Dimanche, 19 mai 2024
Opinion > Opinion >

La carte partisane

Lundi, 21 juillet 2014

Amr Moussa et les dirigeants de la Coalition de la nation égyptienne souhaitent que cette dernière devienne un grand bloc au centre du système politique partisan de l’Egypte à venir. Cependant, je pense que l’Egypte de l’après-révolution, ne doit pas renouveler le modèle de l’unique grand système politique au centre de la vie politique en marge duquel les autres partis sont dénués d’efficacité. Il est indispensable de créer un pluralisme politique concurrentiel qui, je pense, deviendra un duo de deux grands partis concurrents avec à côté d’autres petits partis. Je pense que l’autre grande entité politique partisane face à la Coalition de la nation égyptienne sera le parti des Egyptiens libres, né d’un rapprochement avec le Front démocrate. Le parti des Egyptiens libres dans sa constitution actuelle et son idéologie libérale peut devenir l’autre pôle de la carte partisane de l’Egypte face à la Coalition de la nation égyptienne, au caractère socialiste démocrate. Je pense que ce duo entre le socialisme démocrate et le libéralisme prendra le dessus sur le système partisan avec la présence d’autres partis à caractère socialiste, national et islamiste (non fréristes évidemment). Toutefois, il existe d’autres partis sur la scène dont on ne peut nier le poids. Il s’agit des partis qui représentent l’ancien régime et ses diverses composantes, avec en tête le Front égyptien, qui regroupe le parti Misr Baladi et le parti du Mouvement national.

Mais au vu du caractère récent de notre expérience partisane qui ne s’est cristallisée que ces trois dernières années depuis la révolution du 25 janvier 2011, le véritable poids électoral restera dans les mains des indépendants qui n’appartiennent pas à des partis mais à des familles et tribus possédant un important poids social et économique que ce soit en Haute-Egypte, en Basse-Egypte ou dans les grandes villes du pays. Ces indépendants formeront le plus important « parti » qui apportera le plus grand nombre de députés à l’Assemblée du peuple. Dans cette situation compliquée, que deviennent les Frères musulmans, comment vont-ils réagir, quelles positions seront adoptées à leur encontre? Tels sont les défis importants qui se posent aux blocs partisans qui se disputeront les voix des Egyptiens lors des prochaines élections législatives.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique