Jeudi, 25 avril 2024
Opinion > Dernier Mot >

Dernier mot : Deux normalisations

Jeudi, 20 juillet 2023

Le terme de normalisation est apparu dans notre dictionnaire politique au moment des négociations d’un règlement politique, à la suite de la glorieuse guerre d’Octobre, qui ont donné naissance à ce qui était convenu d’appeler l’Accord de paix entre l’Egypte et Israël.

Cet accord n’a malheureusement instauré ni la paix que l’on prônait au Moyen- Orient, ni même une paix réelle entre les deux pays signataires de l’accord. Normalisation signifie retour à la normale dans les relations entre deux Etats ennemis. Quelle est la situation normale entre un Etat colonisateur et violateur de territoires adoptant une politique raciste et brutale envers les Arabes et le principal Etat arabe ? Peut-elle être basée sur la paix et l’harmonie que certains avaient promues ? L’hostilité existe toujours en vertu de la nature des choses, même si elle prend une forme concurrentielle différente. Partant, le concept de normalisation était étrange et étranger à la nature de la situation existante entre les deux parties. Raison pour laquelle la normalisation n’a jamais eu lieu depuis environ un demi-siècle.

Aujourd’hui, nous parlons aussi de normalisation, mais avec un autre Etat qui a entretenu avec nous des relations pendant de longs siècles, à savoir la Turquie. Quelles que soient les tensions, jamais nous ne sommes entrés en guerre avec Ankara. La normalisation ici est réelle, parce qu’il s’agit d’un retour à la normale dans des relations qui étaient établies et devraient se poursuivre entre deux grands pays unis par des intérêts régionaux et internationaux sur fond de relations étroites entre deux peuples unis par la religion, la civilisation musulmane et le mariage qui a fait de l’élément turc une composante de l’ADN égyptien.

Après 10 ans de divergences politiques et de rupture diplomatique, les deux pays ont échangé les ambassadeurs et les préparatifs sont en cours pour un sommet prévu à la fin de ce mois, réunissant les dirigeants des deux pays. Les circonstances et les politiques ont changé, même si l’Egypte tient à sa position inchangée, matérialisée par la volonté populaire qui est sortie dans les rues le 30 juin et qui a réussi à renverser le règne de la confrérie et à établir la nouvelle République. Le retour des relations avec la Turquie est une normalisation au sens propre du terme. Elle n’est pas une fabrication qui ne correspond pas à la réalité des choses. Telle est la différence entre les deux normalisations.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique