Jeudi, 25 avril 2024
Opinion > Opinion >

Les calculs compliqués de Pékin

Mercredi, 24 août 2022

Comment le leadership du Parti communiste chinois évalue-t-il la situation à Taïwan? Quels sont les arguments qui privilégient le scénario d’une unification pacifique de la Chine avec Taïwan et ceux qui privilégient l’annexion de l’île par le géant chinois? Comment la Chine interprète-t-elle le recul de ses relations économiques avec Taïwan ces dernières années? Ce recul est-il le critère principal dans les calculs de Pékin vis-à-vis de Taïwan? Il semblerait que Pékin s’oriente aujourd’hui vers une unification graduelle avec Taïwan sur une base d’intérêts mutuels. Ainsi, la Chine a fourni des avantages exclusifs à des investisseurs taïwanais sous forme d’exonérations et de réductions fiscales. Elle a accepté l’investissement dans des secteurs qu’elle considère comme relevant de sa sécurité nationale. Il faut savoir que les investissements taïwanais en Chine ont régressé au cours des dernières années, passant de 14 milliards de dollars en 2010 à moins de 5 milliards en 2020. Comment Pékin justifie-t-il ce recul dans les investissements? Est-ce délibéré et planifié par le gouvernement taïwanais, dirigé depuis 2016 par un parti séparatiste qui ne favorise pas les liaisons avec la Chine et qui est en quête d’indépendance totale ?

Ou bien ce recul est-il dû au fait que le contexte qui a mené à la croissance des relations économiques et commerciales entre Pékin et Taipei au cours des deux dernières décennies a aujourd’hui changé? Il est possible que ce recul des relations sino-taïwanaises soit dû à la politique du Parti démocratique au pouvoir à Taïwan. Il est possible aussi qu’il soit dû à un changement dans l’environnement de l’investissement après la prolifération des compagnies chinoises en comparaison à une décennie plus tôt, ce qui a ralenti la capacité des compagnies taïwanaises à entrer en concurrence avec leurs homologues chinoises. N’oublions pas également l’impact des taxes douanières supplémentaires imposées par l’Administration Trump en 2018 aux compagnies taïwanaises qui exportaient leurs produits fabriqués en Chine aux Etats-Unis. La chute des rendements provenant de ces exportations a amené Taïwan à changer de cap. Les deux justifications sont valables. Raison pour laquelle les calculs de Pékin semblent compliqués, et il est désormais nécessaire de faire une pause pour évaluer l’impact du recul des relations économiques sur les opportunités d’unification pacifique.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique