inédites exposées pour la première fois par Art d’Egypte. Conscient des messages véhi­culés par les images et les écritures pariétales, il s’en inspire pour exprimer le présent de son époque.

Les lettres de la caverne
Le récit des sept dormants trouve une résonnance tant dans le christianisme que dans l’islam.

Ces gens qui sortent de la caverne en croyant avoir dormi au plus une jour­née, mais en réalité, ils ont sommeillé pendant de longues années, ne ressemblent-ils pas à bien des peuples qui se sont engouffrés dans l’abîme ? En séjournant en Egypte au début des années 1970, après une période d’absence, et sur­tout au lendemain de la défaite de 1967, l’artiste-peintre Hamed Abdalla ressent le besoin d’une résurrection des corps et des esprits. Fils de paysans, il avait quitté son pays natal dans un climat plus laïci­sant, plus soufi, afin d’échapper à l’autoritarisme de Nasser, qu’il a pleuré depuis son exil en France, à sa mort, un an auparavant.

Après la défaite, il a peint avec acharnement pour lutter contre la dépression, réalisant jusqu’à des dizaines de toiles en une journée. Et puis, face au conservatisme reli­gieux qui a pris de l’ampleur sous Sadate, il a commencé une série d’oeuvres intitulée Les gens de la caverne, en référence à la sourate XVIII du Coran. Il y a recours à la lettre arabe, à la calligraphie orien­tale et à des versets coraniques pour véhiculer ses messages, souvent à portée politique.

Depuis la fin des années 1950, il avait commencé à introduire la calli­graphie arabe dans ses oeuvres, se livrant parfois à des improvisations graphiques, à partir d’écritures sacrées ou de l’invocation du nom de Dieu. Ainsi, il a pu transformer les mots arabes en êtres plastiques, ayant leur physionomie propre.

Les trésors des grottes

Les lettres de la caverne
Les formes mystérieuses des grottes donnent libre cours à l’imagination.

A travers des formes inclinées et enchâssées les unes dans les autres, inspirées des grottes qu’il a visitées au sud de la France vers 1974, il nous donne l’impression, dans la série Les gens de la caverne, de ren­trer dans les entrailles de la terre. Il avait été très marqué par l’incroyable variété de cristallisations, les concré­tions naturelles magnifiées par les jeux de lumière, les peintures d’ani­maux préhistoriques et les mystères de l’art pariétal. Cela transparaît dans ses oeuvres à l’acrylique et technique mixte sur papier qui sont montrées, pour la première fois, dans le cadre de l’exposition collec­tive Mouannas (féminin), organisée par Art d’Egypte, dans un apparte­ment du passage Kodak, au centre-ville du Caire.

Héritier des pharaons, Abdalla (1917-1985) est parmi ces artistes qui cherchent leurs sources d’inspi­ration dans un passé lointain, et ce, peut-être pour contrebalancer le sen­timent de menaces apocalyptiques présentes ou à venir. Cela étant, il a trouvé son euphorie dans le récit des sept dormants, qui se réfugient dans une caverne pour échapper à la per­sécution romaine des chrétiens. Il a été fasciné par l’intertextualité du récit, puisqu’on le retrouve dans le sermon grec d’Etienne, évêque d’Ephèse, dans les manuscrits syriaques, dans le christianisme et dans l’islam. Et l’artiste, qui a tou­jours effectué des recherches sur les textes anciens remontant même au Livre des Morts et Akhenaton, a su saisir ces résonnances lointaines ou les correspondances entre les diverses croyances, pour souli­gner le symbolisme de l’histoire et le besoin d’une résurrection. Plus encore, il s’en est servi pour évoquer la réalité sociopo­litique des années 1970 ; d’ailleurs, il a continué à tra­vailler sur la série en question jusqu’en 1978.

Il a suivi ainsi les pas de plu­sieurs grands noms de la pein­ture lesquels ont fait référence à l’art des cavernes, pour faire voir le présent par le prisme du passé ou insinuer que le futur se trouve dans l’Histoire. Et ce, même s’ils n’explicitent pas la dimension politique des oeuvres. Hamed Abdalla était contre la politique d’ouverture écono­mique adoptée par Sadate et contre la signature des accords de Camp David, jugeant qu’ils ont mené à l’isolement du pays. Il a alors sillonné les capitales arabes entre 1979 et 1983, comme pour briser cet isolement, avant de prépa­rer son retour en Egypte et de cher­cher à s’y installer. Il comptait tenir une exposition à partir de la tren­taine d’oeuvres, actuellement expo­sées, il en a même fait la sélection. Cependant, il a été atteint d’un can­cer à l’oesophage et fut obligé de se faire hospitaliser en France où il décéda le dernier jour de l’année 1985.

Les lettres de la caverne
Des mots qui nous parlent encore et toujours.

Jusqu’au 12 avril, 20 rue Adli, 1er étage, centre-ville du Caire. De 12h à 16h, et de 17h à 22h, sauf le dimanche.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique