Mercredi, 06 décembre 2023
Opinion > Opinion >

La transformation numérique de l’Egypte

Saturday 21 janv. 2023

La transformation digitale est le processus qui consiste à remplacer les métiers manuels par les alternatives numériques.

Si la notion de « transformation digitale », ou numérique, est récente, c’est parce qu’elle vient petit à petit se substituer à la notion de digitalisation. Cette dernière est utilisée depuis 2004 et a longtemps été associée au terme « numérisation » qui fait référence aux dernières révolutions technologiques. La digitalisation consiste à stocker des données et à les rendre accessibles facilement pour un usage ultérieur.

La transformation numérique favorise une collecte de données robuste, un stockage de données centralisé et la création d’outils permettant d’analyser et de traduire les données en information. En entreprise, à titre d’exemple, la « e-transformation » encourage, d’une part, une prise de décision souple et facile. Et d’autre part, grâce à la transformation numérique, l’entreprise s’adapte davantage aux nouveaux besoins de ses clients et propose une offre mieux adaptée et mieux ciblée.

Le gouvernement égyptien déploie des efforts tangibles en faveur de la « transformation numérique ». Le secteur de la technologie de l’information et de la communication a connu un boom de développement en tant que secteur local avec un taux de croissance de 16 % en 2021. Il s’est également avéré être le plus résilient face à la pandémie de Covid-19. Conscient de cette dynamique, le ministère égyptien des Télécommunications et de la Technologie de l’information a lancé la vision numérique de l’Egypte pour les services transfrontaliers 2022-2026. Cette stratégie vise à réaliser trois objectifs. Premièrement, obtenir trois fois plus de revenus d’exportation grâce aux services numériques transfrontaliers, à un taux annuel de croissance de 19 % entre 2022 et 2026. Deuxièmement, créer et ajouter des opportunités d’emploi durables dans l’industrie des services transfrontaliers en se concentrant sur les services à haute valeur ajoutée, qui créeraient 215 000 emplois au cours des cinq prochaines années. Troisièmement, promouvoir et commercialiser l’Egypte en tant que destination attirante pour les services et les technologies numériques émergents tels que l’Intelligence Artificielle (IA) et l’analyse avancée et intégrée de données (conception de puces et logiciels).

De plus, l’Etat a soutenu ces dernières années la création de systèmes d’information et d’unités de transformation numérique dans les ministères, les gouvernorats et les organismes publics pour favoriser le développement institutionnel, la transformation numérique souhaitée et les initiatives d’inclusion numérique pour les citoyens, telle l’initiative de vie numérique décente. Un certain nombre de projets de développement institutionnel et de transformation numérique sont mis sur table pour la transformation numérique, notamment le projet Egypt Digital Justice, qui vise à soutenir l’application de la loi, à promouvoir une justice efficace et à fournir des services judiciaires par voie numérique via la plateforme Digital Egypt. Le ministère de la Justice, à titre particulier, essaye ces dernières années de mettre en place un système de services en ligne et de tribunaux électroniques. Cette transformation numérique aiderait à gagner de la place et offrirait une certaine flexibilité au justiciable, aux juges et aux praticiens.

Les pactes internationaux et européens, ainsi que la Constitution égyptienne, ont stipulé le droit d’ester en justice comme un droit de l’homme, car c’est une garantie d’obtenir une justice rapide, puisque la lenteur de la justice est une mort de la vérité. Et d’ailleurs, le ministère de la Justice, grâce au Comité suprême pour la réforme législative, vient de lancer, le 9 janvier, une nouvelle base législative nationale. Cette dernière comprend toutes les législations nationales en vigueur, abrogées et modifiées. Elles ont été énumérées et classées afin de les rendre facilement disponibles via le système électronique. L’utilisation de la base sera mise à disposition gratuitement pendant une semaine. Cette base affirme de grands principes fondamentaux tels que l’accessibilité et la lisibilité du droit, ainsi que la transparence en matière de gouvernance durable. Enfin, il faut rappeler que le droit est un être social vivant qui doit répondre aux besoins et aux demandes des sociétés quand elles en ont besoin.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique