Lundi, 27 mai 2024
Opinion > Dernier Mot >

Dernier mot : Vieux complexe de culpabilité

Mercredi, 24 mai 2023

Bien que deux semaines se soient écoulées depuis les déclarations choquantes de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, à l’occasion des 75 années de ce qu’elle a appelé « l’indépendance d’Israël », les réactions coléreuses se poursuivent, critiquant ses propos qui dénotent des erreurs historiques et un parti pris évident en faveur de la position israélienne qui nie les droits du peuple palestinien stipulés par les résolutions onusiennes, le droit et les conventions internationaux.

 La dernière réaction de colère a été celle d’une personnalité israélienne éminente, l’activiste des droits de l’homme Miko Peled, qui a qualifié les déclarations de la responsable européenne de racistes et écoeurantes. Il a réfuté ses prétentions qu’Israël « a fait fleurir le désert ».

De vieux propos qui étaient utilisés au début de la création de l’Etat sioniste pour donner l’impression qu’Israël ne s’est emparé que de terres désertiques qu’il a transformées grâce à son génie en un éden vert. Peled a démontré qu’Israël avait fait exactement le contraire en détruisant les plantations palestiniennes, alors que le désert de Néguev n’a pas changé, ajoutant qu’Israël a aussi détruit tout ce qui est palestinien. Par ailleurs, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul-Gheit, a expliqué que ses déclarations étaient regrettables, car elles ignorent la réalité de l’occupation israélienne, les droits des Palestiniens et leur expulsion de leurs terres, ainsi que les pratiques israéliennes contraires aux chartes des droits de l’homme.

La première réaction aux déclarations de von der Leyen a été cependant celle de l’Autorité palestinienne, qui a déclaré qu’il s’agissait d’un discours de propagande qui ne fait aucune référence à la nécessité d’instaurer l’Etat palestinien. Il est fort étrange que les déclarations de la diplomate allemande aient été enregistrées dans une vidéo adressée au président israélien pour célébrer l’anniversaire de la création d’Israël, alors qu’il n’est pas habituel que de tels messages soient adressés à des pays non membres de l’Union européenne. S’agit-il du vieux complexe de culpabilité que l’Occident insiste à nous en faire assumer la responsabilité ?

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique