Dimanche, 21 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Place aux femmes cinéastes

Yasser Moheb, Mardi, 19 mai 2015

Si le Festival de Cannes a été connu, depuis des années, par son support aux talents féminins dans presque toutes ses sélections et ses comités de jury, il vient cette année de mettre la barre encore plus haut, puisqu’il s’est ouvert par un hommage aux femmes et aux actrices. « La femme, l’actrice, est le symbole de l’amour sur lequel repose le cinéma », a déclaré le maître de cérémonie, Lambert Wilson. « A l’heure où certains, et je dis bien certains, voudraient la cacher, la bâillonner, la tenir dans l’ombre, la rendre captive, la violer, la mutiler, la vendre comme une marchan­dise, le cinéma, lui, la met en lumière, la relève, la révèle ... », a ajouté le comédien.

D’ailleurs, hormis les frères Coen, pré­sidents du jury de la compétition offi­cielle, les jurys cannois sont cette année présidés en majorité par des femmes. L’actrice-réalisatrice italienne Isabella Rossellini est intronisée présidente du jury Un Certain Regard, et participera par ailleurs à l’hommage rendu à sa mère, Ingrid Bergman, choisie pour figurer sur l’affiche du 68e Festival de Cannes. Pour sa part, Sabine Azéma, actrice fétiche du disparu Alain Resnais, préside le jury de la Caméra d’or, attestant le meilleur pre­mier film présenté à Cannes. Alors que pour diriger la Semaine de la critique, c’est une cinéaste israélienne, Ronit Elkabetz, qui a été élue par le festival ; par ailleurs, c’est l’actrice et réalisatrice amé­ricano-iranienne, Desiree Akhavan, qui préside l’édition 2015 de la Queer Palm. Enfin, c’est la cinéaste Claire Denis qui parraine la Fabrique des cinémas du monde.

Une année qui fait donc place aux femmes du cinéma, l’occasion pour le groupe Kering, en partenariat avec le Festival de Cannes, de lancer dès cette année sur la Croisette Women in Motion, un programme destiné à soute­nir la contribution des femmes au septième art.

Toujours dans le même registre, deux femmes figurent cette année à la compé­tition du festival, les réalisatrices Maïwenn et Valérie Donzelli, qui sont aussi actrices.

Cannes comptera cette année aussi sur Natalie Portman. L’actrice américaine présente, en séance spéciale, son adapta­tion du roman d’Amos Oz, Une Histoire d’amour et de ténèbres, dans lequel elle joue aussi. Quant à Maïwenn et Valérie Donzelli, elles ont décidé de ne pas se mettre en scène dans leurs films Mon Roi et Marguerite et Julien .

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique