Jeudi, 13 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Discussions autour d’une piscine

Mohamed Atef, Lundi, 21 novembre 2016

Le long métrage de l'Egyptienne Kamla Abou-Zikri, Youm Lel Settat (une journée pour les femmes), projeté en compétition officielle du Festival du Caire, met en scène un monde au féminin. La frustration et la déception constituent les mots d’ordre de ce film en deçà des attentes.

Discussions autour d’une piscine
Les femmes du quartier se défoulent à la piscine municipale.

Quelques femmes frustrées se réunissent, une fois par semaine, bavardent entre elles, sur leurs rapports avec les hommes et la vie. Et ce, à l’occasion de la journée porte ouverte consacrée aux femmes, à la piscine municipale. L’idée aurait pu donner lieu à un film magnifique, réalisé par la talentueuse Kamla Abou-Zikri qui a déjà à son actif des films à succès comme Malek wa Ketaba (pile ou face, en 2006) et Wahed Sefr (1 à zéro, en 2009). Cependant, Youm Lel Settat (une journée pour les femmes) est en deçà des expectatives, trahissant le niveau de la réalisatrice pour la première fois depuis 10 ans.

Ce deuxième scénario de Hanaa Attiya regroupe plusieurs bons comédiens et des stars du cinéma égyptien, jeunes et moins jeunes, tels Mahmoud Al-Fichawi, Elham Chahine, Mahmoud Hémeida, Nelly Karim, Iyad Nassar et Ahmad Al-Fichawi. Il aborde l’amour, la liberté, à même de rendre la vie plus belle, en dépit de la détresse et la frustration des protagonistes. Mais tout est mal ficelé, au point que la réalisatrice ne parvient pas à exprimer ces bonnes idées qui reviennent souvent dans ses films.

Cette confusion au niveau du scénario n’est pas sans affecter le jeu des acteurs et attribue à la fiction une allure de monodrame. Chacun des comédiens avait l’air de faire cavalier seul. Les personnages avaient peu de teneur et ont paru sans âme. Du coup, l’on se pose la question pourquoi tous ces comédiens ont participé à ce métrage conçu à la taille de sa productrice, également l’une des comédiennes : Elham Chahine.

Les événements se déroulent dans un quartier démuni, dont les habitants sont ravagés par tant de déceptions. La piscine municipale s’avère donc le seul lieu d’évasion, où se retrouvent toutes ces âmes tourmentées, notamment les femmes.

Dans cette ambiance de pauvreté, on assiste à trois histoires d’amour, en parallèle. D’abord, il y a l’ancienne romance ayant lié autrefois les coeurs d’un modèle nu qui posait devant les peintres (Elham Chahine) et son chéri qui l’avait quittée pour travailler dans les pays du Golfe (Mahmoud Hémeida). Il supportait mal la nature du métier de sa dulcinée, pas très habituel dans une société conservatrice et masculine. Ensuite, l’amour silencieux ravageant le coach de natation (Iyad Nassar), épris d’une autre écorchée vive (Nelly Karim). Et enfin, une dernière histoire, moins complexe mais plus audacieuse, entre « l’idiote du quartier » (Nahed Al-Sébaï) et le garagiste du coin (Ahmad Daoud).

Tous ces couples amoureux sont épiés par un jeune fondamentaliste, campé par Ahmad Al-Fichawi. Nous suivons les intrigues de par ses yeux, lui qui souffre aussi, comme le reste des protagonistes, de l’oppression socioéconomique. Bien qu’il s’agisse d’amour partagé et avoué, pour la plupart, ces histoires ont peu d’épaisseur et peuvent paraître légèrement anodines ou adolescentes.

Fin de règne

Peu de temps avant la destitution de Moubarak, nous assistons aussi aux derniers jours d’un régime qui tire à sa fin. Le pays ressemble à une grande prison et les personnages n’arrivent même pas à envisager une issue.

On a l’impression que le temps passe et rien ne change. Une petite dose d’humour noir suscite des rires amers, aussi bien chez les protagonistes que chez les spectateurs. Mais l’effet de celle-ci est avorté par la longueur des scènes et l’interprétation moyenne des comédiens.

La réalisatrice n’est pas la seule perdante de ce film, il faut signaler également l’échec de la comédienne Nelly Karim à rompre avec le prototype de la femme opprimée qu’elle a incarnée à travers plusieurs feuilletons.

Bref, la projection du film Youm Lel Settat, en compétition officielle et à l’ouverture du festival, n’a pas comblé les espoirs. Le film remet sur le tapis le débat sur le niveau des films égyptiens retenus en sélection, notamment après l’élimination du film de Tamer Al-Saïd, Akher Ayam Al-Madina (les derniers jours de la ville) qui aurait pu rehausser le niveau artistique.

Programme du Festival du film du Caire

Mercredi 23/11/2016

12h00

Programme du Festival du film du Caire
Tête baisée.

Aloys (F.F.) Suisse/France

Grande salle de l’Opéra

Her Mother’s Daughter (P.I.) Burkina Faso

Théâtre Hanaguer

Just Dropped Dead (P.I.) Hongrie

Petite salle de l’Opéra +18

Shaolin Soccer (N.C.C.)

Centre Ibdaa

13h00

Hamech fi Tarikh Al-ballet (P.I.) France/Egypte

Cinéma Odéon 1

Programme du Festival du film du Caire
Jane Got A Gun.

This Life of Mine (N.C.C.)

Cinéma Odéon 2

15h30

Little Jacob (C.O.) Pologne

Grande salle de l’Opéra

The Petrov File (F.F.)Bulgarie

Théâtre Hanaguer +18

Deep In The Wood (P.I.) Italie

Petite salle de l’Opéra

Black (F.F.) Belgique

Cinéma Hanaguer +18

The Last Summer(F.F.) Espagne

Cinéma Odéon 1

Hero (N.C.C.)

Cinéma Odéon 2

Programme du Festival du film du Caire
D’une pierre deux coups.

Tête Baisée (F.F.) Bulgarie/France/Belgique

Cinéma Odéon 3

Hezam (H.A.) Algérie

Cinéma Karim 1

Moira (F.F.) Géorgie

Cinéma Karim 2

18h30

Dogs (C.O.) Roumanie

Grande salle de l’Opéra

By The Rails (F.F.) Roumanie/Suède

Théâtre Hanaguer

Damaged (P.I.) Pologne

Cinéma Hanaguer

Anna’s Life (C.O.) Géorgie

Cinéma Odéon 1 +18

The Exile (F.F.) Espagne

Cinéma Odéon 2 +18

Loop (P.I.) Hongrie

Cinéma Odéon 3

Programme du Festival du film du Caire
Le Fils de Jean.

Je ne suis pas un salaud (F.F.) France

Cinéma Karim 1 +18

21h30

Al-Medina (H.A.) Jordanie

Petite salle de l’Opéra +18

Le Fils de Jean (P.I.) France

Cinéma Odéon 2

D’une pierre deux coups (F.F.) France

Cinéma Odéon 3

Lupe Under The Sun (P.I.) Mexique

Cinéma Karim 1

A Shanghai Bride (P.I.) Argentine/Chine

Cinéma Karim 2

Jeudi 24/11/2016

13h00

The Hereafter (P.I.)Suède/Pologne

Cinéma Odéon 1 +18

Tête baisée (F.F.) Bulgarie/France/Belgique

Cinéma Odéon 2 +18

The Visitor (F.F.) Roumanie

Cinéma Karim 1 +18

Family Film (F.F.) Tchèque/Allemagne

Cinéma Odéon 1 +18

15h30

Friend (P.I.) Philippines

Cinéma Odéon 2

Ehna Masréyine Armen (P.I.) Egypte

Cinéma Odéon 3

Inner City (P.I.) Azerbaïdjan/Russie

Cinéma Karim 1

Deep In The Wood (P.I.) Italie

Cinéma Karim 2 +18

18h30

Little Jacob (C.O.) Pologne

Cinéma Odéon 1

Kabullywood (P.I.) France/Afghanistan

Cinéma Odéon 2

One Hundred And Fifty Years of Life (F.F.) Chine

Cinéma Odéon 3

Embrace Of The Serpent (F.F.) Colombie

Cinéma Karim 1

Half Ticket (P.I.) Inde

Cinéma Karim 2

21h30

Dogs (C.O.) Roumanie

Cinéma Odéon 1

Letters To Santa 2 (P.I.) Pologne

Cinéma Odéon 2

Red Garden (P.I.) Azerbaïdjan/Russie

Cinéma Odéon 3

Her Mother’s Daughter (P.I.) Burkina Faso

Cinéma Karim 1

Jane Got A Gun (P.I.) R.U./ USA

Cinéma Karim 2

Festival Des Festivals (F.F.)

Panorama International (P.I.)

Classiques du Cinéma Chinois (C.C.C.)

Nouvelle ère du Cinéma Chinois (N.C.C.)

Compétition Officielle (C.O.)

Horizons du Cinéma Arabe (H.A.)

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique