Dimanche, 16 juin 2024
Opinion > Opinion >

Israël répète les échecs américains

Mercredi, 20 décembre 2023

Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a déclaré que c’est à cause des Accords d’Oslo que l’opération du 7 octobre a eu lieu.

Les Accords d’Oslo constituent l’unique document de règlement envers lequel Israël s’est engagé avec les Palestiniens et qu’il a détruit à cause de sa politique de colonisation. Comme l’a dit son chef, le gouvernement israélien a l’intention d’imposer sa domination sécuritaire sur Gaza. Ces déclarations et positions du gouvernement israélien prouvent qu’il n’a retenu aucune leçon des guerres de son principal allié, les Etats-Unis, en Iraq et en Afghanistan, qui se sont terminées par de grandes tragédies dont des milliers d’Iraqiens et d’Afghans ont payé le prix, en plus de l’échec flagrant des projets américains qui ont tenté de changer la réalité politique.

Ce qu’Israël fait à Gaza, les forces américaines l’avaient fait en Afghanistan en se débarrassant du pouvoir des Talibans en 2001 et en Iraq en se débarrassant du régime de Saddam Hussein en 2003. Il est vrai que Gaza n’est pas l’Iraq et que le Hamas n’est pas les Talibans, mais il est évident que l’idée qui a guidé l’invasion américaine de ces deux pays et qui consistait à anéantir le pouvoir des Talibans et celui du Baas et à confectionner un substitut politique aux mesures américaines a totalement échoué.

Les Etats-Unis ont envahi l’Iraq sous le faux prétexte qu’il y avait des armes de destruction massive dans le pays. En même temps, les Etats-Unis ont pensé pouvoir formuler un nouveau projet démocratique en Iraq qui serait un modèle pour les Etats de la région et ont adopté la proposition de l’ancienne secrétaire d’Etat Condoleezza Rice de faire régner le « chaos créatif », à travers lequel elle a parié de fonder un nouveau Proche-Orient sur les décombres de l’ancien qu’elle avait décrit de despotique et d’incubateur de terrorisme.

Après l’occupation de l’Iraq, les Etats-Unis n’ont pas construit le modèle désiré et leur guerre contre le terrorisme s’est transformée en une raison de sa propagation. Aujourd’hui, l’Iraq est relativement indépendant des Etats-Unis et refuse de s’aligner sur eux face à l’Iran. Ce qui signifie que le modèle actuel de l’Iraq est presque le contraire des plans américains.

En Afghanistan, les Etats-Unis étaient plus généreux pour construire leur « modèle politique ». Ils ont dépensé plus d’un trillion de dollars pour fonder et former une nouvelle armée, en plus de la construction d’institutions démocratiques et modernes de façade, mais dominées par la corruption et la mauvaise gestion. Les Américains sont restés 20 ans en Afghanistan pour construire un modèle qui remplacerait les Talibans, mais ils ont échoué parce qu’ils étaient une force d’occupation et se sont retirés pour laisser le pouvoir aux Talibans.

Cet échec de la plus grande force militaire et économique du monde d’anéantir ses ennemis en Iraq et en Afghanistan n’a pas attiré l’attention d’Israël qui tente d’anéantir le Hamas et de fabriquer un nouveau modèle. Israël se base sur la force militaire aveugle et le meurtre des civils pour lancer un message de terreur afin que ce qui s’est passé le 7 octobre ne se reproduise plus et oeuvre à imposer une hégémonie sécuritaire sur Gaza sans aucune vision politique, mais plutôt basée sur de nouvelles formes permettant la poursuite de l’occupation. Les plans israéliens visant à vider Gaza, à la dominer au niveau sécuritaire et à refuser de traiter avec l’Autorité palestinienne peuvent réussir pour un moment, mais pas pour toujours.

Le projet d’élimination du pouvoir du Baas en Iraq a engendré le terrorisme d’Al-Qaëda, de Daech et des milices chiites extrémistes. Le fait d’échouer à créer un modèle de substitution en Afghanistan a ramené les Talibans au pouvoir.

Il faut ouvrir la porte au règlement pacifique pour permettre l’apparition d’une nouvelle génération de dirigeants palestiniens plus modérés et plus conscients de ce qui se passe dans le monde que les dirigeants actuels du Hamas. La modération ne se produira pas par une décision israélienne ou internationale, ni même arabe, et non plus par la domination sécuritaire israélienne sur Gaza, mais plutôt par le changement de la réalité de la vie des Palestiniens.

Pour y arriver, il faut mettre fin à l’occupation et instaurer un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale; et non pas construire un modèle et former une élite à la mesure américaine et israélienne. Tant qu’Israël restera un Etat qui est au-dessus de la loi et de la légitimité internationales, qui ne respecte pas les résolutions de l’Onu et qui s’inspire des expériences de l’échec américain en Afghanistan et en Iraq, le Proche-Orient et le monde entier feront face à de grands dangers.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique