Lundi, 15 juillet 2024
Opinion > Dernier Mot >

DERNIER MOT : L’évêque militant

Mercredi, 17 août 2022

La visite du monastère de Sainte-Catherine au sud du Sinaï est une expérience exceptionnelle. La plupart des gens connaissent ce monastère à l’intérieur duquel existent les dépouilles de la sainte originaire de la ville d’Alexandrie. Des visiteurs de partout dans le monde se rendent dans ce célèbre monastère historique, construit en 545 après J.-C., et qui se situe dans une région magnifique au milieu de 3 monts : mont Horeb, mont Moussa et le mont Sinaï. La bibliothèque de manuscrits rares qui se trouve à l’intérieur du monastère est considérée comme la plus ancienne bibliothèque au monde qui existe encore.

Comme l’institution d’Al-Azhar et ses hommes ont joué un rôle national important pendant l’Expédition française en Egypte, le monastère de Sainte-Catherine a également joué un rôle national aussi important tout au long de l’histoire. Pendant la guerre de juin 1967, les commandos égyptiens se sont réfugiés dans le monastère et les prêtres les ont cachés dans leur moulin abandonné. A cette époque, Israël exécutait immédiatement les commandos dès qu’ils étaient saisis et ne les gardait pas comme prisonniers de guerre comme le stipule le droit international. Les forces israéliennes avaient fouillé le monastère après avoir menacé les moines et n’avaient pas trouvé les soldats égyptiens. Le rôle national du monastère s’est poursuivi pendant les années de l’occupation israélienne du Sinaï. Israël a essayé d’acheter aux bédouins du Sinaï les terres entourant le monastère afin d’y exercer son contrôle, mais l’évêque du monastère, le père Damianos, s’était immédiatement réuni avec les chefs des tribus du Sinaï et ils s’étaient mis d’accord pour refuser de vendre les terres de leur pays à l’Etat de l’occupation.

Le père Damianos avait de bonnes relations avec les tribus du Sinaï. Il avait tenu avec elles une conférence d’une grande importance pendant la guerre d’usure, connue sous le nom de la conférence d’Al-Hasna en octobre 1968, au moment où le ministre israélien de la Défense, Moshé Dayan, tentait de promouvoir le projet d’internationalisation du Sinaï pour que les forces égyptiennes n’y reviennent pas.

Toutes les tribus avaient refusé le projet d’internationalisation du Sinaï qui a échoué après que le monde entier eut compris que les habitants de la région refusaient l’internationalisation de leurs terres. Après les victoires des forces égyptiennes à la Guerre d’Octobre 1973, le président Sadate a honoré l’évêque Damianos en lui décernant la médaille du Sinaï, comme expression de l’estimation de sa lutte nationale pendant les guerres entre l’Egypte et Israël, à tel point qu’il est devenu célèbre par le surnom de l’évêque militant.

Sous Moubarak et lors des négociations pour la récupération de la ville égyptienne de Taba qu’Israël avait refusé de quitter lors de son retrait du Sinaï, le monastère de Sainte-Catherine a présenté d’anciens manuscrits qui existaient dans sa bibliothèque prouvant que Taba est une ville égyptienne depuis la nuit des temps.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique