Vendredi, 19 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Katarzyna Grajewska : La marionnette est valable pour tout sujet

May Sélim , Mardi, 04 octobre 2016

La troupe polonaise Teatr Animacji (théâtre d’animation) a surpris le public lors du Festival international du Caire pour le théâtre contemporain et expérimental par sa mise en scène de Molière. Un spectacle de marionnettes pour adultes. Entretien avec sa conseillère littéraire Katarzyna Grajewska.

Katarzyna Grajewska

Al-ahram hebdo : Pourquoi avez-vous choisi de présenter Molière au Festival du théâtre contemporain et expérimental ?

Katarzyna Grajewska : En fait, nous avons reçu une invitation de la part du festival. C’est une manifestation théâtrale centrée sur les formes contemporaines, modernes et expéri­mentales, ce qui nous intéresse puisque nous développons l’idée que les spectacles de marionnettes soient aussi dédiés aux adultes. Ainsi, le spectacle produit en décembre 2015 est une création tragi-comique qui peut inté­resser le public du festival.

— Comment est née l’idée du spectacle ?

— C’est à l’origine l’idée de l’écrivain, marionnettiste et metteur en scène autricho-hollandais Neville Tranter, qui ne fait pas partie de notre troupe de théâtre. Tranter n’a pas trouvé le financement nécessaire pour la production de ce spectacle dans son propre théâtre. C’est pourquoi il a eu recours au théâtre d’animation de Poznan. Il n’est pas question d’une oeuvre fidèle à l’autobiogra­phie de Molière. On part de quelques faits réels, mais Tranter évoque aussi les person­nages comiques des pièces de Molière et d’autres forains empruntés au théâtre folklo­rique et traditionnel. Selon le design de Tranter, chaque marionnette a été fabriquée dans notre atelier. On utilise de l’éponge pour former la tête, les mains et les pieds. On a recours au plâtre et à la colle pour former le visage, les traits du visage et les orifices. Ces marionnettes sont très flexibles et permettent une manipulation fine. Le personnage de Molière devient presque un être vivant lorsqu’il est entre les mains du marionnet­tiste et comédien Marcin Ryl-Krystianowski.

Dans notre spectacle, Marcin est sur scène lui aussi. Parfois, c’est la marionnette qui prend le pas sur le comédien et parfois c’est l’inverse. Se trouver sur scène avec la marionnette ou accompa­gné d’autres comédiens crée des situations différentes et permettent d’autres formes de communication entre les comédiens. C’est une aventure artistique très intéressante.

— Pourquoi vous êtes-vous spécialisé dans la création et la diffusion de spec­tacles de marionnettes pour adultes ?

— Depuis la création de notre théâtre en 1945, on s’adressait aux enfants et à un public jeune (12 à 18 ans). Les marionnettes pour adultes remportent souvent un grand succès en Europe et dans le monde. Pourtant, en Pologne, il est encore considéré comme une forme de théâtre avant-gardiste. Une marion­nette peut dire énormé­ment de choses sur nous-mêmes. Elle est le reflet de la personnalité du comédien et du specta­teur à la fois. Et la confrontation entre les deux états sur scène s’avère très riches.

Le directeur Mark Waszkiel et les acteurs du théâtre d’animation partent de la forme pour créer. Les comédiens tis­sent des relations d’en­tente et d’amitié avec leurs marionnettes. Sur les planches, ils leur donnent une personnalité, une voix, une ges­tuelle, etc. Avec ces marionnettes on peut créer des spectacles pour les enfants, le jeune public et les adultes. Au théâtre, il y a cer­taines situations que les comédiens ne peu­vent pas représenter. Par exemple, la distance entre le sujet évoqué, les acteurs et les rôles à interpréter est mieux ressentie avec des marionnettes. L’espace existant entre le comédien-marionnettiste et la marionnette constitue une métaphore et donne la possibi­lité d’aborder tout type de sujet. Par exemple, quand on aborde un sujet difficile ou critique pour les adultes sur le plan politique, culturel ou autre, il vaut mieux avoir recours aux marionnettes.

— Comment avez-vous trouvé la récep­tion du public égyptien ?

— Nous avions déjà présenté Molière à Alexandrie, mais cette fois-ci, au Caire, le spectacle a connu un grand succès. C’était une belle expérience. L’acoustique du théâtre Al-Falaki où on a donné le spectacle est de très bonne qualité. On a travaillé avec une équipe d’Egyptiens professionnels dans une ambiance amicale. Tout cela a facilité notre préparation pour le spectacle. Par ailleurs, le public a aimé notre spectacle, même s’il n’a pas suivi à la lettre tout le sous-titrage qui défilait sous la scène. Les situations comiques, le jeu, les émotions, la relation entre les comédiens et les marionnettes ont réussi à toucher les spectateurs et à les émouvoir.

— Quelle est la prochaine programma­tion de Molière ?

— Molière sera en tournée au début d’oc­tobre à Moscou. A la fin du mois, il partici­pera au Festival international des marion­nettes de Pologne. Pour les marionnettistes, il suffit de mettre la marionnette dans leurs bagages. Je crois que Molière peut voyager partout dans le monde .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique