Dimanche, 03 mars 2024
Opinion > Opinion >

Le nouveau BRICS

Jeudi, 31 août 2023

La décision des BRICS d’intégrer six nouveaux pays (Egypte, Ethiopie, Emirats arabes unis, Arabie saoudite, Iran et Argentine) est en premier lieu stratégique.

L’objectif est clair : contrer l’hégémonie américaine et ouvrir la voie à un monde multipolaire. La Russie veut se soustraire aux sanctions qui lui ont été imposées par l’Occident après la guerre en Ukraine et réduire son isolement. La Chine cherche des débouchés pour son économie et veut renforcer son influence géopolitique dans un contexte de tensions croissantes avec les Etats- Unis. L’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud veulent accroître leur poids sur la scène internationale.

Le bloc, initialement connu sous le nom de BRIC, a été formé en 2009 par le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine. L’Afrique du Sud les a rejoints en 2010. Objectif : se libérer de la mainmise des Etats-Unis et leurs alliés occidentaux sur les instruments économiques et financiers, ainsi que sur les monnaies avec la domination du dollar dans les échanges commerciaux.

Avec cet élargissement, les BRICS représenteront, à partir de janvier 2024, plus de 35 % du PIB mondial et environ 50 % de la population de la terre. Mais pourquoi l’inclusion de ces six pays spécifiquement ? L’Egypte est l’un des plus grands pays du Moyen-Orient. Sur le plan politique, elle joue un rôle majeur dans la région. Elle est surtout considérée comme le portail du continent africain. Avec ses 105 millions d’habitants, elle représente un vaste marché. Même chose pour l’Ethiopie, deuxième plus grande population du continent africain derrière le Nigeria, et dont l’économie croît à un rythme soutenu. L’inclusion des gros producteurs de pétrole comme l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l’Iran est susceptible de donner au bloc un poids supplémentaire dans sa quête de défier l’ordre mondial dominé par les Etats-Unis.

Réciproquement, les nouveaux membres devraient tirer un grand profit de leur adhésion aux BRICS. L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis vont accroître leur autonomie par rapport à Washington en diversifiant leurs alliés, l’Egypte va réduire sa dépendance par rapport au dollar et accéder à un financement plus facile pour ses projets nationaux, même chose pour l’Argentine. Quant à l’Iran, il considère son adhésion aux BRICS comme une victoire sur les Etats-Unis et l’Occident.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique