Samedi, 20 juillet 2024
Conférence > Semaine de la ville durable >

Hicham Arafat : La congestion du trafic cause la perte de 5 % du PIB en Egypte

Gilane Magdi, Lundi, 27 novembre 2017

Le ministre du Transport, Hicham Arafat, explique à l’Hebdo le plan de son ministère pour appliquer le concept de mobilité urbaine

Hicham Arafat

Al-Ahram Hebdo : Quelle est l’importance du Forum sur la mobilité urbaine pour l’Egypte ?
Hicham Arafat : Ce forum est très important au moment actuel. Aujourd’hui, le gouvernementse préoccupe notamment du concept universel de mobilité urbaine. Il s’agit d’offrir des moyensde transport écologiques, de réduire les émissions de carbone, d’éviter le harcèlement des femmesdans les moyens de transport. La question de la congestion du trafic en Egypte représente vraimentun défi à surmonter. La Banque mondiale a révélé dans une étude récente que la congestiondu trafic mène à une perte de 5 % du PIBégyptien. Nous espérons faire baisser ce tauxpour convenir aux normes internationales avecla mise en place de la mobilité urbaine.

— Quel est le plan du ministère duTransport pour la mise en place de lamobilité urbaine ?
— Le gouvernement actuel possède lavolonté politique de mettre en place ceconcept. L’objectif est d’inciter non seulementles pauvres à utiliser les moyens de transportpublics comme le métro, mais aussi les riches.Ces derniers doivent laisser leurs automobilespour utiliser les moyens de transport publics.C’est le concept de mobilité urbaine quenous voulons enraciner dans la cultureégyptienne. Personnellement, j’utilisais lemétro de Madinet Nasr en allant au Conseildes ministres au centre-ville pour gagner dutemps. Aujourd’hui, nous avons 77 kilomètresde métro au service de 22 millions de citoyens.Nous savons que ce n’est pas suffisant, puisqu’il faut que la relation soit proportionnelle entre lapopulation et les kilomètres du métro. C’est pourquoi nous tablons sur l’augmentation de ce chiffreà 250 kilomètres après la fin de la 4e ligne du métro et le début de la 6e ligne dans les 4 prochainesannées. De même, il y a des projets qui coûtent des milliards de L.E. qui seront initiés au coursde la prochaine période. Il s’agit de la ligne de chemins de fer liant la nouvelle ville d'Al-Alameinet la route de Aïn-Sokhna. Nous ne nous concentrons pas sur Le Caire seulement, mais aussi surAlexandrie et le gouvernorat de Mansoura à travers l’installation de projets de transport là-bas.

— La coopération entre l'Egypte et la France est-elle efficace dans le domaine de transport ?
— Je me félicite profondément de cette coopération entre les deux pays dans le secteur de transport.L’AFD est l’un de nos partenaires principaux dans le développement financier et technique dans ledomaine de transport. A titre d’exemple, elle finance actuellement la modernisation du tramway deRaml à Alexandrie. Un projet qui devrait permettre de doubler le nombre de passagers et de réduirede moitié le temps nécessaire pour parcourir chaque ligne.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique