Mercredi, 24 avril 2024
Opinion > Opinion >

Le terrorisme et l'élection

Lundi, 17 mars 2014

L'organisation terroriste a annoncé sa disposition à exécu­ter une série d’actes terroristes qui cibleraient la prochaine élection présidentielle. Elle a aussi mis en garde tous ceux qui ont l’intention de participer à cette élection : qu’ils soient candidats, électeurs ou encore ceux qui superviseront l’opération électorale.

L’organisation a donné des ordres à ses membres de se préparer à exécuter des assassinats contre les personnes qui participeront à l’opé­ration électorale.

Ce n’est pas étrange de la part d’une organisation née dans la vio­lence, et qui n’a jamais été dotée d’un esprit humain raffiné. Elle n’a eu pour seul objectif que l’acces­sion au pouvoir pour imposer son hégémonie sur le pays.

C’est une organisation hostile à la culture et à la civilisation, et qui s’érige contre toutes forces de pro­grès humains. Elle démolit les monuments, prohibe les arts et fait revenir la femme aux ères de l’es­clavagisme.

Partant de leur logique, la démo­cratie qui accorde la liberté aux citoyens est un acte diabolique et la participation aux élections est une innovation ; ceux qui la pratiquent seront voués à l’enfer.

C’est l’organisation qui a mené la défiguration de la religion musul­mane face au monde entier en la réduisant à l’image d’une religion de violence, de terrorisme et d’ef­fusion de sang.

De plus, les adeptes de ces reli­gions ont été présentés, aux yeux du monde entier, comme étant des criminels qui ciblent les innocents pour devenir des martyrs et aller au paradis.

Mais nous voilà au seuil de nou­velle élection présidentielle et les citoyens s’apprêtent à élire un nou­veau leader leur permettant de tra­verser une nouvelle ère après avoir souffert de l’ignorance et de la tyrannie. Raison pour laquelle l’or­ganisation doit faire face à cette élection en insufflant un nouveau vécu politique sur le terrain qui puisera sa légitimité dans la volon­té populaire.

Mais comment faire ? Le seul moyen est le recours à la violence et au terrorisme pour faire croire qu’ils peuvent stopper le cours nor­mal des choses. Il n’en demeure pas moins que c’est le peuple qui aura le dernier mot et l’élection présidentielle aura lieu, malgré le plan de terreur annoncé.

J’ai omis de mentionner au début de l’article que l’organisation en question est celle des talibans et qu’il s’agit de l’élection présiden­tielle en Afghanistan. Aurais-je dû mentionner cet éclaircissement d’emblée ? Ou bien est-ce que toutes les organisations terroristes se ressemblent ?.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique