Mardi, 16 juillet 2024
Opinion > Dernier Mot >

Mohamed Al-Dorra n’est pas mort

Mercredi, 05 octobre 2022

 22 années se sont écoulées depuis l’assassinat de l’enfant palestinien Mohamad Al-Dorra à Gaza. A cette occasion, le journal égyptien Al-Masry Al-Youm a exclusivement rencontré le citoyen palestinien Gamal Al- Dorra et son fils le jeune homme Mohamed. Il n’y a ici aucune erreur, effectivement Mohamed Al-Dorra est maintenant un jeune homme de 20 ans car les martyrs palestiniens ne meurent pas et la lutte palestinienne ne s’arrête pas. Mohamed Al-Dorra, qui a été assassiné en 2000, accompagne aujourd’hui son père dans un voyage au Caire.

C’est une histoire symbolique et significative devant laquelle l’Etat d’occupation reste aveugle, pensant que les attaques barbares contre les Palestiniens pouvaient réussir à mettre fin à ce peuple et à cacher les traces des crimes historiques perpétrés depuis 1948. Le 30 septembre 2000, le citoyen Gamal Al-Dorra était sorti de chez lui pour aller au marché des voitures, son enfant Mohamed l’avait accompagné parce qu’il voulait choisir avec son père la nouvelle voiture de la famille. Mais en passant par la rue Salaheddine au sud de la bande de Gaza, ils ont été surpris par les feux des forces de l’occupation. Le père s’est alors caché derrière un baril en prenant son fils dans ses bras pour le protéger contre les coups de feu qui tombaient sur eux, mais les soldats les ont poursuivis jusqu’à leur cachette primitive et ont ouvert le feu sur l’homme désarmé et son fils sans merci, causant la mort de l’enfant, tandis que son père a été grièvement blessé. Le photographe Talal Abou Rahma, qui travaillait pour l’AFP, avait photographié le crime au moment même où il avait été commis, sinon Israël aurait nié son crime atroce comme il s’est dernièrement passé avec la reporter Shireen Abu-Akleh. La photographie de Mohamed Al-Dorra a fait le tour du monde et est devenue l’icône de la seconde Intifada palestinienne et l’a ravivée pendant 5 années. Le père de Mohamed avait juré de donner le même nom à son enfant suivant, comme s’il lui redonnait vie. Aujourd’hui, l’enfant qu’Israël pensait avoir tué, comme il tente chaque jour de décimer le peuple auquel il appartient, est devenu un beau jeune homme palestinien portant le nom de Mohamed Al- Dorra. L’Histoire écrit parfois des histoires symboliques que les écrivains ne peuvent pas écrire.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique