Mardi, 21 mai 2024
Opinion > Opinion >

Mortada et la présidentielle

Amr Abdel-Samie, Lundi, 14 avril 2014

La décision du juriste Mortada Mansour, éga­lement président du club Zamalek, de s’en­gager dans la prochaine bataille présidentielle vient présenter une solution magique à la polari­sation qui s’est accrue entre les candidats du maréchal Abdel-Fattah Al-Sissi et ceux de Hamdine Sabahi.

Le tiraillement n’est donc plus entre deux extrêmes. Indépendamment du fait que je sou­tiens, depuis la révolution légendaire du 30 juin 2013, la candidature d’Al-Sissi à la présiden­tielle, j’estime que l’entrée de Mortada Mansour dans l’arène est une décision positive. Ainsi, le zèle des partisans d’Al-Sissi n’atteindra pas de degrés malsains, et on ne sera pas obligé d’écou­ter leurs discours grandiloquents qu’il ne cesse de répéter. La candidature de Mortada Mansour exclura l’aspect de référendum que les élections auraient pu prendre, en l’occurrence en cas du duel Sissi-Hamdine. Bien qu’il soit vrai que Hamdine accomplit une mission nationale en restant dans le jeu des élections, dont les résultats semblent, selon les analyses, tranchés d’avance.

Aujourd’hui, avec l’entrée de Mortada Mansour dans l’arène comme candidat, le camp de Hamdine a perdu la carte qu’il a utilisée avec abus, menaçant de quitter la course en cas de divergence sur le processus électoral. Dans ce scénario, la bataille électorale aurait perdu tout crédit. Ce qui aurait ouvert la porte à des tenta­tives de décrédibilisation régionale et internatio­nale vis-à-vis de la révolution de juin 2013 et du maréchal Al-Sissi. Maintenant, avec l’apparition d’un 3e candidat, cette option, ou plus précisé­ment ce chantage politique, ne pourra pas être utilisée. D’autant plus que je ne crois pas que le juriste Mortada Mansour s’est engagé dans la course pour contrer l’influence de Sabahi, parce qu’effectivement, il a pris soin d’étaler ses opi­nions et les grandes lignes de son programme d’une manière sérieuse. Et surtout qu’il ne s’est pas lancé dans des tergiversations.

J’accueille favorablement l’engagement de Mortada Mansour à l’élection présidentielle, quitte à étouffer les allusions faites par certains, selon lesquelles toute l’opération politique sera vouée à un sort peu enviable. Je salue également son engagement politique et son sens patriotique qui contribue, en pratique, à régulariser le proces­sus de la présidentielle.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique