Samedi, 25 mai 2024
COP28 > COP28 >

La COP28 prolonge ses réunions pour parvenir à un accord

AFP, Mardi, 12 décembre 2023

Les réunions de la COP28, 28 ème conférence de l'ONU sur le changement climatique qui devait s’achever mardi matin le 12 décembre, a été prolongée pour que les négociateurs parviennent à un accord.

COP28
La COP28 est censée se terminer le 12 décembre, mais toutes les dernières COP ont dépassé la date prévue de clôture. Photo: AFP

Le directeur général de la COP28, Majid Al Suwaidi, a déclaré mardi 12 décembre que la présidence émiratie de la conférence travaillait à un nouveau projet d'accord sur la base des "lignes rouges" exprimées la veille par les pays ayant rejeté sa première proposition.

"Nous savions depuis longtemps que les formulations autour des énergies fossiles étaient compliquées et que les opinions étaient compliquées. Il est important que nous ayons les bonnes formules à leur sujet", a observé Majid Al Suwaidi devant des journalistes.

"Certains veulent une sortie, d'autres une réduction, d'autres veulent encore différentes formules. Le but est d'obtenir un consensus", a-t-il conclu.

La présidence de la COP travaille à un nouveau texte, après avoir publié lundi un document au langage jugé trop faible sur les énergies fossiles par l'Union européenne, les Etats-Unis, les petits Etats insulaires et de nombreux pays sud-américains.

"Nous avons obtenu des parties qu'elles reviennent vers nous rapidement avec leurs lignes rouges", s'est félicité Majid Al Suwaid, glissant au passage que le nouveau texte attendu à Dubaï devrait inclure des objectifs à l'horizon 2030, donc plus précis que la précédente ébauche.

"Nous aimerions tous finir à l'heure mais nous voulons tous obtenir le résultat le plus ambitieux possible. C'est notre unique objectif", a-t-il affirmé, au dernier jour prévu de la 28e conférence de l'ONU sur le changement climatique.

Bras de fer à Dubaï: au dernier jour prévu de la COP28, les pays partisans de la sortie des énergies fossiles, dont ceux de l'Union européenne, tentent d'obtenir le maximum face au bloc mené par l'Arabie saoudite dans l'accord final négocié par les Emirats arabes unis.

Le dernier projet de texte mis sur la table lundi par Sultan Al Jaber est un document de 21 pages laisserait en effet toute latitude aux pays signataires de l'accord de Paris pour choisir leur manière de "réduire" des énergies fossiles, sans obligation.

Il ne fixe plus aucun objectif commun de "sortie" du pétrole, du gaz et du charbon, pourtant envisagé dans les versions antérieures.

"Il existe un grand, très grand groupe de pays, voire une super-majorité, qui veulent plus d'ambition", a dit mardi le commissaire européen au Climat, Wopke Hoekstra.

Le texte est "inacceptable" et "bien en deçà de l'ambition nécessaire pour maintenir nos îles au-dessus de la surface des eaux", a dénoncé mardi Joseph Sikulu, responsable pour le Pacifique de l'ONG 350.org.

C'est "une insulte pour ceux d'entre nous qui sont venus ici pour se battre pour leur survie", selon le militant.

 "Jusqu'à la fin" 

Les Européens ne cessent de se parler pour se coordonner. Diplomates et ministres usés par les nuits sans sommeil cherchent à rendre le texte plus contraignant.

Un nouveau projet d'accord est espéré dans la journée de mardi, selon des délégués. Mais l'espoir de faire adopter un texte historique appelant à la sortie du pétrole, du gaz et du charbon le jour du 8e anniversaire de l'accord de Paris semble désormais très improbable.

Une représentante des îles Marshall a confié à l'AFP avoir l'intention de rester "jusqu'à la fin".

"Nous sommes préparés à rester un peu plus longtemps", a aussi assuré la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock.

Il reste à tenter de trouver une formule susceptible de satisfaire des pays aux vues divergentes. Une minorité de pays exportateurs d'hydrocarbures, emmenés par l'Arabie saoudite, s'oppose à toute formulation ciblant explicitement la principale source de leurs revenus.

Dans les COP, les textes sont adoptés par "consensus", une notion différente de l'unanimité puisqu'il n'y pas de vote, juridiquement mal définie, mais qui peut théoriquement permettre à un seul Etat d'objecter.

Les Etats-Unis appellent aussi à "substantiellement" renforcer le projet émirati.

ONG et experts dénoncent un projet en forme de "liste de courses" ou un "menu à la carte" mettant sur le même pied le développement du solaire de l'éolien, du nucléaire, de l'hydrogène ou celui des techniques de captage de carbone.

Balbutiantes, ces dernières sont plébiscitées par l'industrie fossile et les pays producteurs, Arabie saoudite en tête, mais n'auront qu'un faible impact dans la décennie cruciale en cours.

 Influence chinoise 

"Je suis surpris par le manque d'ambition", confie encore un négociateur occidental.

Les yeux sont tournés vers la Chine et les Etats-Unis, les deux premiers émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre (41% à eux deux). L'émissaire chinois n'a rien dit publiquement lundi.

En novembre, les deux puissances s'étaient accordées pour éviter de parler de "sortie" des énergies fossiles mais soulignaient le rôle des énergies renouvelables pour s'y substituer progressivement.

Des progrès sur les objectifs énergétiques sont aussi suspendus aux avancées parallèles d'autres textes négociés, notamment sur l'aide financière des pays riches aux pays en développement pour qu'ils adaptent leur agriculture ou leurs villes au dérèglement climatique, ou financent leur passage à l'énergie solaire et leur transition énergétique.

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique