Mercredi, 21 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Santé >

Maha Fathi : Des mesures strictes sont nécessaires pour freiner la propagation du virus

May Atta, Mardi, 17 mars 2020

Dr Maha Fathi, professeure de microbiologie et d’immunologie à l’Université de Aïn-Chams et secrétaire générale de la Société égyptienne de contrôle de l’infection, fait le point sur la propagation du virus et sur les moyens de se protéger.

Maha Fathi

Al-Ahram Hebdo : Le Covid-19 (coronavirus) a été déclaré pandémie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Qu’est-ce que cela signifie et à quel point ce virus est-il dangereux ?

Maha Fathi : Le taux de mortalité de ce virus est autour de 3 %. La plupart des victimes sont des personnes âgées et des gens qui ont des maladies chroniques (cardiopathies, accidents vasculaires cérébraux, cancer, affections respiratoires chroniques, diabète, etc.), La pandémie est dangereuse dans la mesure où elle s’étend sur plusieurs continents, voire sur tous les continents. Le problème est donc la capacité du virus à se propager. Une personne infectée peut transmettre le virus à quarante autres personnes en moyenne, ce qui est très grave. Même les pays qui disposent des meilleurs systèmes de santé ne peuvent pas affronter une telle pandémie si l’on sait que 20 % des gens infectés auront besoin d’être hospitalisés, c’est-à-dire dans un lit à l’hôpital ou en unité de soins intensifs, avec des appareils d’assistance respiratoire. Avec l’augmentation des gens infectés, les services hospitaliers seront vite débordés et c’est là toute la gravité d’une pandémie.

— Etant donné que tous les cas infectés ne peuvent pas être hospitalisés, quelle serait la solution ?

Au début, les gens doivent savoir identifier les symptômes. La personne infectée a une fièvre qui dépasse les 38 degrés, une toux sèche, des maux de gorge et, dans les cas plus graves, des difficultés respiratoires. Ce sont des cas graves. Ces personnes doivent consulter un médecin et être hospitalisées, à part cela, il faut rester à la maison.

— Si le choix est de rester à la maison, comment prendre soin de soi ?

— La personne infectée doit être isolée dans une chambre à part. Si elle est aidée par un membre de la famille, les deux doivent porter un masque. Le patient doit boire beaucoup d’eau, des boissons chaudes et, comme médicaments, se contenter de la vitamine C et du paracétamol et éviter les antibiotiques. Il est aussi important de s’exposer au soleil. Les prises de températures doivent être régulières. Si la personne a une bonne immunité, les symptômes disparaîtront dans les 7 à 10 jours. Si la fièvre ne baisse pas, ou si une détresse respiratoire survient, le patient doit être hospitalisé.

— D’après vous, quelles seraient les mesures idéales pour éviter la propagation du virus ?

— Si l’on prend comme exemple la Chine, qui a isolé la province de Wuhan, l’épicentre et lieu d’émergence de l’épidémie, on reconnaîtra que des mesures strictes et rigoureuses sont nécessaires pour freiner la propagation du virus. L’isolement est donc la mesure la plus efficace. Il faut aussi éviter les rassemblements, réduire le nombre des travailleurs dans les usines et les entreprises et, dans la mesure du possible, permettre aux gens de travailler depuis chez eux. Ces mesures nécessitent la coopération des patrons de travail avec le gouvernement pour rassurer les salariés et indemniser ceux qui travaillent à la journée.

— Et à titre individuel, comment se protéger ?

— Il faut se laver fréquemment les mains avec de l’eau potable et du savon entre 20 et 30 secondes ; à défaut, on peut utiliser du gel hydro-alcoolique ou porter des gants. Il faut aussi s’habituer à ne pas se toucher les yeux, le nez ou la bouche et à se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement pour éviter la propagation du virus. Ceci signifie que les gants, le gel hydro-alcoolique, tout comme les masques, doivent être disponibles en quantités suffisantes et à bas prix, ce qui n’est pas encore le cas.

— Quelle est la probabilité de la propagation du virus dans les pays du Proche-Orient?

— Des pays comme l’Arabie saoudite, le Koweït et la Jordanie ont opté pour l’isolement, ce qui est très rassurant. En ce qui concerne la Libye, la Syrie, l’Iraq et le Yémen, le virus ne s’est pas propagé du fait qu’ils sont pratiquement isolés à cause de leur situation sécuritaire.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique