Mercredi, 19 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Un adieu poétique à l’Iranien Kiarostami

Yasser Moheb, Mardi, 30 mai 2017

Projeté à la seconde moitié du festival, le délectable 24 Frames (24 cadres), oeuvre posthume du cinéaste iranien Abbas Kiarostami, décédé l’an passé à l’âge de 76 ans, constitue un adieu émouvant du réalisateur iranien au 7e art.

Un adieu poétique à l’Iranien Kiarostami
24 Frames de Kiarostami.

Comme l’a qualifié Thierry Frémaux, délégué général du festival, c’est un film à sketches, dans lequel Kiarostami s’est amusé à brouiller les pistes, à réfléchir à ce qu’est un film, une image animée, une photographie.

Tel l’explique son titre, 24 Frames propose d’observer 24 visions encadrées. Toutes sont des photos qui ont été prises par Kiarostami, sauf la première, un dessin qui prend vie par un effet d’animation.

Cette manière se répète pour les photographies grâce à des effets numériques mesurés qui donnent un aspect décoré assez attrayant dans son ensemble. En leur redonnant vie, l’artiste ira­nien imagine les histoires qui se cachent derrière ces images. Ces scènes sont presque toutes natu­ralistes, avec différents animaux pour protagonistes. Beaucoup d’entre elles montrent des oiseaux dans des paysages enneigés. Une sorte de souligner la fragilité de l’être humain face à la vie quoti­dienne souvent vorace.

Cette oeuvre posthume est dédiée dans son ensemble au cinéma. Dans la dernière séquence, on voit une personne endormie sur son bureau. Devant lui, sur l’écran d’ordinateur, l’image très lentement animée d’un film hollywoodien montre un homme et une femme qui finissent par s’embrasser. Le mot The End apparaît, avec une chanson en écho Love Never Dies (l’amour ne meurt jamais). Ultime message artistique du feu cinéaste iranien .

Palmarès :

Palme d’or : The Square de Ruben Östlund.
Prix du 70e anniversaire : Nicole Kidman.
Grand prix : 120 battements par minute de Robin Campillo.
Prix de la mise en scène : Sofia Coppola pour Les Proies.
Prix du scénario ex aequo : Mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos et You Were Never Really Here de Lynne Ramsay.
Prix d’interprétation féminine : Diane Kruger dans In The Fade de Fatih Akyn.
Prix du jury : Loveless (faute d’amour) d’Andreï Zviaguintsev.
Prix d’interprétation masculine : Joaquin Phoenix pour You Were Never Really Here de Lynne Ramsay.
Caméra d’or : Jeune Femme de Léonor Séraille.
Palme d’or du court métrage : Xiao Cheng Er Yue (une douce nuit) de Qiu Yang.
Mention spéciale du court métrage : Le Plafond de Teppo Airaksinen

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique