Mercredi, 21 février 2024
Opinion > Opinion >

Entre la tuerie et la paix

Lundi, 26 novembre 2012

Ce qui s’est passé à Gaza n’est pas chose nouvelle pour Israël. Il utilise les mêmes vieux procédés basés sur l’exposition de la force et la tuerie. Il a pris l’habitude d’enflammer la région dès qu’elle tend à se calmer un peu.

Cette dernière agression contre Gaza était une agression aveugle. Israël se trouve au seuil de nouvelles élections et il n’est pas étrange que Netanyahu ait recours à cette attaque pour mobiliser la rue israélienne. De plus, la relation entre Netanyahu et Obama après les élections américaines n’est pas très bonne en raison du soutien israélien clair et franc pour Romney, qui a perdu les élections. C’est ainsi que les juifs d’Amérique ont perdu le soutien du président vainqueur. Obama n’a plus qu’un seul mandat, il n’a donc plus besoin du soutien d’Israël ou des juifs d’Amérique. Il est peut-être maintenant plus libre dans la prise de décisions face à l’une des plus anciennes crises mondiales, voire même des plus compliquées. Par ailleurs, le différend entre les Etats-Unis et Israël autour de la frappe militaire contre l’Iran demeurera un important différend durant les quatre prochaines années du mandat d’Obama.

Est-ce qu’Israël a enflammé la situation à Gaza faute d’avoir pu l’enflammer en Iran ? Ou bien s’imagine-t-il que l’incendie provoqué à Gaza ouvrira la voie vers l’Iran ?

Le fait nouveau dans ces incidents est la position de l’Egypte, le retrait de l’ambassadeur égyptien de Tel-Aviv, les déclarations acerbes du président Mohamad Morsi, sa dénonciation des agressions, ainsi que la visite du premier ministre égyptien pour Gaza. Cette évolution porte de nouveaux comptes radicalement différents de toutes les réactions et tous les résultats que nous avons connus durant l’ancien régime.

Il est clair que l’Egypte joue un nouveau rôle basé sur des comptes et des positons radicalement différents. L’Egypte qui a signé l’accord de paix, il y a de longues années, ne renoncera jamais à la paix, mais elle continue à rechercher avec le monde entier une paix juste. Dans ce contexte il incombe à Israël d’ouvrir les portes du véritable dialogue, qui ne soit pas basé sur les agressions. En effet, les jours ont prouvé que la guerre et la tuerie ne faisaient pas la paix.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique