Jeudi, 25 avril 2024
Opinion > Opinion >

Illusions israéliennes

Vendredi, 03 novembre 2023

Lorsque l’Egypte a appelé au Sommet de la paix, elle avait déterminé son objectif qui consistait à former un bloc régional, arabe et international soutenant la paix et la stabilité, se dressant contre l’agression israélienne, protégeant les civils à Gaza et contrant la possibilité d’une guerre régionale aux conséquences imprévisibles.

Le message égyptien, malgré sa clarté, soutenu par une position arabe solide, a été confronté à un chantage occidental et des manoeuvres reflétant une animosité à la paix et à la stabilité et un soutien sans réserve à l’agression israélienne.

Il est bien triste que les priorités exprimées par les représentants européens n’étaient que la vision israélienne qui cherche à faire exploser la région et à exterminer un peuple gazaoui persistant et tenace. Les Européens font valoir l’argument selon lequel Israël a le droit de se défendre, qualifiant les organisations palestiniennes de résistance de « terroristes » et mettant l’accent sur la nécessité de libérer ce qu’ils considèrent être comme « des otages kidnappés ». Alors qu’en réalité, ce sont des prisonniers de guerre qui peuvent être échangés avec des prisonniers palestiniens incarcérés dans les prisons israéliennes.

En justifiant l’agression et en la légitimant, les Etats-Unis et l’Europe placent la région et le monde entier face à une épreuve difficile et à un énorme défi. Le plan israélien, confirmé par le ministre de la Défense de Netanyahu, ne prend pas en compte le droit des Palestiniens à la vie. Ce plan fou vise à déraciner l’infrastructure du Hamas, ce qui pourrait prendre des mois. Israël veut ensuite mettre en place un nouveau système de sécurité dans la bande de Gaza et établir une zone de « non-droit » de 3 kilomètres de profondeur à l’intérieur de la frontière nord de la bande de Gaza et une autre à la frontière est, que les Palestiniens n’auraient pas le droit de traverser sans l’autorisation de l’armée israélienne.

En vertu de ce plan, le tiers de la bande de Gaza sera totalement démoli et deviendra un espace aride placé sous le contrôle direct d’Israël à l’aide d’un système électronique de pointe. Selon les illusions israéliennes, ce scénario amènera à un changement de gouvernement à Gaza et repoussera un million de Palestiniens vers le sud de l’enclave palestinienne déjà surpeuplée.

Pour Netanyahu, peu importe le nombre de victimes, tout ce qui compte c’est l’illusion d’anéantir le Hamas et un tiers des Palestiniens de Gaza.

L’idéologie israélienne absurde imagine qu’on peut déraciner complètement un mouvement soutenu par une population qui croit profondément à son droit à la résistance face à l’occupation, une résistance qui mènera à une victoire certaine, même si elle est longue. L’idéologie israélienne, basée sur la vengeance, ignore les répercussions qui se produiront inévitablement sur d’autres fronts et les sentiments de colère qui se répandront comme une traînée de poudre au sein des sociétés européennes malgré le fort soutien de leurs gouvernements à Israël et à sa barbarie. Les positions irresponsables de soutien à Israël, manifestées par Washington et les capitales européennes comme Paris, Berlin et Londres, ne font qu’encourager l’élite extrémiste israélienne à se lancer dans un risque majeur qui précipitera la région tout entière au bord de l’abîme, Israël inclus.

Israël imagine que les populations arabes et islamiques se contenteront de regarder sans jamais agir, oubliant que l’occupation est vouée à disparaître et que la résistance est toujours victorieuse, quels que soient les sacrifices.

Preuve en est l’expérience des Etats-Unis en Afghanistan. La superpuissance militaire américaine, soutenue par les Occidentaux, s’est engagée dans une guerre qui a duré 20 ans en Afghanistan contre les Talibans, qualifiés de terroristes. Mais ces derniers ont tenu à la résistance qui a fini par mettre fin à l’occupation américano-occidentale et qui a permis le retour au pouvoir des Talibans.

Nous pouvons ne pas être d’accord avec l’idéologie des Talibans, du Hamas et d’autres mouvements de résistance. Cependant, l’histoire nous montre que la victoire est toujours le lot de la résistance légitime, et la défaite et l’humiliation sont le lot de l’occupant usurpateur.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique