Dimanche, 16 juin 2024
Opinion > Opinion >

Les Etats-Unis et la sécurité en mer Rouge

Mercredi, 03 janvier 2024

Les Etats-Unis ont annoncé la formation d’une nouvelle alliance maritime pour protéger la navigation en mer Rouge après les attaques houthies contre des navires commerciaux se dirigeant vers Israël, dans le contexte de la guerre israélienne contre la bande de Gaza.

Cette annonce a soulevé de nombreuses questions sur l’efficacité de la stratégie américaine pour renforcer la sécurité de la navigation dans cette région.

Cette alliance maritime, qui comprend, outre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Espagne, l’Italie, la Norvège, le Canada, les Seychelles et autres, n’est pas la première du genre. Il existe de nombreuses alliances et de multiples formules destinées à faire face aux menaces contre la navigation en mer Rouge, dans le golfe d’Aden et à Bab El-Mandab comme la Combined Task Force 153 (CTF 135). Formée en avril 2022, elle comprend 39 pays et vise à garantir la liberté de navigation et à affronter les menaces telles que la piraterie ou la contrebande. Cette force fait partie de la CTF créée en 2001 dans le golfe d’Aden, à Bab El-Mandab et en mer Rouge et opère au sein de la 5e flotte américaine dans le golfe Persique. Il existe aussi la Coalition maritime internationale, qui a été créée en 2019 pour assurer la navigation dans le golfe Persique, la mer d’Oman et Bab El-Mandab. Par conséquent, la formation de cette alliance va au-delà de l’objectif de faire face aux menaces houthies, car ces menaces n’ont pas besoin de cet énorme renforcement militaire. Elle vise principalement la militarisation de la mer Rouge et l’augmentation de la présence militaire américaine et occidentale dans cette région à la lumière de l’état de polarisation internationale entre les grandes puissances, qui se disputent la présence militaire en mer Rouge. Il existe neuf bases militaires à Djibouti, dont une américaine et une chinoise, alors que la Russie tente elle aussi d’y installer une. Cette nouvelle alliance augmente donc l’intensité de la compétitivité militaire et pourrait pousser à l’établissement de contre-alliances maritimes par la Chine et la Russie pour protéger leurs navires qui passent par la mer Rouge. Fait qui accroît l’atmosphère de conflit dans la région et menace sa sécurité et sa stabilité.

Il ne fait aucun doute que la politique américaine dans la région, vu sa confusion et son incertitude, a été à l’origine de l’escalade des menaces régionales, en particulier celles liées à la sécurité de la navigation dans les voies maritimes. Ces menaces sont liées aux conflits américains avec l’Iran et ont conduit à une recrudescence des menaces contre la navigation dans la région du Golfe et le détroit d’Hormuz, comme cela s’est produit en 2017, 2018 et 2019. A cette époque, les Etats-Unis n’avaient pas pris de positions décisives ou dissuasives face à ces menaces et n’avaient pas écouté les avertissements des pays arabes et du Golfe concernant les dangers que représentent ces menaces pour la navigation et le commerce mondiaux. Raison pour laquelle les attaques se sont répétées en l’absence d’une vision unifiée et décisive de la part de la communauté internationale pour faire face à ce phénomène.

Les récentes menaces en mer Rouge sont également liées à la guerre menée par Israël dans la bande de Gaza et au soutien inconditionné des Etats-Unis à Israël. Plus de 14 % du commerce mondial, soit 2 500 milliards de dollars, et plus de 40 % du commerce maritime de pétrole transitent par cette région. Ces menaces ont de graves séquelles sur l’économie mondiale et sur le commerce international. Plusieurs grandes compagnies maritimes ont suspendu le passage de leurs navires par la mer Rouge, les orientant vers la route du Cap de Bonne-Espérance autour de l’Afrique. Ces mesures affecteront les chaînes mondiales d’approvisionnement et entraîneront une hausse des prix à l’échelle mondiale. N’oublions pas la position des Etats-Unis envers la guerre au Yémen et le manque de positions tranchantes vis-à-vis des Houthis, que l’Administration Biden n’a pas pu classer comme organisation terroriste. Un fait qui a encouragé ces derniers à poursuivre leurs menaces contre la navigation en mer Rouge et a accru le danger qu’ils représentent. La réponse américaine à ces attaques était modeste et s’inscrivait dans le cadre d’un jeu d’équilibre entre les Etats-Unis et l’Iran.

Les Etats-Unis doivent modifier leurs politiques pour éliminer les causes des conflits et des menaces dans la région et en mer Rouge. Ils doivent en premier lieu mettre fin à l’agression israélienne sans précédent à Gaza, qui a fait plus de 21 000 morts et 55 000 blessés, et travailler en vue de parvenir à la solution de deux Etats, car la poursuite de cette guerre acharnée menace d’étendre le conflit à toute la région, ce qui n’est dans l’intérêt d’aucune partie. Cette guerre donne, en effet, un prétexte aux organisations terroristes armées, aux milices et à certaines forces régionales d’exploiter la cause palestinienne pour servir leurs agendas.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique