Dimanche, 23 juin 2024
Opinion > Dernier Mot >

Dernier mot : L’héroïsme national

Mercredi, 05 juin 2024

Je voudrais exprimer toutes mes salutations au jeune Egyptien Karim Ibrahim, le champion mondial de judo qui a refusé d’affronter le joueur israélien lors du tournoi international.

Karim aspirait à participer à ce championnat depuis longtemps. A cette fin, il faisait des exercices difficiles et s’imposait un régime alimentaire spécial. Mais il a été surpris de voir dans le programme du tournoi son nom face au joueur représentant l’Etat d’occupation raciste qui mène actuellement une guerre d’extermination féroce contre le peuple palestinien à Gaza qui a entraîné un bilan lourd de plus 35 000 victimes dont la majorité sont des enfants et des femmes. Une guerre qui a fait 70 000 disparus sous les décombres des maisons, des hôpitaux, des écoles et des lieux de culte. La décision d’opposer un Egyptien à un Israélien était certes une erreur de la part de l’administration du tournoi international. Est-il raisonnable de mettre face à face deux joueurs originaires de pays en état de tension ? L’administration aurait dû être plus consciente de l’état de colère qui s’empare des jeunes du monde entier qui ont commencé à réaliser la réalité des crimes commis par Israël contre les Arabes voilà plus de sept décennies et qui a entraîné une campagne de boycott contre toutes les entreprises le soutenant.

L’administration aurait dû refuser la participation d’Israël à l’instar de tournois mondiaux qui n’ont pas accepté l’année dernière la participation des joueurs russes à la suite de la guerre déclenchée par leur pays contre l’Ukraine. Même les artistes et les troupes musicales russes ont été interdits de participer aux festivals internationaux. Mais, malheureusement, c’est la logique de deux poids, deux mesures qui prévaut dans le cas d’Israël. Karim, quant à lui, n’a pas hésité une minute et a senti que sa potentielle victoire sera souillée du sang de ses frères palestiniens. Mais l’administration du tournoi a considéré que Karim s’est retiré et le fils de l’Egypte a perdu l’occasion de gagner le tournoi, à cause de son patriotisme. Or, Karim a remporté une autre médaille qui surpasse celle qu’il aurait pu gagner au tournoi. Il a remporté la médaille de l’héroïsme national. Toutes nos salutations à Karim Ibrahim et à ceux qui lui ont inculqué les principes authentiques du patriotisme.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique